AccueilPortailBoutiqueFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 À la vie, à la mort

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Rydia
Membre

Féminin
Âge : 25
Inscription : 01/12/2010
Messages : 181
Zénis : 0
Statut : Neutre

MessageSujet: À la vie, à la mort   Mer 15 Mai - 23:31

Combien de temps s'était-il écoulé? Combien de temps que j'avais commencé à survivre ainsi? Combien de temps que j'avais perdu mes envies? J'errais comme une âme solitaire dans cette ville, on me bousculait, je bousculais, je m'ennuyais, je me perdais. Le monde n'avait pourtant pas changé, ou si peu, mais rien n'était plus pareil, j'avais cru retrouver l'envie par quelques moments, mais c'était toujours trop court, trop bref, je m'étais engagée dans la mauvaise voie, une voie qui ne menait qu'à une seule chose, la même chose pour tous les êtres vivants: la mort. Cela ne m'avait jamais effrayé avant, mais cela m'effrayait plus que jamais aujourd'hui. Plus j'y pensais, plus ça m'énervait, j'avais plus de chance de survie que n'importe qui ici dans cette ville, mais parallèlement je vivais une vie infiniment plus dangereuse, cela m'énervait. J'avais envie de passer mes nerfs sur quelque chose, je vis un homme, il ressemblait à un pickpocket, en tout cas ses mouvements y ressemblait. Je mis mon porte-monnaie bien en évidence et passa près de lui, le pauvre homme mordit à l'hameçon, ne sachant pas encore qu'il venait de signer son arrêt de mort. Le regard que je lui lança était d'une froideur qui me rappelait celle que m'avait adressé Ishtar il y a longtemps, ma main se déplaça, se planta dans ton ventre, je lui arracha les tripes et les lui fit manger, au sens propre. L'homme s'étouffait en ayant ses propres tripes en bouche. J'en venais presque à avoir de la pitié pour lui, à vouloir l'achever pour qu'il ne souffre plus, c'est ce que je fis. Un geyser de lave jaillit du sol, il était un peu trop gros et emmena plusieurs dizaines de personnes, mais personne ne ressentit de douleur, la lave se répandit, tuant d'autres innocents. Depuis quand avais-je autant perdu de mes capacités de contrôle? Ou alors était-ce ce que mon moi refoulé voulait vraiment? Un massacre? J'avais de la peine pour moi rien que d'y penser. Je ne voulais pas ça, je ne pouvais pas vouloir ça ! Mais le visage apeuré des gens au tour de moi me désignait comme un monstre, évidemment que j'étais un monstre à leurs yeux, avec ce que je venais de faire. Si quelqu'un venait à l'apprendre...non, surtout pas, personne ne devait savoir !

Je leva ma main vers le ciel puis l'abbatit brusquement en direction d'un gros morceau de foule, une météorite d'1m de diamètre tomba, le choc et le souffle fit voler en morceaux les corps des malheureux ayant assisté au spectacle. La place était maintenant vidée et je n'avais plus qu'à m'éclipser discrètement, personne n'en saurait jamais rien, au pire seront accusés des mages avec un mauvais fond assumé, comme Hiruko, qui penserait que Rydia, celle qui s'entendait si bien avec la femme du chef des défenseurs, puissent être derrière ce massacre?

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Peter
Membre

Masculin
Âge : 24
Inscription : 08/12/2010
Messages : 187
Zénis : 2500
Statut : Bon
Finisher : Rebirth's Delight

MessageSujet: Re: À la vie, à la mort   Sam 25 Mai - 21:21

"Rydia..."

Cette voix résonnait dans l'espace vide, au travers de la poussière encore présente comme un écho dans les montagnes malgré le fait qu'elle n'était pas dite aussi fort que ca. Elle n'était que trop familière. Derrière l'invocatrice corrompue, a au moins une trentaine de mètres de distance, il y avait un homme, debout que la poussière ne semblait en aucun cas affecter. Ce dernier s'avança jusqu'à atteindre une dizaine de mètres de distance d'elle. Il ne la voyait pas de face, car elle était dos à lui. Mais il savait que ce n'était pas n'importe qui qui était capable de provoquer un tel désastre. La femme qui se trouvait devant lui était puissante, très puissante et en devenait d'ailleurs dangereuse.

"Tu as....tué tout ces innocents....gratuitement...tu a prit des vies...sans même te soucier de leurs importance...."

Allait-il lui demander pourquoi?Non...parce qu'il savait pourquoi. Cette femme avait tant de mépris dans son cœur pour le chef de l'alliance qu'elle était même prête à sacrifier autant de vie qu'elle l'avait fait présentement pour le nuire. Et cette fois, elle avait dépassée les bornes.

"Si c'est l'affrontement que tu cherches...."

La lame secrète sur le bracelet de Peter sortit tranquillement de sa cachette, prête à percer la peau de sa proie.

"Alors tu devrais être contente....PARCE QUE TU L'AURA!"



Tout de suite après ces mots, il fonça à une vitesse fulgurante en direction de Rydia en gardant son bras armé de la lame secrète bien droit vers le sol se préparant ainsi à la transpercer tel un assassin se préparant à sauter sur sa cible. Et c'est d'ailleurs ce qu'il fit. À seulement deux mètres de Rydia, il sauta en levant son bras se préparant à lui rentrer la lame directement dans la nuque.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Rydia
Membre

Féminin
Âge : 25
Inscription : 01/12/2010
Messages : 181
Zénis : 0
Statut : Neutre

MessageSujet: Re: À la vie, à la mort   Dim 26 Mai - 2:31

Si près du but, pourquoi n'avais-je pas vérifié qu'il n'y avait personne me connaissant dans les environs? Peut-être parce que je voulais que l'on mette fin à mes tourments, et que je ne voulais pas tant que ça cacher mon oeuvre. Peter, l'homme le plus héroïquement -et stupidement- droit, juste et n'importe quel autre qualificatif qui pouvait convenir à quelqu'un de bon capable de ne pas perdre espoir en ce qu'il croit l'avait vu. Autrement dit, le pire. Mais même un homme juste comme lui pouvait en avoir assez, avoir les nerfs qui lâche, puisque c'était précisément ce qui était en train d'arriver. Un frisson parcourait mon dos, il allait m'attaquer, de dos. J'avais l'impression de voir l'homme le plus courageux devenir couard, j'avais l'impression de voir l'homme le plus loyal devenir infidèle, il y eut plein d'autres comparaisons qui me vinrent à l'esprit, c'était assez triste dans le fond, voir à quel point la Nature pouvait se montrer cruelle. Sa voix lui annonçait un combat sanglant, son corps s'approchait, avec une très nette envie de meurtre, il ne plaisantait plus. Mes yeux se fermèrent, juste une seconde, une seconde de plus et je pourrai trouver la paix, celle qui m'obsède, celle qui m'a quitté. J'étais prête, j'étais vraiment prête, mais la Nature, encore elle, me montra sa cruauté, une peur incontrôlable déplaça mon corps rapidement sur la gauche, évitant la lame de quelques centimètres. Mes yeux laissèrent s'échapper quelques larmes, mon coeur saignait, pourquoi cela devait-il continuer? Pourquoi ce fantôme qui me hante continue-t-il de me harceler?

"Je t'attends."

Le sourire que j'affichais n'était pas joyeux, ni triste, c'était le sourire de quelqu'un qui attendait simplement son châtiment, mais cette présence qui rôdait n'était pas d'accord, elle ne voulait pas attendre, elle voulait chercher, danser, festoyer éventuellement, mais pas attendre. Ma main droite se leva, ma paume faisant face à Peter, un pic de glace fut projeté dans sa direction. Il n'y avait aucune chance que cela fonctionne, même avec ce tir quasiment à bout portant, alors pourquoi ne me laissait-il pas tranquille? Laisse-moi ! Je répétais ses mots dans ma tête, plus fort, la véhémence qui s'en échappait m'empêchait même d'être sûre que c'était à cette phrase que je pensais. C'était de mon corps dont il s'agissait ! Pourquoi ne me laissait-on pas en faire ce que je voulais? Je ne voulais pas envoyer ce pic de glace, ni sortir ces stalagmites pour l'embrocher net, ni prendre mon envol pour envoyer une grosse boule de feu sur Peter. Il n'y était pour rien dans tout ça ! Pourquoi s'acharnait-il ainsi? Pourquoi ne me laissait-on pas tranquille? Je recommençais à crier ses mots dans ma tête.

"Laisse-moi !!!"

Ils étaient sortit, j'ignore comment ni pourquoi mais les mots étaient sortit, les attaques contre Peter avaient été continues jusqu'à maintenant, mais subitement elles avaient cessées, je regardais la ville sous mes pieds, la place sur laquelle j'avais été auparavant ne ressemblait plus à rien, je ne voyais plus non plus le chef des Défenseurs, mais son aura était toujours là, je serrais dans mes bras dans mes mains, ma machoire cherchait à broyer quelque chose qui n'éxistait pas, c'était douloureux, j'étais une coquille, une bête coquille, sans rien dedans, mais une coquille qui bougeait et attaquait. Je descendis de quelques mètres, me préparant à une attaque surprise de mon adversaire. Je ne sais même pas pourquoi je me préparais, ne voulais-je pas en finir? Ou était-ce Dame Nature qui décidait de me tourmenter un peu plus encore? Je doutais moi-même de ce que je voulais.

Je patientais quelques secondes, mais rien n'arrivais, mon coeur me faisait souffrir et doucement mon envie d'en finir se modifia. Ce n'était plus ma propre existence que je voulais achever, non, c'était la sienne, mon esprit se persuada que tout était de sa faute, que j'avais été trop gentille et que si il y avait bien quelqu'un qui devait disparaître, c'était lui. Cette haine nouvelle remplissait mon corps et le dirigeait vers cet adversaire pénible qui ne m'avait pas laissé en finir. S'il ne voulait pas me laisser en finir, alors mon corps allait le finir. L'énergie magique se chargea en moi, je la sentais, combien de temps depuis que je n'avais pas ressenti ce flot d'énergie dans mon corps? Je ne me rendais pas compte mais je débordais d'énergie, au sens propre. J'ignore pourquoi il ne faisait toujours rien, à vrai dire, cela m'énervait encore plus, n'étais-je pas assez forte pour lui? J'allais lui montrer ma force.

Mon corps changea radicalement en un temps à peine perceptible, je me retrouvais avec des ailes d'écailles m'offrant une envergure de plus de vingt mètres, mon corps en lui-même avait grandit d'environ trente centimètres, ma peau était couleur ciel et mes vêtements semblaient brûler. Des ombres noires essayaient de s'extirper de mon buste qui se craquelait doucement, des excroissances osseuses et pointues poussaient sur ma tête et dans mon dos. L'ensemble était hideux il fallait bien l'avouer mais les craquelures qui apparaissaient sur ma peau montrait aussi que je faisais quelque chose de trop pour que mon enveloppe charnelle le supporte. Sans trop savoir comment, je déplaçais Peter jusque devant moi, je mis mes mains en avant, une sphère blanche l'enveloppa. Elle se noircit progressivement, puis elle disparu, je l'avais envoyé dans une dimension parallèle, la tension sur mon corps se relâcha quasi-instantanément et mon apparence redevint normale. Mes craquelures devinrent de profondes lacérations d'où le sang s'écoulait abondamment, je ne pris pas la peine de me soigner et préféra disparaître avant que les autorités n'interviennent, laissant la ville dans un état misérable.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: À la vie, à la mort   

Revenir en haut Aller en bas
 
À la vie, à la mort
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Dragon Ball Evolution :: RPG :: Planète Terre :: Capitale Sud-
Sauter vers: