AccueilPortailBoutiqueFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les Protecteurs de la Justice

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Ondine
Modératrice

Féminin
Âge : 23
Inscription : 27/09/2011
Messages : 672
Zénis : 6000
Statut : Bon
Finisher : Eau du Dauphin

MessageSujet: Les Protecteurs de la Justice   Sam 24 Aoû - 0:26

Voici un livre que j'avais commencé à écrire quand j'étais en cinquième, soit en deuxième année de collège.

Pour que vous ayez une idée de ce que ça sera, voici un petit synopsis :

"Après la mort de ses Maîtres, Spyro part à la recherche de 4 enfants pour qu'une prophétie s'accomplisse. 2000 ans après, il trouve ces enfants et leur donne des pouvoirs à chacun. Il les mène à F3X l'école des héros. C'est à ce moment là que la vie de Thomas, Ondine, Louis et Jimmy va être bouleversé.

Dans cette histoire, vous découvrirez des personnages que vous reconnaîtrez certainement. Humoure, découverte, magie, amitiée et amour, ce livre vous transportera dans un univers tous nouveau que vous n'aurez jamais eu l'occasion d'imaginer".

Je vous mets le premier chapitre, n'hésitez pas à laisser vos commentaires. ^^

Chapitre 1
La prophétie

Il y a plusieurs années, dans une terre qui est inconnue des mortels, dans le ROYAUME DES DRAGONS. Un jeune dragon violet qui s'appelait Spyro, un futur gardien de ce monde, vivait avec ses quatre maître, Ignitus, le maître dragon du feu, Volteer, le maître dragon de la foudre, Cyril, le maître dragon de la glace, et Terrador, le maître dragon de la terre, qui lui enseignaient tout leur savoir. Spyro était un dragon petit avec des écailles violettes, un ventre, des cornes et une crête dorées et un museau un peu carré.

Un jour, il était avec le Maître du feu, Ignitus, un dragon rouge qui faisait trois fois la taille de Spyro. Les deux dragons se trouvaient à l'intérieur d'un temple avec une gigantesque statue de dragon en son centre. Le maître dragon du feu se mit à raconter à son jeune élève une prophétie qui, selon lui, va arriver dans pas longtemps : ''Durant une guerre sans fin et sans pitié, où le bien et le mal s'affronteront pendant dès millénaires, il arrivera au siècle et au moment le plus inattendu quatre enfants dotaient des pouvoirs des anciens maîtres. Ces quatre enfant mettront fin à cette guerre atroce et chasseront le mal''.

D'ailleurs Ignitus dit que, quand ils arriveront, il les accueillerait avec la porte de chez lui grande ouverte. C'est alors que les trois autres maîtres dragons arrivèrent. Le Maître de l'électricité, Volteer, un dragon de la même carrure que Ignitus de couleur jaune, dit :

« Ho ! Épargnes-nous avec tes sornettes et laisses le petit tranquille avec tes histoires à dormir debout ! Cela fait je ne sais combien de centaines d'années tu nous racontes cette prophétie et ça fait des lustres qu'il ne se passe rien du tout.
- Je te signale que se ne sont pas des sornettes, comme tu dis. Si je dis que cela arrivera dans bien-tôt, c'est que c'est vrai ! Est-ce que je me suis déjà trompé ?
- C'est vrai ça, Ignitus ne s'est jamais trompé ; répond Spyro qui croyait dure comme fer en cette prophétie.
- Peut-être, mais est-ce que tu le connaît assez pour le juger ? Parce que c'est bien beau et que vous vous êtes rencontrés et qu'il t'a appris à maîtriser ton souffle du feu. Mais le connais-tu assez pour le juger ? Lui fait remarquer Terrador, le maître de la terre qui était un grand dragon vert.
- Cesses de troubler ce jeune dragon ! Tous se que je vous raconte est vrai ! Il y a longtemps, vous doutiez des capacités de Spyro lorsque je l'ai ramené avec moi pour qu'on lui transmette tout notre savoir, et finalement, vous avez finit par croire en lui ! Il a fait ses preuves ! D'ailleurs celui qui trouvera les enfants de la prophétie sera Spyro ; réplique Ignitus qui commençait à s'énerver.
- J'aimerai bien voir ça pour le croire » ; lâcha Cyril, le maître dragon de la glace, un grand dragon bleu cyan, dans un ricanement.

Il est vrai que même Spyro ne croyait pas trop à cela, enfin, pas en la prophétie mais plutôt au fait que ce soit lui qui trouvera les enfants de la prophétie, cela lui semblait inconcevable. C'est pourquoi il demande :

« Mais, Ignitus, comment pourrais-je les reconnaître ? et tout le monde éclata de rire sauf Ignitus qui garda son sérieux ;
- Il te suffit de t'approcher d'eux et tes corne s'illumineront ; dit-il au dragon violet ;
- Tout cela est absurde, aller, on s'en va ».

Ainsi se conclue cette discussion entre les cinq dragons suite aux dires de Volteer qui se refusait toujours de croire en cette prophétie et décida de ne plus en reparler. Et ils n'en reparlèrent plus en effet, se concentrant sur l'apprentissage de Spyro pour le préparer à devenir un gardien de la
TERRE DES DRAGONS comme eux l'ont été.

Un an passa, un grand dragon noir que les quatre maître dragons appelèrent le Maître Noir, un vieil ennemi, leur déclara la guerre à eux et leur monde. Ceci fut une guerre interminable. Bien des créatures s'affrontèrent, qu'elles soient de l'ombre ou de la lumière. Des démons et des anges, des gobelins et des elfes, des sorcières et des mages, des fées du bien et des fées du mal. Plusieurs espèces s'affrontèrent, chacun défendant un camp. Ignitus le savait, ce n'était que le début de la longue guerre entre le bien et le mal, il savait que cela arriverait.

Un jour, deux ans après le début de la guerre, des démons guerriers ont réussit à prendre d'assaut le temple des dragons. Les maîtres dragons et leur apprentis commencèrent à les combattre comme ils le pouvaient. Ils avaient l'avantage jusqu'à ce que quatre démons firent les fourbes et donnèrent un coup fatal à Ignitus, Volteer, Terrador et Cyril qui s'écroulèrent au sol. Voyant cette scène, une grande haine envahit Spyro qui tua le démon qui voulait lui faire subir le même sort que ses maîtres et il en tua un autre et un autre et encore un autre. Il était devenu une véritable machine à tuer. N'arrivant pas à venir à bout du petit dragon violet, les démons s'enfuirent. Spyro voulut les poursuivre mais s'arrête en entendant la voix faible d'Ignitus l'appeler. Il retourne auprès du corps de grand dragon rouge qui était encore vivant. Faible, certes, mais toujours. Spyro eut alors une lueur d'espoir de sauver au moins celui qui a toujours été pour lui une figure paternelle.

« Maître ! Vous êtes vivants ! Je vais vous aider. Ne vous en faites pas, comptez sur moi.
- Spyro … Il est trop tard, tu ne peux pas m'aider … Mon heure est venue …
- Non maître, vous ne pouvez pas mourir, pas comme ça. J'ai encore des tas de choses à apprendre de vous.
Tout ce que j'ai à t'apprendre, tu le sais déjà … Tu es un maître à présent et en tant que tel, je veux que tu me promettes de trouver les enfants de la prophétie, de leur apprendre tout ton savoir, de les aider à devenir des héros avant de prendre ta place comme gardiens de ce monde.
- D'accord mais, s'il vous plaît, laissez-moi d'abord vous aider, je ne veux pas vous perdre.
- Me le promets-tu ?
- D'accord, le vous le promets maître Ignitus, je vous promets de faire tout ce que vous m'avez demandé.
- Spyro, je suis fier de ce que tu es devenu. Je tiens à ce que tu sache que je t'ai toujours aimé comme si tu étais mon propre fils ; et le grand dragon rouge se tut un grand, laissant un silence pesant.
- Ignitus ! Non ! Je jure de vous venger et de trouver les enfants de la prophétie à tout prix, quoiqu'il arrive, je ne reculerai devant rien pour y parvenir ! Et votre mort ne restera pas impunie ! »

       Spyro pleurait à chaudes larmes, son visage était ravagé par la tristesse de voire celui qu'il respectait le plus mourir sous ses yeux sans qu'il ne puisse rien faire. Une larme coula des yeux fermés d'Ignitus juste avant que son esprit sorte de son corps. Spyro continuait de pleurer à chaudes larmes devant le corps inerte de son Maître. Il pleurait toute les larmes de son corps jusqu'à s'endormir, épuisé.

           Le lendemain matin, il se réveilla en regardant pour la dernière fois ses maîtres. Il leur fait un tombeau dans le temple des dragons, au pied de la grande statue, ainsi, les esprits pourront les accueillir parmi eux. Ensuite, il commença sa quête pour retrouver les enfants de la prophétie qui sont sensés mettre fin à cette guerre une bonne fois pour toute. Cette quête dura plusieurs millénaires alors que la guerre continua à faire des ravages avant de se dérouler plus calmement, discrètement. Malgré ces longues années qui s'écoulèrent, Spyro, qui gardait encore et toujours toute sa jeunesse, il ne perdait pas espoir car il s'accrochait à une chose importante pour lui : la vengeance de la mort de ses maîtres.

_________________
Les thème d'Ondine:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fr.rpgdragonballevolution.wikia.com/wiki/Ondine
avatar

Sarashi Shouyu
Modérateur

Masculin
Âge : 97
Inscription : 19/03/2011
Messages : 562
Zénis : 0
Statut : Bon
Finisher : Chaining Eléments

MessageSujet: Re: Les Protecteurs de la Justice   Sam 7 Sep - 12:20

Juste une question Ondine... La partie galerie c'est pas juste pour les images/photos ou vidéos normalement ? ^^'

_________________





Merci de me prévenir lorsque vous avez fini votre présentation que je puisse valider Wink


... Theme サラシ
...








Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Ondine
Modératrice

Féminin
Âge : 23
Inscription : 27/09/2011
Messages : 672
Zénis : 6000
Statut : Bon
Finisher : Eau du Dauphin

MessageSujet: Re: Les Protecteurs de la Justice   Sam 7 Sep - 12:36

Non, c'est tout ce qui concerne les créations des membres il me semble et les Fan Fics font partie des créations des membres. ^^

_________________
Les thème d'Ondine:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fr.rpgdragonballevolution.wikia.com/wiki/Ondine
avatar

Kasumi Uzumaki
Membre

Féminin
Âge : 23
Inscription : 07/11/2011
Messages : 127
Zénis : 3500
Statut : Bon
Finisher : Orbe Vermillon

MessageSujet: Re: Les Protecteurs de la Justice   Lun 23 Déc - 11:01

Chapitre 2
Un nouvel espoir


Au 21ème siècles, dans une forêt au bord d'une rivière vivent quatre orphelins qui se connaissent et vivent ensemble dans un petit chalet depuis qu'ils ont fui leur orphelinat qui était maintenu par une horrible femme qui traitait ses pensionnaires comme des esclaves en les obligeant à faire des tâches ménagères et quand ils ne faisaient pas comme il faut, ils étaient enfermés dans les caves froids et humides. Il y a de cela un ans, les quatre orphelins de notre histoire, Thomas, Ondine, Jimmy et Louis, en ont eut assez et ont réussit à s'enfuir alors qu'ils devaient aller chercher de l'eau dans un puis sous la surveillance d'un pion dont ils ont réussit à s'échapper avant de s'installer dans un chalet abandonné dans un coin reculé d'une forêt et ils y vécurent tout les quatre heureux depuis. Thomas Ondine, Jimmy et Louis se connaissent depuis leur plus jeune âge et ils sont inséparables, ils se considèrent même comme des frères et sœurs et ils sont tous assez différents malgré leur grande complicité.

Thomas est un garçon au cheveux châtains clairs, aux yeux bleus clairs et des joues roses. Il est également assez grand pour son âge et un peu costaud. Il est quelqu'un d'enjoué, peu sérieux, aimant s'amuser et sortir des blagues idiotes qui ne font rire que lui et personne d'autres, pas même ses trois inséparables amis. Il lui arrive des fois de se disputer avec Ondine et louis qui essayent de le remettre à l'ordre quand il manque de sérieux. Il a 12 ans et son surnom est Thom.

Ondine, elle, est la seul fille du groupe. Elle a des au cheveux châtains foncés et un peu bouclés et des yeux bleus foncés. Sa peau est très blanche et elle est plutôt menue et mince. Elle est du genre calme et posée. Elle aime beaucoup lire même si ça ne l'empêche de rigoler avec ses trois amis. Quand les trois garçons se disputent d'ailleurs, elle est la seule qui arrive à les calmer et à faire cesser leurs disputes. Elle a 12 ans.

Jimmy est le deuxième garçon. Ses cheveux sont châtains foncés, mi-longs et bouclés et ses yeux bleus. Il s'occupe des courses en volant de la nourriture en ville, à force de vivre de ça, il est devenu un fin pickpocket. Il est quelqu'un de plutôt impulsif et bagarreur et déteste qu'on s'en prenne à plus faible que soi. Il a également 12 ans et on le surnommait Jim.

Louis est le dernier garçon et le plus jeune du groupe. Il a des cheveux châtains foncés et très courts, des yeux marrons et des taches de rousseurs. En plus d'être le plus jeune, il est également le plus sérieux et le plus intelligent, c'est un surdoué. Il s'intéresse aux différentes sciences, aime lire des revues là-dessus et rêve de devenir un grand scientifique plus tard. Il a un ans un ans de moins que ces trois amis, soit, 11 ans et on le surnommait Lou.
Ces quatre enfant avaient un destin commun qu'ils étaient loin d'imaginer dans le monde où ils vivent car ils vivent, un monde où personne ne connaît l'existence d'autres mondes qu'ils sont loin d'imaginer, de connaître et dont la plupart des gens pense qu'il s'agit d'histoires inventés ou de vieilles légendes, mais c'est loin d'être le cas.

Mais, un jour d'été, les enfants partaient vers le bord de la rivière qui se trouvait devant leur chalet quand, tout à coup, une porte, en vieux bois ancien dont le haut est arrondi et où il y a des anneaux en métal à la place des serrures, qui se tient debout devant eux sans l'aide d'un mûr où d'un appuie. Ensuite Thomas dit:

« Mais qu'est-ce que c'est que ce truc ?
- Je ne sais pas du tout c'est apparut comme par enchantement ; dit Ondine ;
- Voyons, Ondine, il doit y avoir une explication plausible à l'apparition de cette vielle porte, répli-que Louis.
-Si on entrait un peu pour voir, propose Jimmy.
-Bonne idée ! », criaient les trois autres.

Thom qui était le plus costaud des trois tira sur l'un des anneaux pour ouvrir la mystérieuse porte. Il y avait à l'intérieur comme un vide bleu à la grande surprise des enfants. Soudain, la porte se mit à trembler, Thomas, Ondine, Jimmy et Louis se sentir attirer comme un aimant vers l'intérieur de la porte et plus ils essayaient de résister, plus la force d'attraction était intense et ils finirent par se faire aspirer à l'intérieur de la porte en lâchant des cris. La porte claqua derrière leur passage et elle disparut.

Nos trois curieux sont à présent dans un espèce de grand jardin avec des monuments qui ressemblent à ceux des chinois, à l'époque du moyen-âge. Ondine trouvait cet endroit très beau et Thomas ne put s'empêcher de sortir un commentaire :

« Houa ! Chouette la déco façon chinoise ! Eh ! Regardez un dragon poursuivit par des ninjas ! »

Thomas montre un petit dragon avec des écailles violettes, un ventre, des cornes et une crête dorés et un museau un peu carré. sortant à ce qui ressemble à un temple bouddha en courant, poursuivit par quatre hommes vêtus de noir et d'une cagoule masquant leur visage et ne laissant voire que les yeux. Louis regarde Thomas et dit :

« C'est vraiment ridicule. La chine, avec un petit dragon violet.
- Pourquoi pas la chine est le pays des dragons après tout, non ?
- Bon, ça suffit, on a pas le temps de se disputer ; les gronda Ondine.
- Oui, il a des ennuis, il faut l'aider ; approuva Jim ; Eh ! On peut vous aider ? ».

Le petit dragon arrêta de courir, se dirigea vers eux après que Jimmy l'eut interpellé, c'est à ce moment que les cornes dorées du dragon s'illuminent et il répond en affichant un sourire au coin de ses lèvres :

« Bien entendu ».

Puis il s'élève dans les airs et quatre lumières de différentes couleurs sortent de son corps et rentrent chacune dans le cœur de chaque enfants, qui reçoivent des pouvoirs chacun, Thomas, rouge et a comme pouvoir le feu du dragon, Ondine, bleu et a le pouvoir de l'eau du dauphin, Jimmy, vert et reçoit le pouvoir de la terre du lion et Louis, jaune a le pouvoir de l'éclair de l'aigle. Chacun commencent à affronter un ninja.

Thomas avait vu à sa grande surprise ses mains prendre feu, il les regardait l'une après l'autre. Mais il sortit de ses pensée quand il reçut un kunai à son épaule qui le fit grimacer de douleur. Il retira le kunai et le jeta au sol et fit face au ninja qui l'avait attaqué. Celui-ci voulut lui donner un coup de pied retourné mais Thomas évite de justesse avant de lui donner un bon coup de poing embrasé à la figure. La cagoule du ninja prit alors feu et il disparut dans un brouillard qu'il créa.

Ondine faisait face à un ninja armé d'un jo, un bâton de combat, et frappe Ondine, mais celle-ci se liquéfie, se transformant en eau et il ne restait plus qu'une flaque d'elle. La flaque glisse entre les jambe du ninja qui regardait dans tout les sens pour chercher la jeune fille. La flaque d'eau grandit, prit une forme humanoïde, se colore et Ondine réapparaît, choquée, regardant ses mains. La jeune fille secoue sa tête pour se reprendre. Elle tapote l'épaule du ninja qu'elle affrontait, il se retourne de suite mais n'eut le temps de ne rien faire car Ondine lui donne un bon coup de pied à son entre-jambe qui le plia en deux, et elle enchaîna ensuite avec un coup de pied retourné qui l'assomma sur le coup.

Jimmy, quant à lui, se retrouvait face à un ninja armé d'un nunchaku qui fit plusieurs mouvements rapides avec avant de se voire enfoncer dans le sol qui était devenu du sable mouvant. Le ninja s'agita pour essayer de s'extirper du sol mais cela accéléra le processus et il finit totalement enfoncé dans le sol sous les yeux écarquillés du jeune garçon qui n'avait rien compris à ce qui venait de se passer devant ses yeux.

Louis était paralysé face au dernier ninja armé de deux saï qui chargea vers lui. Louis ferma les yeux et un éclair jaune s'échappa de son corps pour s'abattre sur le ninja qui tomba au sol sur son dos en lâchant ses armes et en tremblotant.
Une fois les quatre ninjas hors d'états de nuire, les enfants demandent au dragon des explications, donc il se présente :

« Je m'appelle Spyro, je suis un Maître dragon et pour expliquer ce qui se passe, je vais faire simple, vous êtes les enfants de la prophétie.
- Quelle prophétie? demande Thom.
- Une prophétie qui annonce que des enfants, dotés de pouvoirs redoutables, arrêtent une guerre qui dure depuis des lustres, je vous ai recherché depuis longtemps et je vous ai finalement trouvé aujourd'hui.
-Attendez une minute ; intervient Louis ; qu'est-ce qui vous dit qu'on est vraiment ceux que vous recherchiez ?
-Tout simplement car, je me souviens, il y a longtemps, mon maître, Ignitus, m'a dit que c'est moi qui vous trouverez et qu'à ce moment-là, mes cornes s'éclaireront. Vous pensez que mes cornes se sont illuminées pour faire jolie peut-être ?
- En tout cas ça l'était ; ne put s'empêcher de dire Thomas pour se rendre intéressant avant de se recevoir un bon coups de coude dans les côtes de la part de Ondine.
- Enfin, après vous avoir reconnu, j'ai réveillé vos pouvoirs qui sommeillaient en vous. Toi ; il re-garde Thomas ; tu as le pouvoir du feu du dragon, ce qui signifie que tu as des capacités de pyrurgie et pyrokinésie, c'est à dire la création et la manipulation du feu. Toi ; il regarde la seule fille du groupe ; tu as le pouvoir de l'eau du dauphin, ce qui veut dire que tas des capacités d'hydrokinésie qui te permet de créer et manipuler. Toi ; il regarde Jimmy ; tu possèdes le pouvoir de la terre du lion qui donne une capacité de géokinésie, manipuler la terre sur toute ses formes. Et enfin toi ; il regarde Louis ; tu as le pouvoir de l'éclair de l'aigle qui t'offre la capacité d'électrokinésie, la manipulation de la foudre.
- C'est bien beau tout ça, mais on est sensé faire quoi à présent ? Demande Jimmy.
- Vous allez me suivre jusqu'à F3X, l'école des héros, pour recevoir un enseigne-ment digne de ce nom afin que vous devenez de vrais héros et que, plus tard, vous prenez ma place comme Maîtres ».

Et Spyro regarde avec un regard exaspéré Thomas qui joue avec son pouvoir en disant qu'il va chauffer le terrain et le dragon violet lui répond :

« Peut-être, que tu vas chauffer le terrain, mais toi et tes amis vous ne savez pas vous battre et vous n' êtes pas encore des vrais héros mais des apprentis héros. Alors ? Êtes-vous prêt au destin qui tient entre vos mains ?
- Oui, et nous formerons les Protecteurs de la Justice, répondent les enfants en même temps après s'être consultés entre eux du regard.
- Bien, au faite, j'allais oublier de vous demander vos noms.
- Je suis Thomas mais vous pouvez m'appeler Thom.
- Je m' appelle Ondine.
- Mon nom est Louis mais mes amis m'appellent Lou.
- Et moi c'est Jimmy, Jim pour les intimes .
- Hé bien, je suis heureux de vous rencontrer. Si vous voulez vous pouvez m' appelez par mon nom.
- Nous aussi on est heureux de te rencontrer SPYRO », répondent les enfants en chœur.

A ce moment là, Spyro sourit, ensuite il entre dans un temple, laissant les nouveaux apprentis héros entre eux. Il s'assoit devant un vieux tombeau en pierre polie, baisse la tête, ferme les yeux et dit :

« Je les ai trouvé, maintenant je vais pouvoir vous venger mes maîtres particulière-ment vous Ignitus ».

Après, avoir dit cela, il se relève, ouvre ses yeux, s'éloigne de la pierre et quitte cette pièce de ce temple et se rend dans une autre qui était complètement vide, il n'y avait qu'un tapis rouge foncé au sol, il s'y assoit, referme ses yeux et se concentre.

Quelques heures plus tard, les enfants attendent leur maîtres, tout en se demandant se qu'il fait car cela faisait plusieurs minutes qu'ils ne l'avaient plus vu. Puis, tout à coup, quelque chose arrive dans la brume et fait un bruit bizarre :

«Chou-Tchou! ».

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Gabriel
Membre

Féminin
Âge : 23
Inscription : 06/02/2012
Messages : 20
Zénis : 0
Statut : Bon

MessageSujet: Re: Les Protecteurs de la Justice   Lun 20 Jan - 15:41

Chapitre 3
Voici le Pôle-Expresse

« Chou-Tchou »

Ensuite, un train à vapeur apparaît, s'arrête juste devant Thomas, Ondine, Jimmy et Louis et un homme, habillé d'un uniforme de contrôleur de train bleu et ayant une épaisse moustache sous le nez, en sort et cri :

« En voiture!
- Ho, ta gueule ! » ; hurle Thomas en se moquant du monsieur et Ondine lui donne un coup de coude dans les cotes.

L'homme s'approche d'eux, les regarde et dit :

« Alors ? Vous venez ?
- Ah, je vois que vous avez modernisé depuis la dernière fois que je vous ai vu monsieur le contrôleur ; dit Spyro en les rejoignant en courant.
- Et oui, heureux de te revoir Spyro.
- Au faite ce train est sensé nous emmener où ? Demande Ondine.
- Non, vous ne savez pas ? On va à F3X bien sûr. Voici le Pôle-Expresse ! »

Les enfants le regardent avec les yeux rond, ne comprenant toujours pas ce que ce train était. Le contrôleur moustachu regarde alors le petit dragon violet.

« Spyro, ça veut dire que tu ne leur à rien dit.
-Tu sais? Tu es arrivé plus vite que prévu.
-Bon, oublions ça et tout le monde monte ! Allé ! J'ai un horaire a respecter, moi, vite, dépêchez-vous ! ».

Et ils entrent tous dans le train sauf Spyro car c'est un professeur et il se rend autrement à F3X. Le contrôleur installe les quatre enfants dans une cabine avec deux grand sièges en cuire rouges accrochés aux mûrs. Il y était déjà assis deux autres garçons, l'un a des cheveux bruns, des yeux verts, ce garçon porte des lunettes rondes et est marqué d'une cicatrice en forme d'éclair sur son front, et l'autre a des cheveux roux, des yeux bleus et ses joues sont pleines de taches de rousseurs. Thomas dit en regardant le garçon à la cicatrice :

« Mais, c'est Harry Potter !
- Et ça recommence, tu vois Ron ? Dis Harry Potter au rouquain.
- Ça a l'air énervant à la fin.
- Au faite, je suis Thomas mais vous pouvez m'appeler Thom.
- Je m' appelle Ondine.
- Mon nom est Louis mais mes amis m'appellent Lou.
- Et moi c'est Jimmy, Jim pour les intimes.
- Vous n'êtes pas les...? Demande d'un air surpris Ron sans terminer sa question.
- Les quoi? Demande Jimmy.
- Les protecteurs de justice ?
- Ouais c'est nous. C'est chouette ! On a déjà des fans » dit Thomas.

Ensuite, le contrôleur arrive en leur demandant si ils voulaient du chocolat chaud, que les enfants acceptent volontiers. Des serveurs habillés de smoking et ayant des tabliers attachés autour de leurs tailles entrent alors en dansant et en chantant dans la cabine de façon rythmée. Ils avaient installés au milieu de la cabine au passage une table en la faisant apparaître par magie et y dansaient dessus, puis quand tout est fini, que la table disparaît et que les serveurs s'en allèrent comme ils sont venus, Thomas dit :

« Pas la peine d'en faire tout un plat, rien que pour un chocolat chaud ».

Une heure plus tard, le contrôleur revient pour leur annoncer qu'ils sont arrivés et que le guide les mènerait jusqu'à la porte de l'école. Dix minutes plus tard, un homme gigantesque où on ne voit presque pas son visage à cause de sa barbe, sa moustache et cheveux long, brun et emmêlés, on aperçoit que ses yeux brillant. Il leur dit :

« Bonjour, je suis Rubéus Hagrid, mais appelez moi Hagrid, je suis le gardien des clefs et des lieux à F3X et aussi votre guide pendant cette première année, maintenant, suivez moi ».

Et tous le monde le suit. Bien sûr, avant de sortir du train, il était aller chercher d'autres élèves de première année dans leur cabine, exactement comme il l'a fait avec Ondine, Thomas, Jimmy, louis, Harry et Ron. Suite à cela, ils ont traversé une forêt remplit de végétations. Après avoir traversé la grande forêt, le gardien s'arrête devant la porte d'un grand château et frappe deux fois cette porte. Une femme avec des cheveux attachés en chignon cachés par un chapeau pointu vert, aux yeux verts émeraudes derrière une paire de lunettes et habillait d'une robe verte ouvre, Hagrid la salue.

« Bonjour, Mademoiselle Mcgonagall, c'est un honneur de vous revoir cette année, je vais vous laisser avec les nouveaux élèves.
- Merci, vous avez encore fais de l'excellent travaille ; alors qu'Hagrid s'en va chez lui, Mlle Mcgonagall dirige son regard sévère et impassible vers les élèves ; bien, suivez-moi à l'intérieur ».

Les élèvent entrent tous et pour Thomas, Ondine, Jimmy et Louis, ils entrent, non seulement dans une nouvelle école, mais aussi dans un nouvel monde qu'ils étaient loin de connaître et qui leur prépare bien des surprises.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Ondine
Modératrice

Féminin
Âge : 23
Inscription : 27/09/2011
Messages : 672
Zénis : 6000
Statut : Bon
Finisher : Eau du Dauphin

MessageSujet: Re: Les Protecteurs de la Justice   Lun 3 Mar - 10:48

Chapitre 4
Bienvenue à F3X


A l'intérieur, les couloirs semblaient vieux, assez sombres, livides et anciens. Au bout d'un instant, Mlle Mcgonagall s'arrête nette devant une porte, elle se retourne vers les élèves qui s'étaient arrêtés derrière elle, les Protecteurs de Justice et leurs deux amis étant devant le rang, et dit :

« Restez ici un moment, je vais voir si tout est prêt dans les dortoirs ».

Quelques minutes après que Mlle Mcgonagall ait passé la porte qu'elle avait refermé derrière elle, un garçon au cheveux courts et blonds clairs, coiffés en arrière et accompagné de deux autres garçons plus costauds et d'une fille au cheveux long, jusqu'en-dessous de sa taille et blond clair, identique au garçon, s'approchent de Thomas, Ondine, Louis et Jimmy en disant :

« Alors c'est vrai, ce que j'ai entendu dire dans le train, à la suite des professeurs, les enfants de la prophétie sont élèves à F3X et sous le nom des Protecteurs de la Justice, voici Krabb et Goy, dit-il en désignant les deux garçons costauds, notre chère Biège, Justine Biège, continue-t-il en montrant la fille blonde, et moi, c'est Malefoy, Drago Malfoy ; Thomas se met d'un coup à pouffer de rire, Malefoy lui lança alors un regard noir ; en quoi mon nom te fait rire, je fais partie d'une grande et puissante famille de sorciers au sang pure.
- Je m'en balle de ton nom ce sont tes aires supérieures ridicules qui me font rire.
- Ridicule, mes aires supérieures? Je n'ai pas d'aires supérieures, je suis supérieur.
- Tu n'es pas supérieur, tu es con.
- Tu vas regretter cette affront ».

Il sort un bâton qu'il pointe vers Thomas, mais Mlle Mcgonagall arrive juste derrière Malfoy, les bras croisés, en disant d'un ton sec :

« Alors j'imagine, que pour un être supérieur telle que vous, une heure de retenue vous suffit pour monter tout votre talent ; Thomas se met à ricaner, la vieil femme le regarde alors ; quand à vous M. Thomas, cela ne doit surtout pas vous déranger de l'accompagner en retenue.
- Au non ; dit Thomas en soufflant et en faisant la mou.
- Vous préfériez une heure de plus en retenue peut-être ?
- Non, merci, une heure me suffira.
- Bien. Quant aux dortoirs, tout est prêt, mais je vous préviens à l'avance que, avant de rentrez dans les dortoirs, vous allez rencontrez les professeurs de l'établissement qui sont dans cette salle, vos professeurs principales vous appelleront ou, si vous les connaissez déjà, viendront vers vous, alors maintenant je vous demande de vous mettre correctement, en rang deux par deux et de bien me suivre ».

Tout les élèvent s'exécutent, Thomas se mit à coté de Jimmy alors que Ondine et Louis se mettent à coté l'un de l'autre. Une fois ceci faits, ils entrent dans pièce, qui n'a rien à voir avec ce


qu'ils avaient imaginé, c'est une salle à manger tout ce qui a de plus banale, avec plusieurs fauteuils, canapés et tables basses. En fait, comparé au couloir qu'ils ont traversé, cette pièce semblait plus moderne. Soudain, les mûrs s'ouvrent en deux et y sortent des personnes dont il était impossible à compter combien ils étaient tellement ils sont nombreux, puis Mlle Mcgonagall les présentent en criant :

« Voici notre chère directeur, le Prof. Xavier, le directeur adjoint, le Prof. Dumbledore, La Ligue des Justiciers, les prof. Des X-men, Les 4 Fantastiques, Maître Yoda et Luck Skywalker, le Prof. Rogue, Spyro, Mme Faragonda et la surveillante, Griselda, Maître Splinter et les Tortues ninjas, Philoctète surnommé Phil et Spider man, maintenant vous allez rejoindre vos professeurs principaux qui vous donneront vos emplois du temps des semaines que vous passerez ici et vous mèneront dans les dortoirs ; Thomas lève le doigt et le prof. Mcgonagall lui donne la parole ;
- Ils nous donneront aussi les horaires de bus pour rentrer chez nous ? Tout les élèves se mettent à rire sauf les amis de Thomas.
- Vous ne rentrerez pas avant les vacances, nous sommes, comme disent les moldus, dans une pension ».

Thomas en reste bouche bée, il n'avait jamais aimé les études et il a toujours était qualifié comme un cancre, alors devoir rester jour et nuit dans une école cela ne lui plus pas trop. Les professeurs principaux commence par appeler leurs élèves alors que Thomas se laisse tomber dans un canapé en disant :

« Hé ben, c'est compliquée cette histoire ; Rogue, un homme à l'apparence négligée, mince, aux cheveux noirs et gras tombant en rideaux sur son visage, au nez crochu et le teint cireux, aux dents jaunes et inégales et portant toujours une longue cape et un manteau noirs, arrive avec un couteau frappe le bras de Thomas avec ;
- Je vous préviens M. Thomas la tomate, je sais reconnaître un cancre telle que vous et que vous avez intérêt de vous tenir à carreau sinon… ; il prend son couteau et lèche le sang qui y dégouline, Jim fait une grimace et le professeur le regarde ; Malefoy, Biège, Krabb et Goy, suivez-moi, ça sent trop la tomate farcie par ici ».

Rogue commence à s'éloigner d'un pas à la fois lent et assuré ? Avant de suivre son professeur, Malefoy regarde Thom en fronçant des sourcils. Ondine essaye de consoler Thomas en lui tapotant l'épaule quand elle aperçoit un garçon aux yeux couleurs noisettes et aux cheveux châtains clairs. Le garçon, l'apercevant, s'approche et lui parle :

« Bonjour, je m'appelle Michel, et toi ?
- On... Ondine.
- Quelle joli nom, si tu veux un jour on pourrait dîner ensemble pour faire plus ample connaissance.
- D'accord, je veux bien, merci ; ensuite Mlle Mcgonagall appelle Michel pour aller dans le dortoir de son groupe.
- Je dois y aller, peut-être à la prochaine.
- Attends, tu es dans quelle groupe?
- Gryffondor avec Harry Potter, Ronald Weasley et Hermione Granger, désolé je dois vraiment partir, peut-être à plus tard ».

Spyro vient les chercher pour les mener à leur dortoir. En arrivant, ils étaient ravie leurs cotés étaient exactement dans leurs goût, Ondine avait des décorations de dauphins ou autres choses rappelant la mer, Thomas, des dragons et des tas de jeux vidéos, Jim, des chats et Lou, des aigles. Spyro leurs explique que le manoir est magique, il lit dans les pensées et arrange pour que se soit dans le goût de la personne dont il lit les pensées.

La nuit tombé, après le repas, les apprentis-héros se sont allongés sur leur lit tout neuf, jamais de toute leur existence ils ont dormit dans un vrai lit et la sensation et l'expérience et la sensation n'était pas désagréable, au contraire. Ils n'ont pas tardé à s'endormir pour pouvoir prendre des forces pour la journée qui les attend.

_________________
Les thème d'Ondine:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fr.rpgdragonballevolution.wikia.com/wiki/Ondine
avatar

Lana
Membre

Ouvrière
MembreOuvrière

Féminin
Âge : 23
Inscription : 31/10/2012
Messages : 18
Zénis : 0
Statut : Mauvais
Finisher : Kogarasumaru Amakuni

MessageSujet: Re: Les Protecteurs de la Justice   Ven 14 Mar - 11:29

Chapitre 5
Première journée


Le matin, à 7 heures du matin, le réveille s'était mis à sonner dans toute les chambre de chaque groupes d'élèves. Dans la chambre des Protecteurs de la Justice, Ondine était la première réveillée et commençait déjà à d'habiller, à se coiffer et à préparer ses affaires de cours qui étaient déjà dans leur chambre. Elle s'était attachée ses longs cheveux châtains en queue de cheval bien haute et portait un t-shirt à manches courtes tout bleu, un slim en jean et des baskets. La seule fille du groupe avait mis toute ses affaires dans un petit sac à dos bleu à fermeture éclair qu'elle portait que sur son épaule droite.

Louis était le deuxième réveillé à 7 h 10, étant le premier jour de cours, Spyro accordait 10 minutes supplémentaires de sommeil car il sait que les réveils sont durs les premiers jours de cours. Louis était habillé d'une chemise blanche à manches longues avec une cravate rouge serrée à son col, un plastron en tissus noir tout boutonné, d'un pantalon noir et de chaussures en cuir noir. Des vêtements assez classiques à première vue.

Les deux derniers, Thomas et Jimmy, ne se réveillaient pas et continuaient de dormir profondément malgré que Spyro, qui était très en colère par leur attitude, se met à les gronder.

« Dépêchez-vous ! Nous allons raté la distribution des costumes de mission et vous allez être en retard à votre cours de métamorphose ! »

Thomas et Jimmy Ne bougeaient pas d'un pouce et continuaient de dormir comme des marmottes malgré les lamentations de Spyro pour essayer de les réveiller. Ondine et Louis se trouvaient devant la porte à le regarder, les bras croisés comme pour attendre. Tout deux, qui connaissaient très bien les deux dormeurs, savaient que les tentatives du dragon étaient vaines car quand Thomas et Jimmy dormaient comme ça, il était impossible de les réveiller. En particulier Thomas qui était un grand paresseux.

Au bout de plusieurs minutes à attendre, Thomas et Jimmy dormaient toujours, Spyro tentait de les réveiller en vain et les deux jeunes gens baillèrent en même temps car ils s'ennuyaient à attendre comme ça et commençaient à perdre patience. Louis dit alors :

« Bon, ça suffit maintenant, ils nous rejoindront plus tard.
- D'accord, nous n'avons pas d'autre choix de toute manière. J'espère en tout cas que ces deux-là ne me feront pas honte »; répond Spyro.

Louis, Ondine et Spyro quittent ensemble la pièce en laissant les deux paresseux dormir profondément avant de se rendre dans la salle à manger où il leur a été présenté les professeurs la veille. Des tas d'élèves s'y trouvaient. Griselda, la surveillante, étaient chargée de distribuer les costumes. Cela se passait ainsi, elle appelait un groupe d'élèves et le groupe d'élèves s'avançaient pour récupérer leur costume. Ondine voyait au loin Michel qui la remarque et lui fait un signe de la main. La jeune rougit, elle remarque que ses joues avaient changé de teinte et détourne la tête vivement d'un air gêné.

Louis, lui, remarque qu'ils n'allaient pas rejoindre les autres élèves pour attendre qu'on leur distribue leur costume, cela l'intrigua assez donc il s'adressa à Spyro, qui essayait de dissimuler sa mauvaise humeur du matin sous un air sérieux :

« Mais Spyro, on ne va pas chercher nos costumes ?
- Non, pas maintenant. Vous êtes tout les quatre convoquaient chez le directeur cet après-midi pour les récupérer. Espérons juste que les deux autres idiots se tiendront à carreau sinon ils vont m'entendre ».

Bien qu'il cherchait de cacher sa mauvaise humeur par son visage, Ondine et Louis voyaient bien à sont ton de voix que leur maître n'était pas du tout content. Ils se regardèrent alors mutuellement d'un air inquiets, se doutant que leurs amis risquaient d'avoir des ennuies. Spyro les laissait devant une table où il y avait dessus plusieurs pains grillés, pains aux chocolat, confiture, croissants, céréales et chocolats chauds pour le petit-déjeuner. Le petit dragon violet était parti seul pour aller déjeuner avec les professeurs et laisser ses élèves déjeuner entre eux.

Ondine avait pris juste un pain au chocolat, ayant peu d'appétit, tandis que Louis avait pris un peu de tout. Il avait mangé un pain au chocolat, un croissant, un verre de lait chaud et un peu de céréales aux chocolats. Bien qu'il soit le plus jeune du groupe, il était aussi l'un qui avait le plus d'appétits bien qu'il ne bat pas Thomas dans ce domaine qui terminait toujours les plats quand ses amis n'avaient plus faims dans leur petit chalet. Une fois leur petit-déjeuner, les deux jeune gens quittaient la salle à manger pour se rendre en cours de métamorphose.

Peu de temps après, Spyro était retourné dans la chambre de ses élèves où Thomas et Jimmy dormaient encore et toujours, il eut un petit sourire au coin car à présent il avait une astuce pour les réveiller qui lui a été par Mlle Mcgonagall qu'il avait croisé durant le petit-déjeuner. Il portait dans sa queue une petit sac de toile beige qu'il met au-dessus de la tête des deux apprentis-héros et vers sur le visage un peu de poudre. Les deux garçons se mettent alors à éternuer et ils se réveillèrent sans qu'ils comprennent ce qu'il s'était passé. Spyro se fait un plaisir de tout leur expliquer.

« Je vous ai réveillé avec de la poudre éternuante mes gaillards. A présent, vous allez en cours et plus vite que ça ! »

Spyro leur lança un regard sévère et menaçant. De suite, Thomas et Jimmy se relèvent et enfilent leurs vêtements à toute vitesse. Thomas portait un jean, un t-shirt à manche courte marrons et des baskets alors que Jim enfila un t-shirt à manche longue verte, un jean et des basket. Une fois habillés, les deux retardataires quittent leur chambre en courant. Ils passent à la salle à manger où ils prenne un pain au chocolat avant de quitter la pièce en mangeant au trajet. Ils couraient à travers les différents couloirs, perdus.

Au bout de plusieurs minutes, Thomas et Jimmy finissent par trouver la salle de classe où ils y entrèrent en courant, essoufflés. Ils ne faisaient plus attention à ce qui les entouraient. Ondine et Louis se trouvaient à un pupitre au premier rang, l'un à coté de l'autre. Ils regardent leurs amis arriver en trombe avant de se regarder mutuellement. Thomas et Jimmy se redressent une fois leurs souffles repris et regardaient devant eux où ils voyaient un chat tigrés sur le bureau du professeur et qui les regardaient. Pensant qu'ils étaient arrivés à temps, Thomas dit :

« Ah ! Nous voilà enfin ! T'imagines la tête de la vieille Mcgonagall si on était arrivés en retard ?
- Ouais, ça n'aurait pas été beau à voir ! »

En entendant Thom et Jim parler ainsi de leur professeur, Ondine se tapa le front avec le plat de sa main en soupirant d'exaspération en pensant comme quoi ils étaient incorrigibles. Le chat, lui, bondit du bureau vers eux avant de changer de forme pour celle de professeur de métamorphose qui regardait les deux élèves qui sont arrivés en retard à son cours d'un air sévère et impassible. Thomas fut impressionné par ce qu'il venait de voir et ne se gêna pas de le faire remarquer.

« Cool le tour ! Vous êtes vachement douées !
- Merci pour ce compliment monsieur Thomas, mais peut-être qu'il faudra vous transformer vous et monsieur Jimmy en montre à gousset. Peut-être que là vous arriverez à l'heure ; dit Mlle Macgonagall en les fusillant du regard.
- On n'a pas entendu le réveil et on s'est perdu, réplique Jimmy.
- A moins que vous vouliez une trompette, comme si la poudre éternuante n'avait pas suffit, et un de l'école ? Vous n'en avez pas besoin pour trouvez vos places ».

Alors qu'Ondine et Louis ne comprenaient pas ce qu'elle voulait dire avec son histoire de poudre éternuante, Thomas et Jimmy ne comprenaient pas comment elle était au courant de cette histoire. Mais ils ne posèrent pas de questions, ne voulant pas se faire plus remarquer et se dirigeaient vers leur place qui se trouvait au dernier rang quand la sonnette sonne la fin du cours. Tout les élèves alors, y compris les Protecteurs de la Justice quittent la classe pour se rendre au prochain cours, celui de potion avec le professeur Rogue.

La classe ressemble un peu à celles des classes à la fin 19ème siècle, avec des pupitres servant de bureau pour les élève, un grand tableau noir devant le bureau du professeur. Des placards et étagèrent remplis de fioles, de marmites et ingrédients en tout genres longés les mûrs. Les élèvent venaient tout juste de s'installer, Thomas et Louis étaient à cotés au premier rang et Ondine et Jimmy ensemble au deuxième, juste derrière les deux autres.

Soudain, à leur grande surprise, Rogue entra en trompe en claquant la porte derrière lui. Sa cape noir volait au vent. Il marchait vite entre deux rangées de pupitres en disant :

« Il n'y aura ni baguettes magiques, ni combats idiots dans ce cours ; il s'arrête devant son bureau et se retourne vers ses élèves ; Je ferais en sorte que vous oubliez tout ce que vous savez d'en-dehors de ce cours et vous apprendre de nouvelles. Ainsi, je peux vous apprendre à enfermer la mort dans un flacon et... »

Il s'interrompe en entendant un bruit de ronflement. Il regarde autour de lui et arrête son regard sur Thomas qui s'était endormi. En voyant le regard noir du professeur, Louis secoua Thomas pour essayer de le réveiller mais cela ne marcha pas. Rogue prit son couteau et frappa le bras de Thomas avec. Le jeune garçon se réveilla alors en sursaut avant de voir sa coupure au bras. Il relève la tête et voit le professeur qui lui dit :

« Monsieur Thomas, l'un des quatre enfants de la prophétie. Dites-moi, si je vous demande de me préparer du polynectar, quels ingrédients y mettriez-vous ? ; Thomas n'eut le temps de répondre car le professeur de potion enchaîna après avoir léché le sang dégoulina de son couteau ; Vous ne savez pas ? Décevant, le fait d'être un acteur important d'une soit disant prophétie ne fait pas tout. N'est-ce pas monsieur la tomate ».

Thomas ne répondait rien, mais il bouillonnait à l'intérieur, il dû se retenir pour ne pas mettre la robe de Rogue en feu. Ondine non plus n'aimait pas du tout les manières de ce professeur qui se croyait tout permis et abusait de son pouvoir pour rabaisser les élèves et elle en fit part à Jimmy en lui chuchotant :

« Il est fou ce prof avec son couteau et le sang qui dégouline.
- Berk ! T'as raison. Pauvre Thomas, je ne voudrais pas être à sa place. Le dir… ; il s'interrompe quand Rogue s'immisce dans la conversation après avoir coupé en deux leur pupitre dont les morceaux tombent à coté d'eux, il était comme un fou ;
- Je ne vous dérange pas au moins ? Vous savez ? Pour moi, le sang c'est comme de la…grenadine »

Rogue lécha à nouveau son couteau alors qu'Ondine et Jimmy firent un grimace dégoût. Il sonna alors la fin du cours et le début de la récrée, au grand soulage des élèves qui filaient tous vers l'extérieure de la classe.

Thomas, Ondine, Jimmy et Louis se rendirent ensemble à la cours de récré. La cours était immense, remplit de gazon aux herbes bien vertes et quelques arbres. Ils se sont installés dans un coin de la cours où il y avait un banc en bois sous un arbre qui faisaient de l'ombre. Ce coin leur plaisant, les Protecteurs de la Justice voulaient en faire leur coin à eux mais Malefoy et sa bande s'approchèrent. Le jeune sorcier dit :

« Eh ! C'est notre territoire ici ! Allez dégagez les minables ; il poussa Louis qui tombe au sol sur le derrière mais Jimmy se met devant Malefoy, le regard énervé.
- On était avant vous d'abord ! Alors c'est à vous de dégager ! » intervient Jimmy en le poussant.

A ce moment-là, un jeune homme plus âgé que les Protecteurs de la Justice et des Serpentards, le nom du groupe de Malefoy et sa bande, aux cheveux blonds et habillé d'un t-shirt à manches longues noir, d'un jean et de baskets alla à leur rencontre. Il s'adressa à Malefoy :

« Salut, je m'appelle Pyro, je suis du groupe des X-Men. On dirait que toi et ta bande avaient des ennuies avec ces gars-là, Malefoy. Je peux vous aider si tu veux.
-Pourquoi pas, un peu d'aide ne serait pas de trop ; répond Malefoy en affichant un sourire au coin de ses lèvres tandis que Pyro s'approche de Jimmy ;
-Alors les minus ? On embête mon pote ? C'est pas bien ça ! Vous méritez une bonne punition »

Pyro sort de sa poche un briquet qu'il ouvre, laissant sortir une flammèche, met sa main au-dessus et le feu du briquet était comme attiré vers elle. Il éloigna sa main et il y avait en son creux une boule de feu qu'il jeta sur Jim. De suite en voyant ça, Ondine décide d'intervenir, elle se met devant son ami pour recevoir la boule de feu à sa place quand une bulle gigantesque se forma autour d'eux et les protège de la boule de feu comme un bouclier. La bulle flottait de quelques mètres du sol et avait une légère teinte bleue transparente. Ondine était surprise de découvrir qu'elle était capable de créer un bouclier à bulle volant avec ses pouvoirs.

Elle retourne son attention sur Pyro qui s'acharnait à envoyer des boules de feu sur son bouclier en espérant le briser. Elle le regarde, lui, ainsi que Malefoy et sa bande. Elle tendit sa main devant, se concentre et une bonne quantité d'eau, assez pour pouvoir remplir un sceau, se mit à tomber sur les cinq fauteurs de trouble qui en restèrent béats. La seule des Protecteurs de la Justice, elle, fait atterrir sa bulle au sol avant qu'elle disparaisse, croise ses bras et regarde ses victimes d'un air moqueur.

« Vous faites moins les malins à présent » ; lâcha-t-elle dans un ricanement.

A ce moment-là, Thomas, Jimmy et Louis virent Rogue arriver derrière Ondine, la mine sombre. Les trois garçons se mettent alors à faire des signes à Ondine, en étant à la fois apeurés et paniqués, pour la prévenir mais la jeune fille les regardait en un haussa un sourcil car elle ne comprenait à rien de ce qu'ils voulaient lui dire. Mais elle se redresse d'un coup, surprise, quand Rogue se mit à parler.

« On dirait que la journée commence bien. Vous commencez à embêter les élèves en utilisant vos pouvoirs à présent. En particulier vous mademoiselle Ondine la sardine.
- D'abord je m'appelle Ondine, juste Ondine, et que ce sont vos élèves et Pyro qui ont commencé en voulant nous chasser de ce coin alors que nous étions arrivés ici en premiers ; réplique Ondine en se retournant vers le professeur de potions qui s'énerva.
- Comment osez-vous me répondre sur ce ton ? Vous allez le regretter ! »

Rogue prit son couteau et s'apprête à frapper Ondine qui ferme les les yeux pour se préparer à recevoir le coup quand un éclair frappa l'arme blanche qui glisse des mains de son propriétaire. La jeune fille rouvre alors les yeux et regarde avec les autres vers la direction d'où venait cet éclair. Spyro et mademoiselle Mcgonagalle, qui avait un bâton à sa main, arrivent alors en trombe. Mlle Mcgonagall s'arrête avec le petit dragon violet et dit :

« Arrêtez professeur Rogue. Vous n'avez pas à frapper cette jeune élève.
- Elle m'a insulté ! Elle mérite une correction ! ; réplique Rogue, toujours énervé.
- Il me semble pas l'avoir entendu vous insulter mais vous dire clairement ce qu'il s'était passé alors que vous refusiez de l'écouter. Il se trouve que mademoiselle Mcgonagalle, ici présente, à tout vu. À vous maintenant.
- En fait, les Protecteurs de la Justice ont trouvé un coin tranquille pour s'y poser quand les Serpentards sont venus les chasser avec l'aide de Pyro qui a attaqué Jimmy. Donc, Ondine l'a défendu. Ce coin appartient donc à Thomas, Ondine, Jimmy et Louis. Quand aux Serpentards et à ce X-Man, ils seront en retenues.
- D'accord, je laisse pour cette fois, mais la prochaine fois, il n'y aura pas d'autres chance; dit Rogue avant de partir avec ses élèves.
- On se retrouvera mademoiselle la sardine » ; dit Pyro à Ondine avant de s'en aller à son tour.

Les Protecteurs de la Justice ne tiennent pas compte des menaces proférés à leur encontre, pensant qu'ils avaient évité le pire et qu'ils ne voyaient pas en quoi ils pourraient avoir plus d'ennuis. L'heure du repas était finalement arrivé à midi. Les apprentis-héros se trouvaient dans la salle à manger assis à une table ronde. Il y avait des tables rondes pour chaque groupes d'élèves. Et quand les élèves désiraient manger quelque chose en particulier, il apparaissait devant eux.

Ainsi, Thomas avait mangé un hamburger, des frites, su coca et un softy au chocolat. Ondine mangea un gratin de choux-fleur à la bechamelle, un perrier, un softy au caramel et un cordon bleu. Jimmy, lui, se régalait avec du gratin dauphinois et du yop. Louis mangeait des plats peu consistants par rapport à ses amis, soit des spaghettis, des crevettes, du coca et du yop. En tout cas, ils se régalèrent tous.

Une fois le repas terminé, Spyro était aller chercher ses élèves avant de les emmener au bureau du directeur, le professeur Xavier, pour recevoir les costumes de missions. Une fois dans le bureau du directeur, qui ressemblait à un bureau de dirigeant d'établissement scolaire magique, ils font face au professeur Xavier. Il était un homme habillé d'un smoking avec une cravate noire à son col, chauve et assis sur un fauteuil roulant, il devait avoir les jambes paralysées. Il posa ses yeux bleus sur les enfants avant de leur adresser la parole :

« Bonjour à vous quatre, Thomas, Ondine, Jimmy et Louis. Je suis le professeur Xavier, le directeur de cet établissement. Je suis honoré de faire votre connaissance.
- Ravi de vous rencontrer également mais on n'était pas sensé recevoir nos costumes normale-ment ? ; fait remarquer Jimmy, ce Spyro n'apprécia pas.
- Jimmy ! Un peu de respect voyons !
- Ce n'est rien Maître; intervient le professeur Xavier ; Les enfants, vos costumes se trouvent en vous. Pour pouvoir les avoir, vous devez imaginer que vous les portez en utilisant vos pouvoirs de façon non offensives. Vous testerez cela maintenant, dans la cours et vous serez notés. Bien, allons-y ».

Tout le monde quitte le bureau, même le professeur Xavier qui était toujours assis sur son fauteuil roulant qui était électrique et roulait tout seul grâce à une sorte de manette qu'il utilisait pour avancer et diriger son fauteuil où il le voulaient. Ils arrivent dans la cours qui était totalement déserte. Ce qui n'était pas étonnement vu qu'il y avait normalement cours actuellement.

Jimmy décide de commencer à recevoir son costume. Il ferme les yeux pour se concentrer et des lianes vertes se mettent à pousser autour de lui avant de lui recouvrir tout le corps. Ses amis se demandaient si il respirait et si ils ne devaient pas l'aider. Mais les racines se recouvrent d'une sorte d'aura verte et elles disparurent. Jimmy rouvre les yeux et constate qu'il portait à présent un costume serré vert clair avec une tête de lion verts foncé dessiné au niveau du torse et des bottes et des gants verts foncés.

Louis, lui, quand il ferme les yeux pour se concentrer, un éclair tomba du ciel pour s'abattre sur lui et il disparaît sous les regards surpris de ses amis qui se demandaient où il était passé. Un éclair s'abat sur le sol et Louis réapparaît, mais il était habillé différemment. Il portait à présent un costume serré noir avec une tête d'aigle jaune dessiné sur le torse et des bottes et des gants noirs.

Ensuite, vient le tour de Ondine qui ferme ses yeux pour se concentrer. Son corps devient aqueux, bleu, on ne distinguait presque pas ses traits et quand elle redevient normale, en ouvrant ses yeux, elle vit qu'elle portait un costume serré bleu ciel, dont un trou en forme de dauphin au niveau de son ventre laissai voir son nombril, et des gants et des bottes bleus foncés.

Enfin Thomas ne prit pas la peine de fermer les yeux pour se concentrer contrairement à ses trois amis. Il met tout simplement tout son corps en feu et quand il s'éteint il portait un costume serré orange avec une tête de dragon rouge dessiné au niveau du torse et des bottes et des gants rouges.

Thomas, Ondine, Jimmy et Louis se mettent les uns à cotés des autres juste devant le directeur de F3X et leur maître qui les regardaient de façon solennel, en particulier Spyro qui était le premier à connaître le destin qui les attend et qui accordait toute espoir d'un avenir meilleur en eux. Le professeur Xavier hoche la tête, affiche un léger sourire et dit :

« Je vous donne à tout les quatre un 20 sur 20. Vous devriez à présent rentrer dans vos dortoirs et dormir. Une dure journée vous attend demain. Heu…j'oubliais. Je ne sais pas si vous le savez, mais tout héros doit avoir un nom de code pour protéger son identité secrète. Quel est le votre ? »

Jimmy, Louis, Ondine et Thomas se regardaient mutuellement car il était vrai qu'on ne leur avait rien dit de tout cela et il n'y avaient donc pas du tout réfléchit. Mais comme ils ne manquaient pas d'imagination, ils trouvèrent assez vite des idées. Ils regardèrent alors le professeur Xavier et Spyro.

« Je serais Flambeau ; dit Thomas.
- Moi, Torrent ; dit Ondine.
- Mon nom de code sera Volt ; réplique Louis qui semblait plus sûr de lui pour une fois.
- Je serais Forest » ; termine Jimmy.

Suite à cela, leurs costumes disparurent et les Protecteurs de la Justice entrèrent à l'intérieur de l'établissement sous le regard fier de Spyro. Ils se rendent par la suite dans leur dortoir car il commençait déjà à se faire tard et les enfants tombaient de fatigues. Ainsi, à peine allongés sur leurs lits, ils n'avaient pas tardé à s'endormir.

_________________
Thème de Lana
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Kasumi Uzumaki
Membre

Féminin
Âge : 23
Inscription : 07/11/2011
Messages : 127
Zénis : 3500
Statut : Bon
Finisher : Orbe Vermillon

MessageSujet: Re: Les Protecteurs de la Justice   Mer 26 Aoû - 19:25

Chapitre 6
La réunion du mal


Une semaine s'était écoulée depuis la rentrée. A présent, il était le week-end, le samedi, et durant ce temps-là, il n'y avait pas de cours donc les élèves étaient libres de faire ce que bon leur semblait du moment où ils restaient dans l'établissement. Les plus studieux révisaient leurs cours alors que les moins studieux préféraient aller s'amuser dans la cours de récréation.

D'autres élèves qui étaient du genre littéraire allaient dans la bibliothèque pour lire. C'est précisément là que Ondine s'est rendue tandis que ses trois amis jouaient au football. Aimant la lecture et ayant de suite repéré l'immense bibliothèque avec de vieilles étagères en bois qui s'élèvent jusqu'au plafond replis de livre en tout genres. Une échelle était à disposition des élèves pour qu'ils puissent chercher et prendre des livres qui sont très hauts.

Ondine était devant une étagère en train de glisser ses doigts devant chaque livres. Elle ne cherchait pas un livre en particulier juste un livre qui l'intéresserait à lire. Elle s'arrêta devant un dont la couverture était marron avec des gravures dorée qui rappelaient des vagues. Il y avait écrit en lettre dorée ''Atlantica, le royaume des sirènes''. Bizarrement, cela disait quelque chose à la jeune fille mais elle n'arrivait pas à comprendre la raison. Se disant qu'en le lisant ça pourrait lui rafraîchir  la mémoire, elle prend le livre.

Au moment de prendre le livre, elle vit de l'autre coté de l'étagère par le trou où se trouvait le livre le visage de Michel qui la regardait en souriant. Ondine lâche un petit cri de surprise en lâchant le livre. Elle se penche pour le ramasser alors que Michel contourne l'étagère avant de s'approcher d'elle en lui disant :

« Ah ! Je savais que je te retrouverais ici. »

Ondine se redresse et le regarde en étant songeuse car elle ne comprenait pas comment il aurait pour savoir qu'elle se trouvait dans la bibliothèque alors qu'ils se connaissaient à peine et en savait rien l'un de l'autre à part peut-être leur prénom et le nom de leur groupe respectif.

« Et je pourrais savoir comment as-tu su que j'étais ici ? Tu as fais une enquête sur moi ? ; demandait-elle.
- Je l'ai su grâce à mes pouvoirs.
- Vraiment ? Et quelles sont tes pouvoirs ?
- C'est difficile à expliquer, répond Michel en semblant gêné.
- Essaies quand même. Je peux comprendre, je ne suis pas stupide.
- OK, je suis télépathe.
- Ça veut dire quoi.
- Je peux lire dans les pensées des autres, contrôler leurs esprits et les repérer où qu'ils soient.
- Ben voilà ! C'est pas aussi compliqué que ce que tu m'as dit.
- Si tu le dis. Quel est ton pouvoir à toi ?
- Pourquoi tu me le demande puisqu'il te suffit de lire dans mes pensées pour le savoir ?
- Je ne suis pas un grand télépathe de niveau supérieur comme le professeur Xavier et Jean Grey ne doivent pas trop abuser de leur pouvoir au risque d'en perdre le contrôle et puis c'est mieux de parler normalement avec les gens, c'est plus intéressant.
- Je comprends. Sinon mon pouvoir est l'eau du Dauphin qui me permet de créer et de manipuler l'eau. J'ai même découvert que je pouvais me transformer en eau, c'est une sensation assez étrange ».

Ils discutaient tout les deux tranquillement et faisaient ainsi connaissance. Non loin, un garçon aux cheveux roux maigre habillé une tenue moulante verte, un chapeau conique vert surmonté d'une plume rouge. Il était accompagné d'une petite fée pas plus haute qu'un pouce qui a une fine paire d'ailes, des yeux bleus et des cheveux blonds relevés en chignon soutenus par un ruban bleu, elle était habillée d'une petite robe verte et tout son corps brillait. Le garçon croise ses bras et dit à Ondine et Michel :

« Je ne vous dérange pas au moins. Je m'appelle Peter Pan ».

Ondine et Michel se retournent vers ce garçon. Michel le regardait d'un regard noir, il ne semblait pas apprécier que Peter ait interrompu leur conversation. Celui-ci s'approcha d'eux et fait un baise main à Ondine en s'inclinant et en disant :

« Je suis ravi de voir une aussi jolie fille que vous. Vous avez un nom ?
- Un bonjour aurait été le bienvenue : réplique Michel froidement en ne laissant pas Ondine le temps de répondre.
- T'es qui toi ?
- Je suis Michel ».

Ondine regardait Michel puis Peter, tout les deux se lançaient des regards hostiles, c'était tendu entre eux. La jeune fille décide alors de partir en douce pour ne pas être mêlée à cette histoire même si elle l'était déjà indirectement vu que ces deux garçons ne s'entendaient pas à cause du fait qu'ils s'intéressaient tout les deux à elle, ce qui créera sûrement souvent des tensions entre eux.

Alors qu'elle allait passer la porte de la bibliothèque, elle entendit une vois derrière elle qui l'appelle. La seule fille des Protecteurs de la Justice arrête son avancée et se retourne avant de voir Michel qui la rattrapait en courant comme un fou. Quand il s'arrête devant elle, il était épuisé et essoufflé. Quand il reprit son souffle, il dit :

« Ondine...je voulais t'inviter à dîner avec moi dans la cantine demain soir. Est-ce que tu acceptes ?
- D'accord, je veux bien.
- OK, je viendrais te chercher à 20 heures dans ta chambre alors ?
- Pas de soucis. Merci Michel, tu es adorable ».

Ondine lui donne un petit bisou sur la joue avant de s'éloigner. Michel touche sa joue en semblant troublé en regardant Ondine partir. Il lui fait un léger signe de la main pour saluer, timide et rougissant. Peter, lui, était caché derrière une étagère et avait tout vu de la scène. Il regardait Michel d'un regard noir, semblant jaloux du fait qu'il soit si proche de Ondine.

À l'heure du repas, la jeune fille avait rejoint Thomas, Jimmy et Louis. Elle était rêveuse, essayant d'imaginer le dîner qu'elle aura le lendemain avec Michel, elle n'avait jamais ressentit ce genre de chose pour quelqu'un, cela lui faisait bizarre. Jimmy le remarque et décide de la taquiner avec les autres garçons.

« Dis-donc, Ondine, tu es bien rêveuse aujourd'hui.
- C'est vrai ça, tu n'es pas comme d'habitude ; fais remarquer Louis.
-Hmmm...je parie que ça a un rapport avec Michel ! Ondine est amoureuse ! ; Intervient Thomas.
- Ondine est amoureuse ! Ondine est amoureuse ! ; se mirent à chanter les trois garçons, ce qui éner-va Ondine ;
- Premièrement, je ne suis pas amoureuse. Deuxièmement, mêlez-vous de vos affaires. Compris ? »

Ondine prend le livre qu'elle a emprunté à la bibliothèque et commence à le lire en cachant son visage à ses amis. Jimmy se relève et s'approche de la table du groupe des Winx, un groupe de fées, pour essayer de les draguer. Le soucis est que toute sortaient déjà avec un membre du groupe des Spécialistes qui étaient assis à leur table. Enfin, toute sauf une, en effet, une des Winx qui étaient attira Jimmy qui fut charmé par sa beauté.

Elle avait de longs cheveux roses foncés et des yeux violets. Elle était habillée d'un t-shirt à manches longues vert avec par-dessus un t-shirt à manches courtes rose où il y a dessiné dessus une empreinte de chien bleue. Elle porte également un pantacourt gris-bleu et des bottes violettes. Elle était avec un chien, un labrador de taille moyenne pour son espèce, au pelage marron, aux yeux marrons et portant un collier rouge autour de son cou.

Elle caressait la tête de son chien, penchée vers lui. Jimmy n'osait pas approcher, intimidé. Le chien tourne la tête vers lui et le regarde avec insistance, ce qui étonne le jeune homme car il ne comprenait pas la raison pour laquelle il le regardait ainsi. Le canidé s'éloigne de sa maîtresse et s'approche de Jimmy. Ne sachant pas ce qu'il lui voulait, le garçon hésitait à fuir ou pas, d'un autre coté, si il fuyait devant cette jeune fille qui lui plaisait beaucoup il aurait l'air stupide donc il ne bougeait pas. Le chien frotte alors sa tête sur ses jambes. Jimmy sourit, pose un genoux à terre pour être à la hauteur de l'animal et lui caresse la tête.

La jeune fille s'approche d'eux en semblant toute gênée. Jimmy relève la tête vers elle et la regarde. La membre des Winx dis à son chien :

« Artos, reviens ici ; quand le chien l'eut rejoint, elle regarde Jimmy ; Veuillez l'excuser, il n'est pas comme ça avec les inconnus d'habitude.
- Ce n'est rien, ne vous en faites pas, j'aime les animaux de toute manière ; répond Jimmy.
- Merci, vu qu'on doit avoir le même âge à eu près on pourrait se tutoyer. Artos semble bien t'appré-cier. Quel est ton nom ?
- Je m'appelle Jimmy. Je suis du groupe des Protecteurs de la Justice. Et toi ? Quel est ton charmant et esquis nom ? ; dit-il sur un ton dragueur qui e sembla pas du tout plaire à la jeune fée qui lui parle sur un ton sec.
- Je suis Roxy, princesse Roxy en titre, la dernière fée de la Terre, du groupe du Winx Club. Je tiens de suite à être bien clair, ce n'est pas parce que Artos t'apprécie que ton numéro de charme marchera sur moi, au contraire. Donc tu peux passer ton chemin. Viens Artos ».

Sous le regard à la fois triste et déçu de Jimmy, Roxy s'éloigne en tira un peu son chien qui voulait rester avec Jimmy. Il avait compris qu'il avait perdu sa chance et qu'il s'était mal pris avec la jeune fée et il ne savait pas si il pourrait avoir une nouvelle chance, cela l'étonnerait beaucoup.

Le soir, alors que tout le monde dormait, professeurs et élèves, Rogue, le professeur de potion, et Pyro, un élèves du groupe des X-men, marchait à travers les sombres couloirs. Il faisait entièrement noire, impossible de distinguer l'environnement. Ils étaient juste éclairés par une petite lumière qui émanait du bout de la baguette de Rogue qui était devant et regardait autour lui pour veiller à ce qu'ils ne fassent pas surprendre par la surveillante, madame Grizelda, qu'il valait mieux éviter.

En effet, il était normalement interdit, même aux professeurs, directeur et directeur adjoint de se promener dans les couloirs la nuit et madame Grizelda était très à cheval sur le règlement. Elle était la seule à avoir le droit de se trouver dans les couloirs à cette heure vu que cela faisait partie de son métier.

Les deux veilleurs de nuits essayaient donc de ne pas la croiser pour ne pas recevoir ses foudres. Ils finissent par arriver devant une porte que Rogue ouvre. Cette porte menait à des escaliers qui descendaient. Ils descendaient donc les escaliers munis de nombreuse marches de pierres. Une fois arrivés au bout, ils se trouvaient à nouveau devant une porte, l'un à coté de l'autre, mais le sorcier ne l'ouvrit pas encore pour s'adresser au jeune mutant :

« Je te préviens à l'avance, durant cette réunion, tu as intérêt de te tenir à carreaux et de ne pas me faire honte devant notre chef.
- Très bien maître, comme vous voudrez. Je vous signale quand même que vous n'êtes pas mon vrai maître. Alors pourquoi je dois vous appeler ainsi ? ; demande Pyro, faisant soupirer d'exaspération Rogue.
- Combien de fois faut-il te l'expliquer ? Pour le bien, tu es avec un autre maître pour ne pas éveiller les soupçons sur nous. Mais pour le mal, tu es mon élève et je suis ton maître, le vrai. Est-ce que c'est rentré dans ta cervelle de barbecue ?
- Oui, maître.
- Bien, entrons maintenant ».

Rogue ouvre la porte et entre avec son élève à l'intérieur en fermant la porte derrière lui. Ils se trouvaient dans une pièce sombre avec une grande table. Il était assis plusieurs personnes à cette table dont on ne voyait que de sombres silhouettes différentes qui regardaient vers les arrivant. Il y avait au bout de cette table un homme habillé d'une chemise, d'un pantalon noir et d'une longue cape noire. Il avait sur sa tête un casque rouge. Son visage était sérieux et sinistre. Rogue le regarde avant de se mettre à genoux, la tête baissée. Il se saisit de Pyro par derrière la nuque et le tire vers le bas pour qu'il fasse la même chose que lui. L'homme au casque les regarde et dit :

« Tu es en retard, Rogue.
- Veuillez me pardonner Magnéto, il a fallut que je fasse la leçon à mon idiot d'élève ; répond Rogue en se redressant avant Pyro.
- Cet idiot d'élève, comme tu dis, est un bon élément pour notre clan. Soit honoré d'avoir à lui transmettre ton savoir ; Pyro ricane et rogue le regarde avec un regard noir ; Sinon, y a-t-il des nouveautés ?
- Oui, seigneur, Spyro les a trouvé.
- Qui donc ? ; demande Magnéto en fronçant des sourcils.
- Les enfants de la prophétie. Il les a trouvé et leur a déjà réveillé leurs pouvoirs et les a pris sous son aile et...
- Ses ailes plutôt ; interrompe Pyro qui se reçoit un coup derrière la tête par Rogue qui poursuit ;
- Ensemble, ces enfant dégagent une incroyable puissance et bienveillance. Jamais je n'ai sentit une chose pareille. Et ils semblent déterminés à devenir de vrais héros, ils ont appelé leur groupe les Protecteurs de la Justice.
- Je craignais que ce jour arrive. J'avais espérait pouvoir les trouver en premier pour pouvoir les corrompre mais je constate qu'il est trop tard. Nous allons être dans l'obligation de les éliminer.
- Mais ce ne sont que des enfants, malgré leur grande puissance, ils manquent encore de beaucoup d'expérience et de maîtrise complète de leurs pouvoirs. Il est peut-être inutile de précipiter les choses.
- Justement ; intervient Pyro ; il faut profiter qu'ils soient encore faibles pour les éliminer avant qu'ils deviennent une véritable menace pour nous.
- Tu devrais écouter un peu plus souvent ton élève, Rogue, car il fait preuve de plus d'esprits, lui. Au moment où les pouvoirs de ces enfants sont apparus et qu'ils ont été sous la responsabilité de Spyro, ils sont devenus une menace pour nous, le Clan des Injusticiers. Si ce que la prophétie dit sur sur eux est vraie, ils risquent de mettre nos plans en échec. Nous ne pouvons prendre un tel risque.
- Comme vous voudrez. Que devrais-je faire ?
- Ne te fais pas remarquer pour ne pas qu'on te soupçonne en attendant mes ordres. Vous pouvez vous en aller ».

Rogue et Pyro s'inclinent avant de quitter la pièce. Quelles plans prépare Magnéto et le Clan des Injusticiers ? Comment comptent-ils se débarrasser des Protecteurs de la Justice ? Et, surtout, qui sont-ils ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Ondine
Modératrice

Féminin
Âge : 23
Inscription : 27/09/2011
Messages : 672
Zénis : 6000
Statut : Bon
Finisher : Eau du Dauphin

MessageSujet: Re: Les Protecteurs de la Justice   Lun 31 Aoû - 10:03

Chapitre 7
Le prof de sport, quelle galère !


Il est lundi matin, 6 heures du matin. Thomas Ondine, Jimmy et Louis dormaient paisible-ment dans leurs lits. Soudain, le professeur Logan, le professeur de sport, entre en trombe dans la pièce. Il est un homme musclé, a en général les cheveux mi-long et des rouflaquettes bruns. Il a le visage assez marqué, et une pilosité très développée. Ses yeux sont marrons et montrent un air sérieux et dure. Il porte un T-shirt sans manches, un jean avec une ceinture de cow-boy à la taille et des basket de sport. Il a également autour de son cou une chaîne avec une plaquette militaire dessus.

Logan fait claquer violemment la porte en rentrant à l'intérieur de la chambre. Les Protecteurs de la Justice se redressent dont d'un coup de leur lit en étant surpris. Logan était le professeur de sport de l'école et il est connu pour sa sévérité et du fait qu'il se croit à l'armée. Madame Grizelda fait d'ailleurs souvent appelle à lui pour donner des punitions aux élèves qu'elle a surpris à faire des bêtises. Son nom de code serait Wolverine à ce qu'il paraît.

Après avoir réveillé les quatre élèves, il leur demande de faire cinq pompes. Thomas, Ondine, Jimmy et Louis se demandaient si il n'avait pas perdu la tête de leur faire faire ça à cette heure. Thomas et Jimmy refusèrent d'ailleurs d'obéir, étant de nature désobéissants et rebelles mais le professeur les fait vite changer d'avis en leur tirant les oreilles, ce qui leur fit très mal et accepter de faire des pompes sans attendre.

En voyant la scène, Ondine et Louis ravalent leur salive, se regardent mutuellement, se mettent de suite à quatre pattes et font les pompes sans objection, bien qu'ils avaient du mal à les faire vu qu'ils ne sont pas très sportifs. Satisfait, Wolverine quitte la pièce sans demander son reste. Une fois qu'elle eut repris son souffle, la jeune fille regarde les emploies du temps pour voir les cours qu'ils auraient, en voyant qu'ils auraient cours de sport, ils étaient loin d'être enthousiastes.

Toute la journée, le professeur de sport était le sujet de conversation de tout les groupes d'élèves. Apparemment, il n'y a pas que chez les Protecteurs de la Justice qu'il a fait le militaire. Il aurait fait le tour des chambres des élèves pour les obliger à faire des pompes. Beaucoup d'élèves qui avaient refusé de lui obéir d'ailleurs avaient à présent les oreilles rougis car on leur avait tiré les oreilles. Tout le monde craignaient le cours de sport de l'après-midi.

L'heure du cours de sport finit par arriver, tout les élèves se trouvaient dans un gymnase, un bâtiment qui était à part de l'école, le sol était en bois et très propre. Le professeur Logan arrive dans la pièce et marche d'un pas lent et assuré devant les élèves comme un militaire qui fait une inspection. Pas un élève ne bougeait car tous avaient peur de lui, presque autant que le professeur Rogue. Il s'arrête un moment et regardant les élèves pour s'adresser à eux :

« Bon, pour votre premier cours de sport, je me montrerais moins sévère que ce matin. Voilà ce que nous ferons aujourd'hui, les garçons vont former deux groupes pour jouer au football tandis que les filles vont se mettre en maillot pour faire un peu de natation. Les affaire dont vous aurez besoin se trouvent dans les vestiaires. Vous avez dix minutes pour vous préparer, pas plus, au-delà, je vous enferme, j'espère avoir été clair ».

Préférant ne pas discuter et surtout ne pas se retrouver enfermer, tout les élèves allèrent se changer dans les vestiaires. Il y en avait deux, un pour les garçons et un pour les filles. Leurs intérieurs ressemblait à une pièce moyenne avec des blancs où étaient cloués dessus des portes-manteaux au-dessus de bancs en bois. Des douches se trouvaient derrière un mûr.

Une fois que tous aient enfilé leur tenue de sport, le cours commence après l'appelle des élèves. Tout le monde était présent bien qu'il y en avait qui voulaient filer en douce. Ces élèves là se font tirer les oreilles par le professeur Logan qui les avait vu. Au moment où il appelle Justine Biège, il écorche son prénom exprès, l'appelant ''Zistine''. Tout le monde en rit, à l'exception de l'intéressée et ses amis.

Suite à l'appelle, les filles s'en allèrent toute au gymnase de l'école comme le professeur leur a demandé de le faire tandis que les garçons se séparent en deux équipes. Thomas, Jimmy et Louis se mettent en équipe avec Michel, Ron, Harry et d'autres garçons et Malefoy, ses deux amis, Pyro et d'autres garçons forment la deuxième équipe. Louis et Goyle étaient aux postes de gardiens de but.

Louis se débrouillait plutôt bien, ce qui est assez étonnant pour quelqu'un qui n'était pas du genre sportif du tout et qui préférait. C'est sans compter sur Malefoy qui voulait tout faire pour gagner le match et lançait des sorts pour tricher en faisant en sorte que le ballon roule tout seul vers les membres de son équipe. Bien sûr, Logan remarque rapidement la supercherie en remarquant le jeune sorcier agiter sa baguette en essayant d'être discret. Il ne cassa pas l'objet magique, bien que ça lui démangeait, mais il lui arrache des mains en lui lançant un regard sévère et lui ordonnant de faire dix pompes. Malefoy refuse, ce qui n'était pas étonnant de la part de cet enfant gâté. Alors, Logan lui tire les oreilles pour lui forcer la main et le blondinet finit par faire ses pompes avant de poursuivre le match qui finit par une égalité.

Du coté des filles, les filles faisaient de la brasse. Logan venait les voir de temps en temps histoire de voire si tout se passait bien. Certaines filles, dont Justine, faisaient leurs malines en éclaboussant les autres, les tirant pour les couler ou plonger pile sur les autres filles. Chose que Wolverine constate à un moment alors que Justine tirait les cheveux d'une autre élève pour la couler. Wolverine la tire par l'arrière de son maillot et la soulève pour la sortir de l'eau. Ensuite, il la plaque au sol et l'oblige à faire des pompes, apeurée, elle s'exécute sans discuter.

Ondine n'avait aucun mal à effectuer ses exercices dans l'eau, se sentant à l'aise dedans, plus que sur terre. En plus, elle se montrait rapide et gracieuse dans sa nage. Jamais elle n'avait ressentit ça au part avant. La jeune fille se demandait si ces nouveaux attributs étaient liés aux pouvoirs qu'elle avait reçut, ce qui était fort possible. Peut-être que ses amis se sentiraient à l'aise si ils entraient en contact avec l'élément qu'ils manipules.

La fin du cours arrive enfin. Beaucoup de garçons avaient les oreilles rouges car ils ne voulaient pas faire de pompes quand le professeur leur a demandé d'en faire, ils avaient mal au bras d'ailleurs. Malefoy, qui voulait une fois encore se rendre intéressant, s'approche du professeur en disant :

« Ne pensez pas vous en sortir comme ça ! Vous aurez des nouvelles de mon père ! Et il veillera à ce que vous soyez viré du corps enseignant. Hinhin ! Vous pouvez déjà faire vos cartons.
-Tu me menaces, petit ? Logan lui lance un regard noir et se saisit de ses oreilles, le rapprochant de lui ; Très mauvaise idée ; il approche son poing du visage de Malefoy et sort ses griffes juste devant son visage ; Répètes un peu pour voir ! ».

Le visage de Malefoy devient tout pâle comme si il était sur le point de s'évanouir. Il tremblait de tout ses membres. Comme quoi, il faisait le fière mais n'était qu'un peureux face à quelqu'un qui se fichait du fait qu'il soit de noble lignée. Voyant qu'il avait fait de l'effet, Logan rétracte ses griffes et lâche le serpentard qui ne perd pas une seconde à s'en aller en courant à toute allure comme un dératé.

Le soir, après mangé, tout les élèves se rendent à leur dortoir et ne tardent pas à s'endormir tellement ils étaient épuisés, plongeant dans leur rêve les plus profond. Bien que l'une d'elle fasse un rêve bien hors du commun.

_________________
Les thème d'Ondine:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fr.rpgdragonballevolution.wikia.com/wiki/Ondine
avatar

Kasumi Uzumaki
Membre

Féminin
Âge : 23
Inscription : 07/11/2011
Messages : 127
Zénis : 3500
Statut : Bon
Finisher : Orbe Vermillon

MessageSujet: Re: Les Protecteurs de la Justice   Lun 7 Sep - 15:49

Chapitre 8
Un rêve mystérieux


Une nouvelle nuit s'écoule à F3X, tout le dormait paisiblement, mais cette nuit ne fut pas tout à fait comme les autres pour un des rêveurs, ou devrais-je plutôt dire rêveuse. En effet, Ondine est en train de faire un rêve bien étrange qui lui rappelait quelque chose, comme si c'était des images sortant de subconscient :

*****

Il faisait nuit, un magnifique voilier royal naviguait au milieu des mers. Une jeune femme aux cheveux roux attachés en chignon, des yeux bleus comme l'eau et habillée d'une magnifique robe en dentelle violet portait un nourrisson dans ses bras, debout sur le pont, au bord. Cette femme était accompagnée d'un jeune homme aux cheveux bruns, aux yeux bleus comme le ciel et habillé d'une chemise blanche un peu déboutonné, d'un pantalon marron et d'une ceinture rouge, entoura les épaules de la femme d'un bras protecteurs et délicat. Une petite fille qui devait avoir à peu près l'âge de Ondine était à leur côté, elle avait les cheveux bruns attachés à la nuque et portait une robe blanche.

Tous les trois regardaient la mer en chantant une magnifique chanson en l'honneur du nourrisson. De l'eau, il y jaillit plusieurs personnes habillées en soldats. Ils étaient alignés comme des militaires en face à face et en levant leurs bras droits qui tenaient des glaives. Ils s'écartèrent, créant un espace entre les deux files et un vieil homme avec une épaisse barbe blanche, musclé, torse nu, avec une grande queue de poisson bleue. Il avait des longs cheveux blancs tenus en arrière par une couronne en or. Il tenait dans sa main droite un trident en or.

Ce vieil homme avance entre les soldats et s'approche du navire. Une fois assez près de celui-ci, l'eau, tel un geyser, le propulse dans les airs, pour le mettre en face de la famille qui était au bord du navire. Il tourne son regard vers le bébé qui rigole en tendant sa main vers lui. Il affiche un beau sourire, tend son poing et l'ouvre, montrant au creux de sa main un collier avec un coquillage doré comme pendentif et disant :

« Ma très chère Ondine, je te fais cadeau de ce médaillon, afin que jamais tu n'oublies cette part de ton cœur qui, pour toujours, appartient à l'océan, car, non seulement tu es ma petite-fille, mais aussi l'héritière d'Atlantica. En tant que tel, je te transmets à ce jour un grand pouvoir dont, j'espère, tu en feras bon usage : la Lumière d'Atlantica ».

Il ouvre le coquillage et une bulle en sort. Dans cette bulle, il y avait un magnifique château doré où nageaient des gens avec des queues de poissons à la place des jambes, puis la bulle retourne à l'intérieur du coquillage. Il referme le coquillage et met le collier autour du cou du bébé qui rigole et agite ses petits bras. Une lumière dorée entoure le corps du nourrisson avant de s'éteindre.

Soudain, le ciel bleu s'assombrit, se recouvrant d'épais nuages gris. Des rires sadiques et effrayants retentissent au loin et résonnent tel un écho. Deux femmes jaillissent de l'eau et flottent dessus. Leurs peaux étaient grisâtres et elles avaient des tentacules noirs à la place des jambes. La première femme était grosse et accompagnée par deux anguilles tandis que la deuxième était très maigre et accompagnée par un requin tigre d'une taille impressionnante et deux raies. Toutes deux crièrent :

« Enfin ! Nous pourrons nous venger ! »

Elles lèvent les bras vers le ciel et une tempête éclata dans la mer. Le vieil homme à queue de poisson s'en alla dans l'eau avec les soldats. Le voilier où se trouvait la famille ne cessait de ballotter. L'homme aux cheveux bruns se débattait pour tenir le gouvernail en criant :

« Nous devons vite partir pour se mettre à l'abri !
- Éric ! Je sens qu'un malheur va arriver ! dis la femme aux cheveux roux ;
- Ne t'en fais pas ! Je vais vous mettre toute à l'abri ! Toi, Mélodie et notre bébé ! »

La fille brune s'accroche aux cordes du mât pour ne pas tomber. Au bout de plusieurs heures, ils finissent par arriver sur une île où il y avait un immense château en pierres blanches au bord d'une plage. Ils arrêtent le bateau sur la plage et en descendent. A peine leurs pieds avaient-ils touché la terre ferme que le navire est emporté par une immense vague qui le fait sombrer.

L'homme brun court vite à l'intérieur du château tandis que la femme rousse met le bébé dans les bras de la jeune fille brune en lui disant :

« Mélodie, prends Ondine avec toi, rends-toi au bord de l'eau rejoindre ton grand-père et pars avec lui.
-Je refuse de partir sans toi et papa ; répond la jeune fille, bouleversée.
-S'il te plaît, Mélodie, ne t'en fais pas pour nous. Vas te mettre en sécurité et veilles sur ta sœur. Et, quoi qu'il arrive, ne te retournes pas ».

La jeune mère regarde Mélodie dans les yeux et posant une main sur sa joue, regarde le bébé qui dormait paisiblement et à qui elle lui fait un baiser son front. Elle enlace la jeune fille dans ses bras tendrement avant d'entrer à son tour dans le château en fermant la porte derrière elle. Mélodie laisse couler une larme sur une de ses joues et s'en alla vers la mer en courant.

L'une des deux méchantes femmes, la grosse, devient gigantesque, tellement, qu'on pouvait la voir au loin. Elle pointe un index vers le château et laisse échapper un rayon vert foncé vers le bâtiment. Là, le château explose et finit en plusieurs débris. Ce qui en restait brûle dans des flammes ardentes.

Mélodie, suivant les conseils de sa mère, ne s'était pas retournée, même quand en entendant l'explosion, elle avait continué à courir pour rejoindre le vieil homme qui l'attendant dans l'eau près d'un port. Elle lui passe le bébé endormi dans ses bras. A cet instant, un rayon bleu cyan touche sa peau. Son contact, son corps se figea, se refroidit et de la glace recouvre son corps, la transformant en statut de glace. Juste derrière elle se trouvait la méchante femme maigre qui éclate de rire. Le vieil homme lui lance un regard menaçant.

« Morgana ! Toi et ta sœur allaient regretter ce que vous venez de faire ! »
- Haha ! Je ne crois pas non ! Il se trouve que je voulais refaire ma déco, donc ça tombe bien ! » ; répond-elle en lâchant à nouveau un rire terrifiant.

Décidant de régler ses comptes une autre fois, se préoccupant de la sécurité de sa petite-fille, l'homme à queue de poisson s'éloigne de l'île. Il nage durant plusieurs heures jusqu'à arriver à une autre plage. Il faisait nuit, les étoiles illuminaient le ciel.

L'homme pose le bébé sur le sable en affichant un air triste sur son visage. Un petit crabe rouge sort de l'eau et marche jusqu'à être à côté du nourrisson. Lui aussi semblait triste. Il dit avec un léger accent :

« Votre majesté, êtes-vous sûre de vouloir la laisser ? Est-ce vraiment nécessaire ?
- Oui, malheureusement. Je ne veux pas qu'elle vive dans la pitié, la tristesse et la crainte. Je souhaite qu'elle ait une enfance normale et heureuse et qu'elle soit en sécurité. C'est ce qu'Ariel voudrait ».

L'homme plonge dans la mer et le crabe retourne dans l'eau. Le bébé se réveille et se met à pleurer en agitant ses bras devant lui. Le paysage autour de lui s'assombrit pour finir par devenir tout noir.
*****


Ondine se réveille d'un coup dans un sursaut. Elle était épuisée et transpirait. Tellement, que ses cheveux étaient plaqués sur son corps. Sa chemise de nuit à bretelle bleue était trempée. La jeune fille haletait, sous le choc de ce rêve dont elle ne comprenait pas le sens. D'un vif mouvement, elle se découvre et se lève de son lit avant de fouiller tous les tiroirs où elle avait rangé ses affaires. Elle finit par trouver le même coquillage doré que dans son rêve. Elle l'ouvre et la même bulle avec le même paysage en sort.

La seule membre féminin des Protecteurs de la Justice était stupéfaite par cette découverte. Impossible pour elle que ce soit le hasard, le rêve qu'elle venait de faire avait forcément un sens, peut-être qu'il devait le guider vers ce bijou ou autre chose. Décidant de mettre au clair cette histoire le lendemain, elle met le collier autour de son cou, retourne dans son lit et se rendort.

Le lendemain matin, ayant eu beaucoup de mal à se rendormir, Ondine a eu du mal à se réveiller et au petit-déjeuner, elle avait du mal à rester réveillée. Ses amis durent plusieurs fois la secouer pour qu'elle garde les yeux ouverts. Spyro, qui déjeunait à leur table ce matin-là, trouvait cela anormal car il avait pour habitude de voir Ondine comme une fille sérieuse et éveillée donc il devine que quelque chose n'allait pas.

« Ce n'est pas dans ton habitude, Ondine, de te montrer si somnolente. Tu as des soucis ?
- J'ai juste mal dormi cette nuit. Pardon, Spyro ; lui répond-elle.
- Pour quelle raison as-tu mal dormi ? demande Louis.
- J'ai fait un rêve étrange.
- Sérieux ! Raconte-nous ! » s'exclame Thomas.

Ondine se met alors à raconter son rêve. Si ses amis étaient émerveillés et fascinés, Spyro en demeurait intriguait. En terminant de raconter son histoire, elle sort de sous son t-shirt bleu le collier qu'elle a trouvé la veille au soir en disant :

« Le plus étrange est que j'ai trouvé ce collier dans mes affaires et c'est exactement que celui que le bébé de mon rêve avait. Il me semble d'ailleurs que dans ce rêve, le vieil homme à queue de poisson à appeler le bébé ''Ondine'', exactement mon prénom.
- Je vois ; intervient Spyro, songeur ; En effet, c'est bien étrange. Tu devrais aller voir maître Yoda pour lui raconter ton rêve. Il a peut-être une explication.
- Mais on a cours d'histoire, je ne peux pas y aller maintenant.
- Vas-y, j'expliquerais au professeur.
- D'accord, merci.
- Tsss, chanceuse, elle a l'autorisation de sécher les cours » ; ne put s'empêcher de dire Thomas.

Ondine ignore la remarque de Thomas qu'elle trouvait sans intérêt, sort de table et quitte la salle-à-manger. Elle marche à travers les couloirs pour se rendre dans la chambre de Yoda qui méditait avec la porte grande ouverte. Il était un être petit d'une hauteur d'environ 66cm. Il a la peau verte et a quelques cheveux blancs et très fins.

Voyant qu'il semblait occuper, la jeune fille n'ose pas l'interrompre et allait s'en aller quand il dit :

« Entrer, tu peux. Me déranger, tu ne fais ».

Yoda descend de sur le sol, prend une canne sur laquelle elle s'appuie et se retourne vers Ondine qui entre à l'intérieur.

« Savoir ce qu'une jeune apprentie-héros comme toi fais là alors qu'il y a cours, je peux ?
- J'ai fait un rêve étrange hier soir. J'en ai parlé à mon maître Spyro et il m'a conseillé de vous voir pour y voir plus clair.
- Ton rêve, raconte-moi ».

Ondine raconte à nouveau son rêve en essayant de n'oublier aucun détail, ni de préciser que le collier qu'elle a trouvé la veille y était, ni de préciser le nom du bébé de son rêve qui était le même que le sien. Tout comme Spyro l'était en l'écoutant, Yoda montre à son tour un air songeur et tenant son menton. Quand le récit fut terminé, le maître jedi dit :

« Bien étrange, est ton rêve en effet. Orpheline, vous êtes, toi et tes amis me semble-t-il ?
-Oui. Vous pensez que cela a un rapport ?
- Fort possible, c'est. Tes origines, une part de ton passé et des souvenirs enfouis, cela pourrait bien être. Un peu de patience et de temps, il faut pour éclaircir cette histoire je pense.
- Je vois. Merci à vous maître. Puis-je me retirer ?
- Te retirer tu peux ».

Le jeune fille aux cheveux châtains s'incline en se penchant en avant pour le saluer et quitte la pièce pour rejoindre ses amis, effectuer les cours et rater ceux qu'elle venait de manquer.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Ondine
Modératrice

Féminin
Âge : 23
Inscription : 27/09/2011
Messages : 672
Zénis : 6000
Statut : Bon
Finisher : Eau du Dauphin

MessageSujet: Re: Les Protecteurs de la Justice   Dim 11 Oct - 17:00

Chapitre 9
Première mission (Partie 1)


Une nouvelle matinée commence à F3X. Alors que Thomas, Ondine, Jimmy et Louis étaient en train de s'habiller pour la nouvelle journée qui allait s'écouler, un bruit aigu et assourdissant retentit dans la chambre. Ce son était tellement puissant, qu'il résonnait dans toute la pièce et il était vraiment agaçant. Comme si ce bruit énervant ne suffisait pas, il faut que Spyro en rajoute en leur demandant tout le temps de se dépêcher. Il ne leur donne pas la moindre explication.

Thomas, premier à avoir fini de s'habiller, au bout d'un moment, il s'énerve entre ces deux vacarmes et cri :

« Ça suffit maintenant ! Pas moyen de se concentrer avec tout ce raffut ! Quelqu'un va nous expliquer ce que c'est que tout ce bordel à la fin ?!
- C'est la sonnerie de mission ! A partir d'aujourd'hui, vous allez être dispensés jusqu'à ce que vous la réussissiez et en revenez ! ; répond Spyro.
- Ha ! Bah, il fallait le dire plus tôt ! Grouillez-vous les gars ! »

Les trois autres protecteurs de la justice n'étaient pas du tout surpris de voir Thomas de se presser vers une occasion de sécher les cours sans être sanctionné. De plus, il devait faire son heure de colle qui a eu le jour de la rentrée, donc en plus de raté les cours, il ne fera pas son heure de colle. A croire qu'il pense qu'il va partir en vacances alors que faire une mission n'est certainement pas une partie de plaisir.

Au final, les enfants décident de ne pas mettre leurs vêtements classiques qu'ils mettent en se rendant en cours. Ils enfilent comme ils l'ont appris leurs costumes de mission avant de suivre Spyro vers un garage qui était à côté de l'école. Le professeur Xavier et le professeur Dumbledore, un vieil homme ayant une longue barbe et de longs cheveux argentés, portant un chapeau pointu bleu sur la tête et une longue robe de la même couleur que son couvre-chef, les attendaient.

« Bonjour les enfants. Vous allez effectuer votre toute première mission ; dis le professeur Xavier.
- C'est ce qu'on a cru comprendre oui ; intervient Louis.
- Je dois vous avouer que nous sommes un peu au dépourvu. Vous devez peu maîtriser vos pouvoirs et vous n'avez subi aucun entraînement pour le moment qui vous prépare à gérer une mission, mais la situation est urgente et nous pensons que vous êtes les plus à même à faire cette mission ; dis Dumbledore.
- Dehors sera comme dans l'établissement. Vous devrez vous tenir à carreau. Vous représentez l'établissement, donc nous n'accepterons pas que vous nous fassiez honte ; ajoute le directeur.
- Ne vous inquiétez pas ! On est des bigboss ! ; réplique Thomas, les regards révères de ses amis tournés sur lui.
- Quelle sera notre mission ? ; demande Jim.
- Votre mission se passera à Atlantica, le royaume des sirènes. Vous devez arrêter deux sorcières des mers qui menacent le royaume. Le roi triton, souverain d'Atlantica, vous donnera plus de détails. La capsule est programmée pour vous envoyer sur une plage proche du royaume. Sébastien, le conseiller et chef orchestre royal vous y attendra et vous servira de guide ; répond Xavier.
- Allez-y à présent, entrez dans cette capsule ».

Dumbledore leur montre une espèce de grosse boule de métal qui dépassait à peine leur taille. La boule s'ouvre et montre un intérieur avec des mûrs couverts de tissus. Les jeunes apprentis-héros se demandaient s'ils parviendraient à entrer à l'intérieur. Ils finissent par y arriver, mais ils étaient vraiment très à l'étroit. Ils ne pouvaient pas bouger un membre de leur corps sans risquer de s'écraser. Quand l'ouverture de la capsule se referme, cela n'arrange rien du tout, car il faisait complètement noir à l'intérieur. Le toit du garage s'ouvre et la capsule décolle à une vitesse impressionnante dans l'espace.

Au bout de quelques minutes à peine, la capsule atterrit sur une plage. Quand elle s'ouvre, les enfants ne perdent pas un instant pour sortir en prenant une bonne inspiration pour reprendre leurs souffles. Ondine se redresse et regarde le paysage. Les petites vagues de la mer se perdaient sur le sable de la plage. Il y avait plusieurs rochers présents ainsi que des sortes de ruines. Étrangement, la jeune fille avait l'impression d'avoir déjà vu cet endroit, comme si elle y était déjà venue.

Un petit crabe rouge s'approche d'eux et les regarde l'un après l'autre, semblant les évaluer ou les distinguer. Ondine avait à nouveau une impression de déjà vue avec cette créature marine. Ce crabe se met à parler en disant :

« Bonjour, pourrais-je savoir qui vous êtes ?
- Tiens un crabe qui parle ! Ça c'est nouveau ! ; fait remarquer Thomas.
- Nous venons de F3X, on nous envoie pour une mission importante. Un certain Sébastien doit venir nous chercher et nous servir de guide. Vous ne l'aurez pas vu par hasard ? ; intervient Louis.
- Bien sûr que je l'ai vu, je le vois tous les jours même puisqu'il s'agit de moi.
- Un crabe est notre guide ?! ; ne put s'empêcher de dire Jimmy.
- Pourquoi pas, après tout, nous avons bien un petit dragon violet qui nous sert de maître. Alors un crabe parlant guide n'est pas vraiment très étonnant ; dit Ondine ; Bon, on vous suit.
- Heu...il va y avoir un petit problème pour que vous puissiez me suivre. Votre mission doit normalement se dérouler sous l'eau. Hors, vous êtes des humains et vous êtes incapables de respirer sous l'eau.
- Sérieux ?! Et mince, je sais pas nager en plus ! ; soupire Thomas.
- Sinon, moi je respire sous l'eau et je peux créer des bulles pour vous permettre de respirer ; propose Ondine.
- Je ne pense pas que ce soit une bonne idée ; répond Louis ; On ne sait pas exactement ce qu'on doit affronter. Utiliser tes pouvoirs en permanence pour nous risque de te faire perdre un peu de ton énergie ou de te rendre inefficace dans un affrontement. On doit rester tous opérationnels.
- Tu crois que je resterais opérationnel en nageant comme un caillou ?
- Je suis vraiment désolé. Avant, le roi Triton aurait pu vous donner des formes de sirènes grâce à son pouvoir, mais il l'a transmis il y a 12 ans à une personne qui n'est pas présente dans notre monde.
- C'est malin ; réplique Jim en croisant ses bras ; on est venu pour rien du coup.
- Mais non, Jim ; lui dit Ondine ; on trouvera bien une solution ; elle s'adresse ensuite à Sébastien ; Savez-vous où se trouve cette personne ?
- Non, nous ne savons pas ce qu'elle est devenue non plus ».

Sébastien cache son visage dans ses pinces et se met à pleurer. Ondine était triste pour lui, car elle ne savait pas quoi faire ou dire pour le réconforter. Les trois garçons, eux, ne savaient pas où se mettre et songeaient à repartir pour faire part du problème au professeur Xavier.

Soudain, une lumière dorée jaillit sur la poitrine de la jeune fille. Elle passe sa main sous son costume et sort son collier avec un coquillage doré comme pendentif qui brillait de mille feux. Trois rayons jaunes en jaillissent et touchent ses amis qui s'élevèrent dans les airs. Leurs corps brillent d'une même lueur que celui du collier.

En un instant, Thomas se retrouve torse nu avec une queue de poisson de sirène de couleur rouge à la place des jambes, Jimmy se retrouve torse nu avec une queue de poisson de sirène de couleur verte à la place des jambes et Louis se retrouve torse nu avec une queue de poisson de sirène de couleur jaune à la place. Depuis les airs, ils plongent dans l'eau. Thomas s'accroche à Jimmy pour ne pas couler à pique et garder la tête hors de l'eau. Ondine s'éleva à son tour dans les airs en brillant d'une lumière dorée. Quand elle s'éteint, elle porte un haut de maillot deux pièces bleu clair qui couvre sa poitrine et a une queue de poisson de sirène bleue clair à la place des jambes.

Après ces transformations qui surprennent autant Ondine et ses amis que le crabe, la jeune fille plonge dans l'eau pour rejoindre les garçons. Le crabe avait la bouche grande ouverte, béat, il se met à poser des tas de questions.

« C'est impossible ! Comment avez-vous réussi à faire ça ?! Où avez-vous trouvé ce collier ?! Comment se fait-il que vous pouvez utiliser son pouvoir ?! Vous me devez des explications !
- Calmez-vous voyons ; répond Ondine ; Je ne sais pas comment j'ai réussi à faire ça, c'est la première fois que je le fais et je suis aussi stupéfaite que vous. Quant à ce collier, je l'ai trouvé dans mes affaires, il est à moi ».

Le crabe afficha à nouveau un air surpris sur son visage. Les enfants ne comprenaient pas la raison pour laquelle il faisait cette tête. Bien sûr, ils étaient surpris, mais bon, cela arrangeait tout d'un côté, ils pourront mener leur mission qui leur a été confiée à bien et cela est le plus important à leur avis. Louis rappelle alors au conseiller du roi qu'ils ont mission à faire et lui demande de les mener à Atlantica. Le crabe plonge dans l'eau, suivit des Protecteurs de la Justice qui s'y sont enfoncés. Thomas est tiré par le bras par Jimmy pour le faire avancer.

Au bout de plusieurs minutes de nage, ils finissent par arriver dans un immense royaume doré. Si ses amis étaient impressionnés par la beauté du royaume complètement fait d'or, Ondine, elle, était surprise, car il s'agissait exactement du même royaume qui était représenté dans la bulle qui pouvait sortir de son coquillage. Là, elle se demandait si finalement son rêve ne lui annonçait pas cette mission dans ce monde. Elle ne préfère pas parler de son trouble pour le moment à ses amis pour se concentrer sur sa mission.

Ils entrent à l'intérieur du château. Il n'y avait pas de portes, mais chaque entrée était surveillée par des gardes sirènes dont leur haut du corps était habillé d'une armure dorée et ils avaient sur leur tête un casque doré. Leur tenue en général rappelait un peu à celle des soldats romains de l'Antiquité. Les couloirs étaient immenses et le sol était recouvert de sable.

Ils finissent par arriver dans une immense salle un peu plus sombre comparée au reste du palais. Il n'y avait qu'un immense trône en qui rappelle la forme d'un coquillage et, qu'à la place de quatre pieds, était maintenu en hauteur par une colonne en or qui lui servait de pied. Il était assis dessus un homme âgé qui avait de longs cheveux blancs maintenus en arrière par une couronne en or et une longue barbe blanche. À la place de ses pieds, il avait une queue de poisson bleue marine. Il tenait à sa main un trident en or.

Ondine met sa main sur sa bouche pour étouffer un hoquet de surprise, car cet homme est exactement le même que celui qu'elle avait vu dans son rêve. Elle se reprend et le regarde dans ses yeux bleus. Le regard dur et impassible de cet homme contrastait avec la couleur de ses yeux qui est un symbole de pureté et de douceur. L'homme regarde avec détail chacun des enfants et s'arrête sur Ondine. En la voyant, un de ses épais sourcils se haussent. En voyant ça, la jeune fille détourne son regard, gênée. Sébastien dit :

« Votre Majesté, voici les apprentis-héros que Charles Xavier nous envoie.
- Et pourrais-je connaître leurs noms ?
- Je suis Flambeau.
- Je suis Torrent.
- Je suis Forest.
- Et moi, c'est Volt.
- Ce sont vos vrais noms ?
- Non, en mission, on doit se présenter sous nos noms de code.
- Je vois, vu que vous vous êtes à peu près présentés, je pense qu'il est normal que je fasse de même. Je suis le roi Triton, le roi du Royaume d'Atlantica.
- Merci, on l'avait remarqué ; réplique de Thomas avant de se faire pincer le bras par Sébastien, lui faisant lâcher un petit cri de douleur.
- D'après ce qu'on nous a dit, nous devons nous occuper de deux sorcières qui menaceraient votre royaume. Auriez-vous des détails à nous donner ? ; interroge Louis.
- Les deux sorcières que vous devrez affronter sont deux sœurs, Ursula et Morgana. Ce sont les personnes les plus cruelles et terribles que j'ai pu rencontrer. Depuis dès années, elles enchaînent plusieurs attentats contre mon royaume pour tenter de s'en emparer. Avant, elles le faisaient séparément, donc il était facile de les repousser. Mais depuis 12 ans, elles se sont alliées et combattent côte à côte et il m'est de plus en plus difficile de les vaincre. Je suis seul et je me fais si vieux.
- Ne vous en faites pas, on s'occupera d'elles ; réplique Ondine, déterminée.
- Vous êtes bien jeune. Je doute que vous puissiez nous aider et je ne comprends pas pourquoi ce sont des gamins qui nous ont été envoyés. M'enfin, je suppose que Charles Xavier sait ce qu'il fait. Sébastien !
- Oui, votre Majesté ?
- Je voudrais m'entretenir avec toi un instant, en privé.
- Bien votre Majesté. Les enfants, attendez-moi à la sortie du palais ».

Les Protecteurs de la Justice hochent la tête et quittent ensemble la pièce en se demandant bien la raison pour laquelle le roi faisait tant de mystères. En parlant de celui-ci, il ne détourne pas son regard de son conseiller qui déglutit. Un silence pesant était dans la salle du trône. Le roi Triton finit par la briser en disant :

« Sébastien, je n'ai pas confiance en ces enfants.
- Est-ce parce qu'ils sont des humains ?
- Non, juste parce que je les trouve trop inexpérimentés et je les pense incapable de nous aider. Tu viens de me dire qu'il s'agit d'humain ? Comment se fait-il qu'ils aient des queues de poissons à la place des jambes ?
- Et bien, c'est à cause de la jeune fille. Je leur expliquais la situation délicate qui faisait qu'ils ne pouvaient pas effectuer leur mission quand la jeune fille s'est mise à briller et elle et ses amis se sont retrouvés avec des queues de poissons. D'ailleurs, elle porte autour de son cou un collier en forme de coquillage doré comme ...
- Comme Ondine ? ; interrompe Triton en étant abasourdi.
- Oui.
- J'aurais dû m'en douter en la voyant ; il s'assit sur son trône d'un air lasse et prend un coquillage qui sert de cadre à la photo d'une jeune fille aux cheveux roux et aux yeux bleus qui ressemble un peu à Ondine, il a un regard mélancolique en la regardant ; Elle est le portrait craché de sa mère.
- Bien qu'on ne connaisse pas son vrai nom, tout laisse à croire qu'il s'agit bien d'elle.
- Elle a en elle la lumière d'Atlantica qui lui a permis de venir jusqu'ici, donc oui, je suis à présent certain que c'est elle ; il pose la photo et regarde Sébastien d'un air sérieux ; Sébastien ! Tu vas surveiller cette jeune fille et veiller sur elle ! Elle sera sous ta responsabilité ! Tu devras faire en sorte qu'il ne lui arrive rien !
- Moi ?! ; demande Sébastien, interloqué et les yeux grands ouverts.
- Oui ! Toi ! À présent, va les rejoindre !
- Bien, votre Majesté ».

Sébastien s'incline et s'en va en nageant à toute vitesse. Les enfants, eux, attendaient patiemment leur guide. Ils s'ennuyaient assez à vrai dire et ils ne voyaient pas comment s'occuper. Louis n'avait pas de livre de science sous la main, Thomas ne savait pas nager donc il restait accroché à un rocher pour ne pas couler, Jimmy n'avait pas de jeux vidéos sous la main et Ondine ne savait pas du tout quoi faire.

Trouvant le paysage des fonds des eaux magnifique, Ondine décide de se promener pour l'explorer un peu. Elle se met donc à nager en s'éloignant du palais. En la voyant faire, Jimmy lui demande :

« Où vas-tu Ondine ?
- Je vais me promener un peu en attendant que Sébastien arrive ; lui répond Ondine en s'arrêtant et en se retournant vers ses amis.
- Je ne sais pas si c'est une bonne idée. On ne sait rien sur les lieux ; intervient Louis.
- Je n'en aurais pas pour longtemps, je vais juste faire un tour.
- C'est vraiment un truc de fille, cette manie de se promener » ; ne put s'empêcher de dire Thomas en mettant ses mains derrière la tête.

Ondine lève les yeux au ciel avant de reprendre son chemin en nageant. Au bout de plusieurs minutes, elle se retrouve dans un lieu un peu plus sombre que le reste de la mer et où il y a plusieurs épaves de navires. La jeune fille entre à l'intérieur de l'un d'entre eux par curiosité car elle n'avait jamais vu l'intérieur d'un navire.

Elle explore ce qui ressemble à une cabine quand elle se retrouve en face d'un requin d'une taille impressionnante. Il était énorme, gros, de couleur violet avec des rayures noires. Ses pupilles étaient jaunes et il laisse voir par un sourire une rangée de dents pointues, tranchantes et aiguisées. La vu de cet animal marin paralyse la jeune fille qui n'osait ni bouger, ni respirer. Le requin ouvre grand sa gueule qui était immense. Ondine retrouve son état normal, son instinct de survie plus fort que la peur et nage dans le sens inverse de où se trouvait le requin juste avant qu'il referme sa gueule sur elle.

La jeune fille se met à nager à une vitesse impressionnante. Le requin la poursuivait en ouvrant et refermant sa mâchoire successivement de façon menaçante. Au bout d'un moment, elle trouve enfin la sortie du navire. Elle passe par cette ouverture et, à cet instant, tout devient noir.

Pendant ce temps, Sébastien rejoint Thomas, Louis et Jimmy. Il est surpris de constater qu'Ondine n'était pas avec eux. On pouvait même dire qu'il semblait inquiet. Il s'approche des garçons, se pose sur le rocher où était assis Thomas et dit :

« Me voilà. Où est votre camarade, Torrent ?
- Elle est allée faire un petit tour ; répond Jimmy.
- Quoi ?! Et vous l'avez laissé partir seul ?! ; demande Sébastien en commençant à paniquer.
- On savait que vous ne serez pas content qu'elle parte comme ça alors qu'on a une mission à faire. On lui a dit que c'était une mauvaise idée, mais elle n'a pas voulu nous écouter ; répond Louis.
- Bon sang, elle est vraiment comme sa mère ; murmure Sébastien en se tapant le visage avec sa pince.
- Heu...qu'est-ce que vous dites dans votre barbe là ? ; demande Thomas qui avait entendu parler le crabe sans comprendre ce qu'il disait.
- Rien...rien du tout. Nous devons vite la retrouver. L'océan n'est pas sûr avec ces sorcières dans les parages. S'il lui arrive quelque chose, le roi m'en voudra à mort !
- Depuis quand le roi se soucie de notre sécurité, ou du moins de la sécurité de Torrent ? ; demande Louis, suspicieux.
- Parce qu'elle est la princesse d'Atlantica ! L'héritière du trône ! Et si elle se retrouve face à Ursula et Morgana, elles n'hésiteront pas à s'en prendre à elle ! Elle est certainement en danger !
- Ondine ?! Une princesse ?! » ; s'exclament en chœur les trois garçons, étonnés par ce qu'ils viennent d'apprendre.

Ayant pris conscience qu'il venait de révéler le secret du roi Triton par inattention en entendant Thom, Jim et Lou, Sébastien lâche un hoquet de surprise avant de mettre ses pinces sur sa bouche. Il les met ensuite sur sa tête en la secouant et en disant :

« Je dois apprendre à me taire !
- Ça explique le rêve étrange qu'a fait Ondine, ce coquillage qu'elle a trouvé et ce qu'il s'est passé tout à l'heure sur la plage ; conclut Louis en mettant une main sur son menton.
- Oui, et si dans son rêve, les femmes pieuvres sont Ursula et Morgana, selon ce qu'elle nous a rencontré, elles sont loin d'être des enfants de cœur ; répond Jimmy.
- Dans ce cas, nous devons la retrouver avant elles ! Par où elle est partie déjà ? ; intervient Thomas.
- Par là ! »

Louis montre du doigt la direction par laquelle il a vu Ondine partir. Thomas prend le bras de Jimmy pour qu'il le fasse avancer mais Sébastien les arrête avant qu'ils partent et dit :

« Attendez ! Avant de partir, vous, Flambeau, vous ne pouvez pas continuer comme ça. Apparemment, vous n'avez aucune base à la natation et nous n'avons pas le temps de vous faire un cours, mais si vous devez affronter ces sorcières, vous risquez d'être un handicap pour votre ami.
- Je sais mais j'ai pas d'autre moyen pour avancer moi.
- Je sais ce qui pourra vous aider ».

Sébastien siffle très fort, tellement, que son sifflement résonne dans l'eau au loin. Au bout de plusieurs minutes, le groupe entend un hennissement retentir au loin. Il arrive alors à grande vitesse ce qui ressemblait à un cheval. Du moins, il en avait l'encolure et les pattes avant étaient celles d'un cheval, par contre, il n'avait pas de pattes arrières, il avait à la place une queue de poisson ressemblant un peu à celle d'un monstre marin. À la place d'une longue crinière, il avait un aileron et il avait des nageoires sur ses flancs. Il n'avait pas de pelage, sa peau était recouverte d'écailles luisantes qui changeaient de couleur à la lumière.

Les garçons étaient stupéfaits par cette apparition. Leurs yeux étaient grands ouverts ainsi que leurs bouches. Le crabe s'approche de l'étrange animal et dit :

« Voici Tempête, l'hippocampe royal. Pour ceux qui ne savent pas ce que c'est, c'est un cheval marin. Ils sont l'équivalent des chevaux qu'on trouve sur terre pour nous, les êtres marins. Flambeau, pour te déplacer, il te suffira de monter sur son dos, une selle est déjà mise pour cet usage ».

L'hippocampe s'approche de Thomas, qui était toujours accroché à son rocher, et met son dos couvert d'une selle rouge face à lui pour faciliter sa montée. Thomas regarde Jim et Lou qui haussent les épaules en même temps. Thomas pose ses mains hésitantes sur la selle, prend appui et s'assit dessus en se mettant correctement de sorte à ne pas tomber. Il prend la corde qui était autour du cou du cheval et le groupe part vers la direction qu'avait pris Ondine.

Une fois ceci réglé, le groupe part dans la direction qu'avait prise Ondine quelques minutes plus tôt. Thomas dû de temps en temps tirer sur la corde pour ralentir l'hippocampe qui nageait beaucoup plus vite que ses amis et il avait faillit plusieurs fois les perdre.

Ils finissent par arriver dans une espèce de cimetière de navires. Là, ils voient deux anguilles nager. Il s'agit plus exactement de deux murènes de couleurs verts-gris. L'un à œil droit jaune et un œil gauche blanc. L'autre à aussi les yeux de ces couleurs-là, mais des côtés opposés. Leur regard semblait à la fois mauvais et sournois.

En voyant ces deux créatures marines, Sébastien demande aux garçons de s'arrêter, ce qu'ils font, avec de leur indiquer une cachette. Ils se cachent alors derrière un radeau en bois couvert de bois. Les garçons ne comprenaient pas vraiment la réaction du crabe rouge, celui-ci le remarque d'ailleurs et leur explique les raisons de son attitude.

« Ce sont Jetsam et Flotsam, des sbires de Ursula et Morgana. Leur présence dans le coin ne me dit rien qui aille ».

Ils les regardent s'approcher d'une épave de navire et s'arrêter devant un trou de cette même épave. Ondine en sort en nageant rapidement comme si elle fuyait quelque chose et les murènes la prennent par surprise en l'assommant. Ondine perd alors connaissance en flottant légèrement. Un gros requin tigre sort à son tour de l'épave, prend Ondine sous une nageoire et s'en va avec les deux murènes.

En voyant cette scène, Thomas, Louis et Jimmy sont choqués. Ils voulaient intervenir mais Sébastien se met devant eux pour leur faire barrage et dit :

« Stop ! Ne faites rien.
- Mais on doit l'aider ! On ne va pas l'abandonner ! ; intervient Jimmy.
- Je ne dis pas ça, mais les sbires d'Ursula sont dangereux. Il ne faut pas foncer tête baissée. Le mieux serait de les suivre discrètement et d'intervenir au moment importun ».

Les garçons se regardent entre eux puis hochent la tête en même temps. S'étant mis d'accord, le petit groupe suit discrètement le requin et les deux murènes qui emmenaient Ondine. Au même moment, deux raies gris et aux yeux rouges les ont entendus et observé, lâchent de petits rires sournois et s'en vont discrètement.

A suivre...

_________________
Les thème d'Ondine:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fr.rpgdragonballevolution.wikia.com/wiki/Ondine
avatar

Froze
Membre

Féminin
Âge : 23
Inscription : 17/09/2015
Messages : 7
Zénis : 0
Statut : Mauvais

MessageSujet: Re: Les Protecteurs de la Justice   Dim 8 Nov - 20:23

Chapitre 9
Première mission (Partie 1)

Sébastien et les Protecteurs de la Justice suivent les sbires de Ursula et Morgana jusqu'à des eaux encore plus sombres à l'intérieur d'une grotte remplie de stalagmites et de petits volcans sous-marins. Au fond de cette grande grotte se trouve une autre grotte plus petite dont l'entrée est en forme de gueule de dragon. Ils y entrèrent. Les garçons et le crabe rouge se cachent derrière un rocher pour observer ce qu'il se passait tout en ne se faisant pas voir.

L'intérieur de la grotte était circulaire, les murs étaient violets et une grosse marmite noire se trouvait au milieu. Ondine était inconsciente dans un coin de la grotte derrière des barreaux faites en corail. La jeune fille ouvre ses grands yeux bleus. Sa vue était d'abord embuée, puis, au fur et mesure que qu'elle redevenait normale, elle vit les deux horribles sorcières qu'elle avait vus dans son rêve et la regardaient en ayant un sourire horrible sur leurs lèves. Elle lâche alors un hoquet de surprise et recule vivement pour se retrouver le dos contre le fond de sa cellule, pas de moyen pour elle de s'enfuir.

La grosse femme-pieuvre qui n'est autre qu'Ursula lâche un rire à la sadique et démoniaque et dit :

« Regarde-moi ça, Morgana, ne serait-ce pas l'héritière d'Atlantica que voilà ?
- Je pense oui, Ursula. Quelle chance ! Elle nous sera très utile pour avoir le trident ! ; répond Morgana.
- Désolée, mais je crois que vous vous trompez de personne ; réplique Ondine.
- Je ne crois pas non, et ce collier en est la preuve ; répond Morgana en pointant le collier en forme de coquillage doré qu'Ondine a autour du cou.
- On dirait que ton cher grand-père ne t'a pas mis au courant de ton histoire et de vos liens de parenté ».

Ondine était de plus en plus surprise là. Jamais elle n'aurait pensé avoir un grand-père. Orpheline, elle imaginait plutôt que ses parents l'avaient abandonné parce qu'ils étaient pauvres et n'avaient pas les moyens de subvenir à ses besoins. Mais s'il est vrai qu'elle est l'héritière d'Atlantica, cela veut donc dire que sont fameux grand-père est le roi Triton. Cela expliquerait bien la raison pour laquelle elle est parvenue à transformer elle et ses amis en sirène. Par contre, une question lui trottait la tête du coup. Le roi d'Atlantica serait-il au courant de ça ? Si cela est le cas, elle devra s'expliquer avec lui. Ursula poursuit ensuite ses révélations.

« Puisque ton cher grand-père n'a pas pris la peine de te dire la vérité, je vais me faire une joie de le faire ! À la mort de tes parents, ton grand-père, le roi Triton, t'a abandonné pour te protéger !
- Me protéger ? De vous ?
- En quelque sorte oui » ; répond Morgana.

Elles ne purent poursuivre la conversation car une boule de cristal brillant d'une lumière verte apparaît et flotte au-dessus du chaudron. Les sorcières se mettent devant et l'image du visage Magnéto, ayant toujours sur sa tête un casque rouge, apparaît. Il dit :

« Alors ? Morgan et Ursula ? Avez-vous tué le roi Triton ?
- Pas encore, sire ; répond Morgana.
- Mais ça ne saurait que tarder ; intervient Ursula.
- Ne tardez pas trop, ma patience a des limites. En plus, les enfants de la prophétie, nommés les Protecteurs de la Justice, ont été envoyés dans ce monde pour vous arrêter.
- Nous nous occuperons d'eux également, Sire, comptez là-dessus ».

L'image de l'homme ainsi que la boule de cristal disparaît alors. Morgana regarde sa sœur en haussant un sourcil. Elle semblait intriguée et ne pas comprendre quelque chose.

« Pourquoi ne lui avons-nous pas dit que nous tenions un de ces enfants qui n'est autre que la princesse d'Atlantica ?
- Parce que nous aurons besoin d'elle pour avoir le trident. Imagine que le trident ne soit pas dans la main de Triton, mais dans son socle quand on le tuera, seul un de ses descendants pourra l'en sortir. Cette peste nous sera alors très utile pour ça.
- T'as pas tort.
- Après, tu te demandes pourquoi c'est moi que mère préférait. Si t'avais de la jugeote t'aurais deviné ».

Ursula et Morgana se regardent dans les yeux comme si elles se défiaient. Si Ursula montrait un sourire fier, Morgana, elle, était en colère et serrait des dents à la remarque que venait de lui faire sa sœur. La tension montait entre les deux sorcières, au final, elles ne semblaient pas s'entendre tant que ça. En tout cas, Ondine ne comptait pas les aider à accomplir leur désir et elle compte bien le préciser.

« Je me fiche de toutes vos histoires ! Jamais je ne vous aiderais pas dans vos magouilles !
- Ho que si ! Tu n'as pas le choix si tu ne veux pas subir le même sort que ta sœur ! ; réplique Ursula.
- J'ai une sœur ? ; demande Ondine, surprise par cette nouvelle révélation.
- Oui ; répond Morgana en souriant.
- Que lui est-il arrivé ?
- Et bien ; Morgana montre une statue représentant une jeune fille qui ressemble un peu à Ondine avec les cheveux attachés derrière la nuque ; elle nous sert à présent d'objet décoratif. C'est Mélodie, elle a voulu te protéger également alors voilà ce qu'elle est devenue.
- Je ne serai pas surprise ; intervient Ursula ; que tu sois aussi intrépide et stupide que ta mère et ta sœur ».

Ondine leur lance un regard rempli de colère. Elle voulait leur arracher les yeux. Si un regard pouvait tuer, les deux sorcières seraient certainement mortes. Ses poings se serrèrent tellement la haine montait en elle.

« Mes amis viendront et ils ne vous laisseront pas faire !
- Ho ! Mais on espère bien, nous les attendons de pied ferme, enfin, plutôt de tentacule ferme. Bref, ne t'attends pas à ce qu'ils te sauvent ! » ; répond Ursula, sûr d'elle.

Soudain, un bruit d'éternuement retentit depuis le rocher où s'étaient cachés Thomas, Jimmy, Louis et Sébastien. Les trois derniers lancent un regard sévère à Thomas qui était le fameux responsable de cet éternuement et qui venait de les faire repérer. Celui-ci se contente de montrer un sourire gêné, montrant toutes ses dents. Ondine ne put s'empêcher de se frapper le front avec le plat de sa main en soupirant d'exaspération.

« Tiens, tiens ! Quand on parle du loup ; dit Morgana, le sourire aux lèvres.
- Bravo les garçons, on peut vraiment dire que vous avez réussi cette opération de sauvetage ; ironise Ondine.
- Dis ça à Thomas, c'est lui a tout fait capoté ! ; s'énerve Jimmy.
- Détrompez-vous, on vous attendait, n'est-ce pas mes trésors ? »

Morgana regarde les deux raies grises qui avaient observé le petit groupe tout à l'heure et ils rirent sournoisement de bon cœur. Les garçons voulaient reculer pour s'enfuir, mais heurtent Jetsam, Flotsam et le gros requin tigre qui montre sa dentition plus tranchante que des rasoirs en un immense sourire. Les garçons et le crabe rouges déglutirent et Tempête hennit alors en voyant ça, n'osant plus bouger.

Les sorcières se retournent vers Ondine, font disparaître les barreaux de corail et Morgana se saisit de la jeune fille et l'attachant avec une ses tentacules, l'empêchant de s'enfuir. Elle se débattait pour essayer de se dégager, mais en vain. Ursula dit alors :

« Comme tu peux le voir, tu n'as plus aucun moyen de t'enfuir. À présent, tu vas nous suivre. Si tu ne veux pas nous donner le trident, je connais un autre moyen de l'avoir, t'utilisant pour mettre la pression à ton grand-père et l'obliger à nous le donner de lui-même. Quant à tes amis, nous avons besoin d'eux vivants pour notre maître, mais on se fera un plaisir de les faire souffrir ».

Bon, bonne et mauvaise nouvelle. La bonne est qu'elle ne faisait pour le moment aucun mal à ses amis pour les utiliser contre elle. La mauvaise est qu'elle se trouve toujours dans un beau pétrin et ses amis ont été entraînés avec elle. En tout cas, elle se demandait pourquoi leur fameux maître les voulait. En tout cas, elle ne préférait pas se poser trop de questions pour le moment, le plus important était de se sortir de cette situation.

Soudain, le corps d'Ondine change. Il devient aqueux au fur et à mesure. Commençant par le bout de sa nageoire et terminant par sa tête. On ne distinguait plus ses traits, ni ses couleurs, elle était devenue un être dont le corps n'est fait que d'eau. La jeune fille d'eau regarde ses mains avec stupéfaction. Sa silhouette d'eau se mélange avec l'eau de la mer, la rendant invisible. En avançant, elle constate qu'elle pouvait passer entre les barreaux de corail et elle ne se gêne pas pour le faire. À peine sortie de sa cellule, elle retrouve son apparence normale.

Tous ceux qui ont assisté à la scène, à savoir, Ursula, Morgana, Thomas, Louis, Jimmy, Sébastien, Tempête, les deux raies, Jetsam, Flotsam et l'énorme requin tigre, ouvrent tous leur bouche, gueule, enfin tout ce qui leur sert de bouche aux personnes présentes, en grand, béat. D'un autre côté, ce n'est pas tous les jours qu'on voyait une jeune fille se transformer en eau d'un clin d'œil, qu'elle soit sirène ou non. Thomas ne put s'empêcher de dire :

« Bah ça, c'est pas banal ».

On peut dire que sa phrase fait sortir tout le monde de leur surprise. En effet, Ondine lance un regard noir aux deux sorcières qui le lui rendent bien.

« Maintenant, vous allez laisser mes amis partir ; dit-elle.
- Certainement pas ! À moins que tu daignes accepter de nous aider à nous emparer du trident ; réplique Morgana.
- Jamais je ne vous aiderais !
- Dans ce cas, tes amis vont servir de casse-croûte à Mordicus » ; répond Morgana.

Le gros requin tigre ouvre en grand sa bouche, révélant une rangeant de dents tranchantes comme des rasoirs. Il se préparait à avaler Louis qui était paralysé par la peur à la vu de ces dents qui se préparaient à le hacher menue. Ondine ne put se retenir de lâcher un cri de terreur, peut-être pas aussi fort que ceux des filles dans les films d'horreur, mais tout de même.

Pour en revenir à notre histoire actuelle, Mordicus, le requin tigre, je pense que vous l'aurez compris, allait avaler tout cru Louis qui n'arrivait pas à bouger, et tous ses amis étaient aussi paralysés que lui, quand son corps s'entoure d'électricité. Cela foudroya le grand requin instantanément de l'intérieur. Mort sur le coup, il ne bouge plus et flotte inconscient dans l'eau comme un poisson mort dans son aquarium.

Morgana semble affligées et sous le choc de la mort de son fidèle compagnon. Sa stupéfaction laisse place à une colère noire. Ses yeux se froncèrent et son visage se ride tellement la rage l'envahissait. Une lueur verte jaillit de ses mains.

« Sale mioche ! Je me fiche que le maître te veuille vivant ou non ! Je vais te faire payer ce que tu viens de faire ! »

Elle allait envoyer un rayon bleuté devant elle pour attaquer Louis qui ne sut pas quoi faire. De suite, Thomas saute du dos de Tempête pour se mettre devant Louis et recevoir le rayon à sa place. Une lumière bleue claire entoure le corps du garçon avant de disparaître. Morgana est stupéfaite de constater qu'il n'est rien, tout comme les autres et Thomas lui-même d'ailleurs.

« C'est impossible ! ; dis Morgana ; Ce sort aurait dû te transformer en statut de glace !
- J'avoue ne pas expliquer ce qu'il vient de se passer moi-même » ; répond Thomas en haussant les épaules.

Louis s'approche de son ami pour le remercier en posant une main sur son épaule quand il sent que la chaleur de la peau de Thomas est très élevée le brûle. Il retire de suite sa main en criant de douleur.

« Aïe ! Mais t'es brûlant ! C'est pour ça que tu n'as pas été congelé. Le feu fait fondre la glace, du coup, ce sort n'a eu aucun effet sur toi.
- Mais je ne suis pas censé pouvoir utiliser mes pouvoirs sous l'eau.
- Il semblerait que tu ne te contentes pas de manipuler le feu, tu es également capable de faire augmenter la chaleur de ton corps. La température de l'eau pouvant changer aussi, cela ne t'empêche d'utiliser cette capacité. En tout cas, c'est ce qui m'a sauvé et t'as sauvé par la même occasion. Merci mon pote !
- Mais de rien, c'est normal.
- Tu as eu quand même beaucoup de chance ; intervient Ondine ; Si tu n'avais pas utilisé inconsciemment ton pouvoir, tu serais devenu un Thomas congelé.
- Mais je ne le suis pas, au contraire, je suis chauffé à bloc ! »

Ondine, Jimmy et Louis soupirent d'exaspération. Thomas n'avait vraiment pas conscience qu'il s'était mis en danger. Même si ça partait pour de bonnes intentions, on dirait qu'il ne s'en rendait pas compte et s'en fichait, totalement insouciant. Il ne faudrait pas que cela lui attire des ennuis à l'avenir. Les sorcières, elles, se fichaient bien de leurs histoires et n'appréciaient pas vraiment d'être mises de côté pour des histoires d'adolescents débiles. Ursula se racle la gorge.

« Ahem ! Nous nous sommes là je vous signale ! Si on vous dérange, dites-le !
- Ha oui, c'est vrai ; dit Jimmy ; Bon, bah, vous êtes en état d'arrestation pour complot, enlèvement, meurtre et tentative de meurtre.
- On est censés être des apprentis-héros, pas des apprentis-policiers ! Hahaha ; intervient Thomas en riant.
- Thomas ! Arrêtes avec tes blagues stupides ! ; Disent Jimmy, Louis et Ondine en même temps.
- De toute manière, si vous croyez qu'on va se rendre, vous vous trompez ! Jetsam ! Flotsam ! Attaquez-les ! »

Les deux murènes se regardent, elles regardent ensuite le corps de Mordicus qui flottait toujours la gueule ouverte, puis ils regardent les quatre enfants pour finir par se regarder eux-mêmes à nouveau d'un air inquiet. Ils s'en vont alors en nageant à toute vitesse au loin hors de la planque des sorcières. Ursula a alors les yeux rouges de colère. Morgana, elle, croise ses bras et dit :

« Mouai, mère te préférait, en attendant, même s'il en est mort, Mordicus, lui au moins, s'est montré plus courageux que tes deux anguilles.
- La ferme ! Puisque c'est ainsi, nous allons devoir nous occuper de ces gosses nous-mêmes ! »

Elle prend un flacon et le jette dans une marmite qui se trouve au centre de la pièce. Une épaisse fumée verte s'en échappe et prend la forme de deux immenses mains maigres et griffues. Ursula tend ses mains vers Ondine et Louis et les deux mains foncent vers eux. Morgana, elle, crée des piques de glace qu'elle envoie vers Thomas et Jimmy. Assez mauvais choix car Thomas fait fondre les piques au contact de sa peau qui était toujours bouillante et protège ainsi Jérémy. Ondine et Louis se contentent d'éviter les deux mains. Sébastien et Tempête se sont cachés derrière un rocher pour ne pas se retrouver blessés.

La seule fille du groupe tente d'attaquer les sorcières en lui envoyant des boules d'eau, mais elles étaient beaucoup plus rapides qu'elle avec tous leurs tentacules qui leur permettaient de nager sans trop se fatiguer. Louis n'eut pas plus de succès, Jimmy non plus et Thomas encore moins. Ils ne savaient pas quoi faire et commençaient à désespérer, pensant qu'ils ne parviendront jamais à les battre.

Soudain, une voix familière leur parle dans leur tête. Il s'agit de celle de Spyro, le petit dragon violet et leur maître. Celui-ci dit :

Combattez ensemble. C'est le chaudron des sorcières qui confère leur pouvoir. Envoyez dessus votre plus puissante attaque.

Les enfants se regardent entre eux et hochent en même temps la tête, comme s'ils s'étaient mis d'accord silencieusement. Ils étaient aussi surpris intérieurement que Spyro soit parvenu à les contacter par la penser, mais ne préfèrent pas s'attarder là-dessus au vu du combat qu'ils étaient en train de mener, donc ils ne le montrent pas et gardent un air sérieux.

Ensemble, ils encerclent le chaudron en étant déterminés. Ondine crée une boule d'eau dans sa main et Louis une boule électrique. Thomas utilise son pouvoir pour faire chauffer le métal du chaudron. Les sorcières s'affolent un peu en voyant que les Protecteurs de la Justice s'apprêtent à détruire leur chaudron et foncent pour essayer de les en empêcher. Là, Jimmy intervient en faisant pousser des algues et les manipulant pour qu'elles retiennent les deux femme-pieuvres en s'emmêlant avec leurs tentacules.

Une fois sûrs que la voie était libre, Ondine et Louis lancent leur boule élémentaire respective sur le chaudron en tendant leurs mains devant eux. À peine le métal bouillant fut touché qu'il explose en une petite explosion qui lâche de la fumée rouge. Ursula et Morgana hurlent en ensemble de douleur avant de disparaît en poussières éparpillées par les courants marins.

Sébastien, qui était resté caché pendant tout ce temps, ne put retenir de crier de joie.

« Oui ! Vous avez sauvé le royaume de ces sorcières ! Vous êtes de vrais héros !
- Apprentis-héros plus exactement, mais merci du compliment ; réplique Louis.
- En tout cas, on n'en a fait qu'une bouchée de ces sorcières ! Je ne pensais pas que nous pouvions faire des trucs aussi cools. Finalement, j'avais raison l'autre jour, on a chauffé le terrain ! ; intervient Thomas
- Toi, t'as plutôt chauffé le chaudron ; plaisante Jimmy.
- Hé ! C'est moi qui sors ce genre de blague d'habitude !
- Tu n'as pas le monopole des blagues débiles à ce que je sache ».

Ils ne terminent pas leur discussion car Louis leur tape le bras à chacun avec ses coudes et montre Ondine qui s'était isolée et regardait la statue représentant la sœur qu'elle n'a jamais connue. Son regard était rempli de tristesse. Elle avait beau ne pas avoir de souvenirs de Mélodie, elle restait un membre de sa famille, donc le fait de savoir qu'elle n'était plus ne lui faisait pas rien.

Les trois garçons s'approchent de leur amie en ayant l'air compatissant. Louis pose une main sur l'épaule de la jeune fille en demandant :

« Ça va, Ondine ?
- Ça pourrait aller mieux ; Ondine tourne la tête pour le regarder ; j'ai toujours voulu connaître ma famille, mais jamais je n'aurais imaginé ce genre de choses.
- Vous pensez, les gars, que nos familles nous ont abandonné aussi pour nous protéger ; interroge Jimmy.
- Je ne sais pas, toute manière, je m'en fiche, nous sommes ensemble et à nous trois, nous formons déjà une famille ; répond Louis.
- Hey ! Regardez ! »

Thomas montre la statue de glace et tous se mettent à la regarder en écarquillant les yeux. La statue brille d'une belle lumière dorée. La glace se met à fondre. La première chose qui se met à bouger est la main de Mélodie, plus précisément ses doigts. Ils remuaient doucement.

Quand la glace finit de fondre, il se tenait devant eux une jeune sirène qui ressemblait beaucoup à Ondine. Sauf que ses cheveux étaient noirs et lisses, attachés en queue derrière la nuque avec un élastique vert. Elle portait un débardeur blanc et à une queue de sirène rose à la place des jambes.

La jeune sirène reste droite devant eux, sans bouger un moment, les regardait d'un air fatigué. Elle suffoquait, semblant reprendre sa respiration. Sébastien reconnait de suite la jeune fille et ouvre grand la bouche béat en la voyant. La fille regarde Ondine dans les yeux, celle-ci fut figée sur place, n'osant pas bouger. La jeune sirène lâche un soupire fatigué et se met à tomber vers le fond de la grotte doucement.

Thomas, remonté sur le dos de Tonnerre, la rattrape dans ses bras. Ondine, Louis, Jimmy et Sébastien l'encerclent et la regarde, elle avait les yeux fermés. La seule fille des Protecteurs de la Justice regarde le petit crabe et demande :

« Est-ce que c'est... ?
- Oui ; l'interrompe Sébastien ; il s'agit bien de Mélodie, votre sœur. Je ne pensais pas que figée elle était toujours vivante.
- Elle est vivante, mais elle semble faible ; remarque Louis.
- J'aimerais t'y voir toi. Enferme-toi dans une statue de glace pendant 12 ans, on verra si tu n'es pas engourdi ! ; intervient Jimmy.
- Rho c'est bon ! Je ne disais pas ça méchamment !
- Regardez ! ; s'écrie Ondine ; Elle se réveille ! »

En effet, Mélodie se mit à gémir en bougeant la tête. Elle finit par ouvrir ses grands yeux bleus semblables à ceux d'Ondine. Son regard croise celui de Thomas qui la tenait toujours dans ses bras. Thomas eut le souffle coupé en la regardant. Elle ressemblait à Ondine, oui, mais en la regardant, il sentait quelque chose de différent qu'il n'expliquait pas. Voyant qu'elle semblait aller mieux et voulait nager, il la lâche en montrant un air gênant et en se frottant la tête derrière la nuque.

« Oups, pardon ».

Mélodie s'écarte doucement et regarde les personnes autour d'elle en semblant un peu perdue et demande :

« Où suis-je ? Que m'est-il arrivé ?
- Vous sortez d'un long sommeil, votre Altesse ; répond Sébastien.
- Sébastien ?! C'est toi ?!
- Oui, Mélodie, c'est moi.
- Mais qui sont ces gens ? »

Oubliant qu'ils étaient censés garder leur identité secrète, les quatre enfants se présentent sous leur vrai nom, expliquent leur présence dans ce monde et ce qu'il s'est passé. Mélodie regarde Ondine en étant troublée. Ondine lui rend son regard, mais plus gênée et timide que troublée.

« Ondine ? Tu as bien dit que tu t'appelais Ondine ?
- Heu...oui » ; répond l'intéressée.

Contre toute attente, Mélodie s'approche d'Ondine et la prend dans ses bras. La jeune apprentie-héroïne était surprise parce qu'elle n'avait pas du tout l'habitude de ce genre de choses. Fallait avouer qu'entre le vieux roi qui semblait plutôt grognon et les deux sorcières qui l'ont fait kidnapper, elle ne s'attendait pas du tout à un geste de tendresse de la part de qui que ce soit dans ce monde. Mais cela lui faisait tout de même plaisir et cela la touchait beaucoup.

« Je suis si heureuse de te voir, petite sœur » ; dit finalement Mélodie.

Ondine est surprise par sa phrase. Il fallait vraiment qu'elle s'habitue au fait qu'elle ait une famille à présent et n'est pas aussi orpheline qu'elle le pensait. Entendre le mot « petite sœur » résonnait assez étrange dans sa tête.

Malgré tout, elle ne put retenir d'afficher un faible et tendre sourire et resserre ses bras autour de sa sœur. Même si elle savait qu'elle devait s'habituer à ça, elle était heureuse d'avoir retrouvé sa famille. Bon, elle ne s'attendait pas à ce que ce soit des sirènes et tritons et une famille gouvernant un royaume sous-marin, mais elle était tout de même heureuse de les avoir retrouvés et elle comptait bien rattraper le temps perdu.

Suite à ce moment remplit de tendresse et d'émotion, le petit groupe se rend Atlantica et entre dans la salle du trône les y attendait Triton, toujours assit sur son trône.

En voyant Mélodie arrivait au côté d'Ondine, l'expression de son visage changea du tout au tout. Son air dur et impassible laisse place à un air à la fois surpris et émerveillé. C'était assez étonnant de voir un tel changement d'un coup. Il était tellement surpris, qu'il s'est levé de son trône et s'est approché de la sirène libérée. Mélodie, elle, affichait sur son visage un magnifique sourire.

« Mélodie ? ; demande le vieil homme ; C'est toi ? C'est vraiment toi ?
- Oui, Grand-père ».


Elle se jette dans ses bras et le vieux roi la sert fort pour être certain de ne pas rêver. Des larmes de joies coulèrent sur leurs joues tellement ils étaient heureux de se retrouver. À un moment, Triton regarde sa petite-fille en lui caressant une de ses joues.

« Que les dieux soient loués, tu es revenue ma petite-fille...tu n'as pas du tout changé depuis toutes ces années.
- Oui ; répond Mélodie d'un air gêné ; je crois que le fait d'avoir été transformée en statut de glace m'a empêché de grandir durant ces douze dernières années. Ça fait bizarre de savoir je suis une femme de 24 ans dans le corps d'une fille de douze ans.
- Le plus important pour moi, c'est que tu sois vivante et que tu sois à mes côtés ».

Ils se serrent une nouvelle fois dans leurs bras. Ondine eut un mince sourire en voyant cette scène. Elle n'osait pas s'approcher par contre, pensant qu'elle n'avait peut-être pas sa place. Peut-être que Triton savait qui elle était en arrivant, mais qu'il ne lui a rien dit parce qu'il ne voulait pas la reconnaître, qu'il avait honte d'elle. En pensant ça, elle eut un pincement au cœur.

La jeune fille se reprend quand Triton et Mélodie avaient cessé leur étreinte et retournaient vers elle. Mélodie dit :

« Grand-père, les dieux n'y sont pour rien dans ma libération. C'est Ondine qui m'a sauvé ».

Le vieux roi regarde Ondine tendrement, ce qui faisait encore plus bizarre pour elle en se rappelant du regard qu'il lançait à elle et ses amis, il s'approche d'elle. La jeune fille ne savait pas vraiment quoi faire. Elle avait une envie de reculer, mais n'en fit rien, de peur de le froisser. Il s'arrête devant elle et dit :

« Ondine...je...
- Je sais ; l'interrompe Ondine ; vous êtes mon grand-père, les sorcières me l'ont dit.
- J'aurais préféré te le dire moi-même.
- Peu importe, ce que je me demande, c'est pourquoi ne pas me l'avoir dit à mon arrivée ? Vous avez honte de moi ?
- Pas du tout. Je ne me suis rendu compte de qui tu étais qu'après ton départ de qui tu étais et je comptais te le dire une fois ces sorcières hors d'état de nuire. Je te jure Ondine, peu importe ce que tu es devenue, tu restes ma petite-fille et je t'aime, ce qui compte pour moi est que tu sois saine et sauve.
- Vraiment ? ; demande Ondine, touchée.
- Oui ».

À cet instant, toute retenue disparaît. Elle prend son grand-père dans ses bras en ayant un magnifique sourire aux lèvres. Triton écarquille les yeux sur le coup, surpris, puis affiche à son tour un beau sourire en serrant Ondine contre lui. Après cela, ils se lâchent et s'écartent. Triton regarde les garçons et dit :

« Quant à vous, je vous remercie d'avoir aidé Ondine à sauver Atlantica. Je vous serais éternellement reconnaissant.
- Pas de quoi, c'est normal » ; répond Jim.

Thomas, lui, toujours sur le dos de Tempête, contrairement à son habitude, il ne disait rien et ne cessait de regarder Mélodie qu'il trouvait très belle. Depuis qu'elle s'était réveillée dans ses bras, il se sentait bizarre en la voyant. Quand elle se tourne vers lui, il détourne rapidement le regard en rougissant. Mélodie fait de même.


Louis les voyait et ne comprenait pas vraiment leur réaction. Pour le moment, il ne se préoccupait pas vraiment des sentiments amoureux, il préférait largement la science et apprendre de nouvelles choses, c'était moins compliqué pour lui. Il dit alors :

« Maintenant que tout est fini, on devrait rentrer à l'école, non ?
- Oui, c'est vrai ; répond Jimmy.
- Tu as raison ; réplique Ondine ; Votre Maj...heu...grand-père, je vais devoir y aller.
- Saches que toi et tes amis seront toujours les bienvenus dans mon royaume et que vous êtes à présent chez vous » ; dit le roi Triton.

Il leur demande ensuite de le suivre jusqu'à l'extérieur du palais, juste devant, avant de partir. Il lève son trident au-dessus de sa tête et la fait illuminer. Tous les habitants du royaume se rassemblent autour d'eux. Plein de sirènes et de tritons avec des queues de poisson de toutes les couleurs et avec différente coiffures. Les six filles du roi étaient parmi eux, accompagnées de leurs époux, et étaient surprises de voir Mélodie et Ondine.

« Habitants d'Atlantica ! ; s'exclame Triton ; Je vous ai rassemblé aujourd'hui pour vous annoncer une bonne nouvelle ! Mes deux petites filles, Mélodie et Ondine, les filles de la princesse Ariel, sont revenues ! »

Tout le monde se met à applaudir pour acclamer la bonne nouvelle. Triton lève les mains pour leurs demander de se calmer et leur indiquer ainsi qu'il n'avait pas terminé.

« Ainsi, je déclare devant tout le tout le Royaume d'Atlantica que je nomme Ondine princesse héritière d'Atlantica ! »

Tout le monde applaudit de nouveau tandis qu'Ondine écarquillait les yeux, abasourdi. Ça, elle ne s'y attendait vraiment pas. Ses amis aussi étaient surpris, mais ils se contentent d'applaudir aux aussi.

Une fois les réjouissances terminées, les Protecteurs de la Justice retournent à la surface, sur la plage où ils étaient à leur arrivée. Suivant les instructions de son grand-père pour lui apprendre à contrôler la lumière d'Atlantica, elle rend à elle et ses amis une apparence humaine avec leurs costumes de mission.

Thomas a dû dire au revoir à Tempête qui était triste parce qu'il s'était attaché au jeune apprenti-héros, mais avait repris sa joie de vivre quand Thomas lui promet de revenir le plus vite possible.

Ondine a dû dire au revoir de son coté à sa famille à qui elle a promis de revenir pour les vacances.

Le quatre apprentis-héros montent dans la capsule qui les a emmenés dans ce monde. Ils ont encore eu du mal à y monter et étaient toujours à l'étroit à l'intérieur, mais cela ne l'empêche pas de décoller à grande vitesse dans l'espace.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Les Protecteurs de la Justice   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les Protecteurs de la Justice
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Dragon Ball Evolution :: HORS RPG :: Galeries-
Sauter vers: