AccueilPortailBoutiqueFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Présentation de Chester

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Chester


Féminin
Âge : 19
Inscription : 07/10/2018
Messages : 5
Zénis : 1500

MessageSujet: Présentation de Chester   Mar 30 Oct - 2:45

Fiche de Présentation

Nom : Ouija

Prénom : Chester

Race : Démon

Âge : 174 ans

Sexe : Masculin

Sexualité : Bisexuel, pourquoi se priver ?  clown

Statut : Neutre

Taille : 1,87

Poids : 73 Kg

Physique : A l’origine, Chester ne possédait pas d’enveloppe corporelle, ce n’est que lors de son invocation qu’il fut doté d’une apparence, et plutôt curieuse pour un démon puisqu’il apparaît sous la forme d’un clown. Le démon a des cheveux verts hirsutes qui lui ont poussé sur le crâne, sa peau est cachée sous un masque de peinture blanche et son visage est grimé selon la pure tradition du cirque. Deux traits pointus noirs traversent ses yeux marrons, d’ailleurs maquillé d’un fard à paupière bleu nuit discret,   pour rejoindre la naissance de joues rieuses. Malgré sa corpulence assez adulte son visage fut conçu à première vu moins aggressif afin de plaire aux enfants. Sa bouche est également peinte d’un rouge bordeaux.
Pour ce qui est du reste, Chester ne se plaint pas de sa taille avantageuse qui lui permet de bien voir tout autour de lui. Il peut se permettre les costumes bien taillés, mais il est le plus souvent affublé pour son travail d’un costume qui lui est propre. Il porte alors un ensemble coloré et remplis de motifs, un pantalon vert à grosses rayures noires qui est tenu par des bretelles grises foncées à peine visibles sauf s’il retire sa veste de sequins rouge, qui au passage à la faculté de changer de couleur selon son humeur. Sous celle-ci se trouve également un caraco noir ajoutée à une chemise blanche à motif craquelé, nouée par un nœud papillon jaune orangé sur lequel apparait un motif pailleté. Il porte également une paire de gants noirs pour les représentations. Autrement, sous le maquillage et avec les cheveux au naturel le matin, et non il n'a pas cette coiffure en pétard pour ses numéros sans passer par un bon fer à lisser, il parait assez normal mais lui donne un autre visage, bien différent de celui de scène. Il ne se plaint pas trop de cette forme, pour lui tout ce qui compte c'est de se rassasier.


Caractère : Il y a bien plusieurs façons de le décrire, d'abord il est très ambitieux concernant le choix de son alimentation. Des âmes fades et sans histoire, très peu pour lui ! Il a plutôt comme l'on pourrait dire des gouts de luxes à ce sujet. Ensuite, la seconde chose que l'on peut remarquer c'est qu'il peut souvent changer de caractères quand celà lui chante, il peut très bien commencer par être joueur, comique, puis le moment d'après calculateur, froid et sadique, et encore après mélancolique où neutre. Bref, son caractère devient aussi instable qu'une girouette. En revanche, ce qui ne change pas c'est le côté mystérieux qui le définit au fond de lui, après tout en tant que démon il a le droit de garder certaines choses secrètes...A tout celà, il faudrait ajouter qu'il adore jouer, jouer la comédie, jouer les baratineurs et encore plus, il adore aussi faire rire, ce qui est normal après tout vu l'apparence dont il fut doté. Celà peut aussi lui arriver d'être un peu à cran lorsque tout ne se déroule pas comme il le prévoit où que l'on cherche à le tâquiner à jeun. Dans ces cas-là mieux vaut ne pas chercher plus à le rendre encore plus sur les nerfs car même s'il est généralement calme, ici il peut se montrer très impulsif et devenir un peu violent sur les bords.Enfin, une dernière chose le concernant, Chester peut être ambigû. Par exemple, il peut même arriver qu'il change tellement d'humeur et de comportement qu'il ne sâche plus lui même tirer le faux du vrai, enfin s'il s'en apperçoit.

Histoire : Tout commença un jour de pluie dans le grenier du Château d’Hilar, fastueuse demeure située à la frontière du Royaume Hivernal de la planète Caelestis. Arcadio, fils du duc de Vaillant tuait le temps en fouillant dans les vieilleries qui y étaient entreposées, où il y découvrit par hasard un vieux coffre à jouets semblant ne pas avoir été entretenu depuis plusieurs années. Curieux, l’enfant ouvrit la grande malle aux couleurs fades pour y jeter un œil. Une plante fanée, un costume d’auguste, un pot de paillettes colorées et de la peinture disposés séparément furent ce qu’il trouvât en premier. Puis, il remarqua qu’une étrange tablette était restée coincée à la verticale dans le fond du creux de la malle. Il la sortit, se disant qu’il devait sûrement s’agir d’un des vieux jeux de sociétés de ses parents et s’y essaya alors avec un bout de papier arraché, épinglé au jeu en guise de notice. « Ouija », moyen de communication avec les esprits d’outre tombe. L’enfant désirait un compagnon de jeu qui saurais le divertir et partager des moments avec lui, mais au bout de quelques minutes sans réponse, il abandonna et tourna le dos au jeu.

Skip, Skip, Skip

L’enfant regarda du coin de l’œil la planche derrière lui dont le médium s’était mis à bouger tout seul. Il se retourna et revint doucement vers la plaque qui tentait maintenant de communiquer avec lui.

H E L L O

S’en suivit alors une succession de questions entre Arcadio et l’esprit. Lui voulait-il du mal ? « N O N », que voulait-il ? « U N  A M I », disait-il la vérité ? « O U I ». Se sentant plus en confiance, l’enfant demanda alors le nom de cet esprit qui semblait être sur le même terrain d’entente que lui.

C H E S T E R

Grosse erreur de sa part d’avoir tenté de savoir où se trouvait l’esprit, puisqu’après un silence de cinq bonnes minutes, le coffre se mit à bouger dans tous les sens d’une manière assez brutale, comme si quelque chose tentait d’en sortir.  Lentement, le couvercle commença à se soulever dans un crissement lourd tandis que le jeune enfant reculait de quelques pas en fixant la malle d’un air inquiet. Une main gantée de noir émergea de l’intérieur pour se poser sur le rebord, puis une deuxième fit son apparition. La paire aux longs doigts y fit claquer ses ongles et des pointes de cheveux de couleur verte remontaient à la surface. L’enfant faisait alors face à un homme de grande taille, grimé à la manière d’un clown dont les cheveux hirsutes le faisait sourire. C’était un démon, mais un démon maquillé de sorte à ce que sa vraie nature ne soit pas visible aux yeux de l’enfant, qui après tout, avait lui-même involontairement décidé de son apparence. Le démon au visage peint avait d’abord été surpris par la jeunesse de son invocateur, puis finalement se mit à l’idée que cela pouvait devenir intéressant, surtout lorsqu’il aurait atteint un âge plus mûr, se disait-il. Le démon se proposa alors à l’enfant qui ne sentait pas du tout le danger d’une pareille discussion, un sourire sournois aux lèvres.

« Comme il vous plaira, mon bon petit maître. Mais cela à un prix.»

« Quel genre de prix ? Je n’ai pas le droit de toucher au sous de mes parents mais j’ai des bombons, des biscuits, du chocolat, du gâteau…»

Le démon ria face à l’air si innocent de l’enfant et lui fit un sourire qui en disait long sur ses intentions.

« Ha Ha Ha ! Je ne crains que cela ne soit pas suffisant… »

Le visage de l’enfant se mit alors à perdre des couleurs, devenant presque aussi blanc que celui l’inconnu en face de lui qui ne cessait de le fixer avec insistance. Car comme nous le savons, les démons se nourrissent des âmes qui leur sont offertes, cependant… Celui-là avait plutôt des goûts de luxe et exigeait une âme de premier choix. Encore eu t il fallut que le garçon sâche ce qu’était une âme et lorsqu’il demanda au démon de lui expliquer, celui-ci dû lui répondre sans trop dévoiler la vérité de la chose. Après tout, il restait face à un enfant. Et sur ses belles paroles, il accepta. Toutefois, Chester avait mis un point d’honneur à l’avertir que s’il tenterait au moindre instant de rompre ce contrat, il serait dans le droit de changer la donne et de tourner la situation dans le sens le plus avantageux pour lui en guise de punition.  Mais pour le moment, tout semblait se dérouler sans soucis. Chester resta aux côtés de l’enfant sans jamais trahir ses paroles, il lui tenait compagnie en jouant à toutes les sortes de jeux dont il avait envie, s’occupait de lui lorsqu’il était triste et lui remontait le moral en le faisant rire. Bien sûr, il s’agissait aussi de rester sur ses gardes quand aux parents et à l’entourage de l’enfant qui n’allaient certainement pas approuver le fait qu’il ai un démon en guise de compagnon de jeu. Alors, Chester se montra malin. Il prit l’apparence d’une poupée de chiffon pour mieux passer inaperçus lorsqu’ils sortaient de sa chambre où que quelqu’un faisait irruption dans celle-ci.
Les années passèrent, et au grand damne de l’incube, son petit maître commençait à se détacher de lui. Ce n’était pas qu’il n’était plus drôle mais comme tous les autres enfants il grandissait et était de moins en moins sensible aux blagues et tours de son ami. Chester se frottait le menton si souvent qu’il finissait par en avoir des marques rouges sur la figure, il ne savait plus comment remédier à cette fâcheuse situation qui allait crescendo. Jusqu’à ce qu’il n’eu une idée en voyant ce que son jeune maître fabriquait en cachette dans son coin, une très jolie maquette de navire.

« Il est joli ton bateau. »

« Ce n’est pas un simple bateau, c’est un navire interstellaire ! »

Un navire interstellaire, allons bon et puis quoi encore ? Cela n’existait pas, dû moins c’est ce qu’avançait Chester car même en tant qu’être démoniaque, jamais il n’avait croisé la route de ce type d’engin auparavant. L’enfant râla quelque peu, prétextant qu’il n’était plus drôle du tout pour partir avec sa maquette dans un autre coin de la chambre bouder. Le démon sentait un vent de colère en lui qui ne demandait qu’a emporter le gamin par le balcon de sa fenêtre, mais il se résolut et se calma pour faire l’intéressé, sortant un sourire large mais crispé. Il comprit vite que pour regagner l’attention du jeune garçon, il devait s’adapter à ses nouveaux goûts et de ce fait s’intéressa à cette soudaine passion pour les navires. C’était bête, car enfant Chester était plutôt content qu’il voulait être magicien plus tard, comme ça il aurait pu continuer de lui apprendre des tours, mais non…Enfin bref, le démon s’accommoda aux loisirs de son jeune maître sans broncher, se disant que plus il lui ferait plaisir à l’aider à développer ses capacités, plus il aurait une vie riche en rebondissements et plus son âme aurait un meilleur goût.
C’était sans compter qu’un jour, la supercherie serait découverte par un élément qu’ils n’auraient jamais soupçonné avant. Nathalia, la sœur aînée du jeune maître avertit leurs parents que quelque chose n’allait pas avec leur fils. Qu’elle l’entendait souvent parler avec quelqu’un sans jamais voir l’ombre de cette personne, comme s’il avait une sorte d’ami imaginaire et qu’il était de ce fait devenu fou. Aussi rapide que l’éclair, on vint dans la chambre de l’enfant où des gardes saisissèrent le démon avec des chaînes en acier enduit d’un étrange liquide, qui faisait briller les bracelets qu’on lui avait accroché aux poignets et qui l’empêchait à sa grande surprise de pouvoir s’en défaire. Quelle était donc cette sorcellerie capable de retenir un démon ? s’enragea-t-il. Trois sorcières affublées de drapés anciens recouvrant jusqu’à leur chevelure et aux bras couverts de bracelets dorés ainsi que de vieilles écritures au henné sur leur peau ressemblant à du Sanskrit se tenaient près du couple ducal et de leurs deux enfants. Chester les regarda d’un air noir, s’il n’était pas menotté il aurait fait un sacré carnage, il trouva des yeux incompris vers sont maître. Le jeune garçon avait beau tenté de leur expliquer qu’il ne lui avait fait aucun mal, personne ne voulut en savoir plus et il ne reçut qu’en guise de réponse une énorme claque de son père, furieux qu’il ai laissé entrer un être pareil au sein de la demeure.
Six ans. C’est ce que mit  Chester à se sortir de la mauvaise situation dans laquelle on l’avait jeté de force. Enchaîné au fond d’un puit truffé de pièges en plein cœur des Vestiges de la cité de Rākha, ancienne capitale de la planète détruite suite à une éruption volcanique il y a 700 ans de celà. Personne ne sût d’ailleurs comment il se débrouilla pour en sortir, mais il avait réussit… Et le démon revint là d’où il avait émergé des ténèbres. Au château d’Hilar.
Chester ruminait un peu de sucre, caché dans un champs de barbe à papa près du pont relié à la cour du château en attendant que vienne se présenter une opportunité d’entrer. Par chance, plusieurs charrettes de provisions et de matériaux vinrent se présenter aux lieux, Chester n’hésita pas une seconde et zip, en quelques fractions de secondes, il grimpa discrètement dans l’une d’elle transportant du textile et reprit la forme d’une poupée, caché sous les tissus d’un panier en osier bien remplit. On transporta de fil en aiguille le panier jusqu’à la salle des domestiques où l’une d’elle s’en saisissait pour l’apporter dans une des chambres privées qui avait d’ailleurs une très jolie vue sur le terrain. Chester attendit que la demoiselle ne ferme la porte pour doucement s’extirper du panier, se détransformant pendant qu’il marchait vers elle, qui était dos tournée à ranger le linge dans une armoire. Lorsque la domestique se rendit compte de l’ombre qui grandissait de plus en plus sur le bois était liée à ces pas qui la suivait, elle se retourna et n’eut même pas le temps de crier que l’homme aux cheveux verts colla sa main sur sa bouche pour la faire taire.

« Quelles jolies lèvres rosées… »

Complimentait-il avec ambiguïté la mâchoire qui se présentait à lui en tenant désormais le bout de son menton. Le démon bloqua alors la jeune femme de chambre contre l’armoire pour lui offrir un baiser gluant qui se transforma en un cauchemar lorsque la langue de l’incube peinturluré se changea en une longue anguille électrique descendant dans sa gorge. Une électrocution, une lumière rougeâtre émanant du feu d’artifice que produisait le thorax de la jeune domestique et l’hémoglobine qui lui avait monté aux yeux firent sourire le démon qui ria en la laissant s’écrouler raide par terre, la langue détransformée et rentrée au chaud entre ses dents qui ne rêvaient que d’une chose. Dévorer. Chester prit son mal en patience, attiré par un bruit soudain ressemblant à des pleurs d’enfants juste derrière le mur séparatif donnant sur le reste de la pièce. Quelle fut la surprise du démon lorsque celui-ci y trouva enveloppé dans une couverture un enfant d’à peine un an, les yeux tout ronds lorsque le visage grimé du clown se pencha sur lui et qu’il le prit pour mieux le regarder d’un air étonné. Puis les pleurs revinrent de plus belles, ce qui avait le don d’agacer le démon qui commençait à en avoir la migraine, il chercha alors autour de lui quelque chose pour le calmer. Zou, un biberon dans la bouche et on en parlait plus, enfin sauf lorsque la petite chose se mit à lui recracher du lait en pleine figure. Le démon grogna d’un air mécontent l’air de ne pas avoir apprécié la blague, jusqu’à ce qu’il ne constate que sa tête avait fait rire l’enfant. Alors Chester se mit à rire aussi, même un peu trop fort puisque cela amena Arcadio, devenu adulte maintenant jusqu’à eux. Chester fit une courbette au maître auquel il appartenait depuis l’enfance, mais déchanta lorsque celui-ci se mit à lui parler d’une manière froide comme s’il était en face d'un parfait inconnu. Chester en était abasourdi, il tenta bien de renouer la discussion avec lui mais rien à faire, c’était comme si le jeune homme avait tout oublié et qu’il ne voyait plus qu’en lui qu’un vulgaire intrus. Ce n'était pas normal, pensait le démon. Le noble exigea sur le champs qu'il lui rende son fils, angoissé et furieux de le voir dans les bras d’un excentrique à l’air louche pareil, mais il refusa. C’était donc son fils, comme le temps avait passé… Mais l’incube restait furieux de l’accueil qu’il avait reçu, il se rendit alors sur le balcon suspendre l’enfant dans le vide, ce qui fit bondir Arcadio qui craignait pour la vie de l’enfant. Une épée en main, il eut une peur effroyable qu’il ne le laisse tomber dans le vide. Là voilà l’idée, il allait de soi que le noble devait une âme au démon comme convenu, mais comme Chester l’avait prévenu des conséquences s’il venait à renier son contrat avec lui il était en droit de prendre l’enfant à son insu, soit pour prendre l’âme de celui-ci où bien de le tenir en otage afin de bien effrayer son père et alors… déguster une âme plus savoureuse. Mais encore une fois, le rêve était trop beau pour être vrai. Chester, un pied sur le rebord du balcon, prêt à partir avec l’enfant se fit éjecter dans le vide par une onde magique puissante, sort jeté par les même trois sorcières qui l’avaient envoyé en détention dans le silence absolu. Chester dû repartir bredouille, l’enfant et le château protégé par les jeteuses de sort qui formèrent une barrière magique assez puissante pour y interdire l’accès aux démons. On envoya la cavalerie à ses trousses, mais s’en était assez pour le démon qui n’avait pas la moindre envie de retourner perdre du temps enchaîné au fond d’un puit. Encore une fois, il se montra malin en se glissant sous le pont sur lequel les cheveux faisaient claquer fougueusement leurs fers et attendit que l’une des sorcières sorte pour l’interroger. Plouf ! En voilà une qui ne s’y était pas attendu et se retrouva coincée par le démon qui avait vu juste, elles étaient moins forte éloignées les unes des autres, c’est pour cela qu’elles restaient à chaque fois ensemble. Le démon la tortura froidement en exigeant qu’elle lui dise la raison pour laquelle elles s’étaient toujours trouvées là pour lui mettre des bâtons dans les roues, jusqu’à ce quelle ne finisse pas craquer.  Plusieurs années après le départ de Chester il y a six ans, Arcadio alors à la fin de son adolescence était devenu architecte naval au service du Roi, devenu son beau-frère au mariage de sa sœur aînée avec de celui-ci. Grace aux matériaux et à la technologie qu’il lui avait mis à disposition ainsi que sa propre huile de coude, Arcadio pu réaliser son plus grand rêve d’enfant. Le tout premier navire interstellaire de la planète était né. Et ce fut un grand honneur pour lui d’obtenir la permission du Roi de le tester en premier naturellement dans l’espace. Mais tout ne se déroula pas comme prévu. Au bout de quelques jours de voyages seulement, le navire percuta une météorite se dirigeant tout droit vers la trajectoire d’où ils venaient et s’écrasèrent après une longue durée en chute libre dans l’espace sur Terre. Le temps qu’ils mirent à réparer comme ils le pouvaient le navire, Arcadio rencontra une jeune habitante des envions, de laquelle il s’amouracha au fil du temps qui passait plus lentement sur la planète. Ces deux-là s’aimaient tellement qu’ils finirent par avoir un enfant ensemble et repartirent avec celui-ci une fois le transport de nouveau sur pied pour la planète lointaine. Mais comme bien des histoires, la situation était trop belle pour être vrai. Sa compagne mourut plusieurs jours après leur arrivée au château ducal à cause de l’atmosphère qu’elle n’avait pas supporté, laissant désormais Arcadio seul avec son fils. Pire encore, la situation s’aggrava lorsque ses parents décidèrent de le marier de force à une aristocrate de la planète. Il se retint de complètement s’effondrer de chagrin lorsqu’il réalisa qu’il lui était devenu impossible de garder cet enfant avec sa famille qui, n’acceptant pas les enfants hors union lui aurait donné la mort sur le champ. Hors il était tout ce qui lui restait de sa défunte compagne, et il décida alors de le sortir de la en demandant aux trois sorcières de le renvoyer sur Terre, en sécurité. Mais ces dames-là étaient très difficiles à convaincre, il fallut au jeune adulte faire un sacrifice assez important pour qu’elles n’acceptent de l’aider. Elles acceptèrent donc sa requête, en échange de quoi il promettait de ne plus jamais revoir son fils, sous peine que s’il tenterait de revenir sur sa décision celui-ci mourrait alors devant les yeux de son père.
Les révélations de la sorcière mirent tellement l’eau à la bouche du démon qui aussitôt après l’avoir noyé dans la rivière où ils étaient tombés car elle ignorait la destination que ses sœurs avait donné à l’enfant, se rendit hors du territoire pour trouver un moyen de gagner la terre. Mais comment en revenir et comment mettre en place le plan qu’il avait en tête ? Chester se questionnait, encore et encore et encore, oubliant même le temps qui passait… Quatre ans après, par le biais d’un raccourcis qu’il avait emprunté via une bouche d’égout il tomba sur sa bonne étoile, posée sur son chemin, enfin plutôt à 10 mètres de lui en train de parler à la pluie.
Il fit la connaissance d’un clown tout habillé d’un costume bouffant blanc dont le crâne plus large que la normale lui faisait plus penser à un être venu d’ailleurs plutôt qu'aux habitants d’ici. Punnywise, avec qui il échangea très vite du fait qu’ils étaient tous les deux si l’on pouvait dire du même « métier » de clown et en cavale. Au fur et à mesure que la discussion avançait, Punnywise était de plus en plus intrigué par ce que comptait faire Chester, voir si intéressé qu’il se disait que cela pourrait même l’aider à réaliser son propre plan. Lui qui avait fuit en attendant que l’affaire des meurtres qu’il avait commis ne passe s’était juré d’avoir un jour un endroit où vivre tranquillement en parallèle sa "résidence de ville" comme il aimait aussi appeler Crazyland, sans que l’on vienne l’empêcher de vivre sa vie aussi malsaine qu’elle était et se disait depuis tout petit que les montagnes où les agents l’avait trouvé serait parfaite pour cela. Mais aussi, qu’elles habiteraient un lieu gardé de tout, une grotte légendaire remplie d’un trésor aux richesses incomparable amassés par Grimvald II, fondateur du Royaume Hivernal, dont parmi elles de petites pierres aux capacités surprenantes tirées tout droit d’un conte de fées… Chester pensait qu’il plaisantant en parlant de cela, jusqu’à ce que le clown roux ne lui sorte trois de ces pierres dans la paume de sa main.

« De vrais larmes de Nidhi… »

Le sourire de Punnywise s’agrandissait, bien content de les avoir trouvé par la plus grande des chances lorsqu’il habitait encore dans la nature. Chester regarda son interlocuteur avec intérêt, ne pensant que de telles raretés n’existaient que dans l’histoire qu’il racontait certains soir à l’enfant qui l’avait oublié. Mais hélas pour le clown qui prenait un air théâtral, ce territoire appartenait par héritage familial à la branche jumelle de la famille Edelweiss, la branche De Vaillant et par conséquent… le soi disant « maître » du clown aux cheveux verts. Cependant, Punnywise n’avait aucun moyen de même approcher les propriétaires, alors que Chester lui…avait dans son plan ce qui pouvait lui permettre de le faire puisque le but du démon était de retrouver l’enfant pour faire chanter et effrayer le Duc son maître. Le clown roux proposa alors un marché au démon : S’il lui donnait de quoi pouvoir entrer au château sans soucis, Chester lui pourrait en échange ramener l’enfant pour faire chanter Arcadio et Punnywise profiterait également de la situation pour exiger en retour le territoire des Montagnes parfumées et tout ce qui s’y trouve. Chester regarda le clown d’un air perplexe, après tout comment pouvait-il être sûr qu’il disait la vérité ? Punnywise lui tendit alors les pierres de bon cœur. Une violette, pour temporairement protéger des mauvais sorts et donc de passer au travers de celui jeté au château. Chester se frottait le menton, n’ayant pas de moyen de se rendre illico presto sur Terre. Punnywise avait déjà tout, y compris de quoi le faire passer de la planète à une autre, illégalement bien sûr…  Sur de si belles paroles, le démon conclua le marché avec le squatteur des égouts, mais il y avait un dernier problème : Il n’avait aucune idée d’où pouvait être l’enfant, surtout qu’avec le temps il aurait sans doute tellement grandit que le démon ne serait plus en mesure de le reconnaître. Le bouffon de blanc vêtu lui confia alors une mission.

« Suis les égouts jusqu’à ceux du vieux parc d’attraction qui se trouve au Nord-Ouest et demande à l’un de mes plus fidèles ami qui y vient souvent de te montrer le passage vers la Terre de ma part. Ensuite, trouve un enfant assez crédule, correspondant aux critères de sélection que tu auras établi en fonction de ce que tu connais, que nous feront passer pour le fils de cet aristocrate. Toutefois, assure-toi de te fondre dans la masse, il est inutile d’éveiller les soupçons où tu risquerait de finir en procès pour kidnapping d’enfant. Sers-toi des pierres pour lui refaire une mémoire neuve à ta façon et ramène-le ici. Nous allons réserver à cette famille un show qu’elle n’est pas prête d’oublier... »

Chester s’exécuta immédiatement et parti là où son complice l’avait conseillé. Comme convenu, l’ami en question le conduisit jusqu’au passage sous la forme d’une brêche dans le mur de l’antre, ouverte sur la galaxie.
A son arrivée sur la planète bleue, le clown chercha un bon moyen de s’adapter au train de vie de ses habitants et tomba par chance sur… Un cirque. Evidemment, il n’y avait pas de meilleur endroit pour un excentrique comme lui, de plus les enfants semblaient êtres quasiment tous attirés par ce grand chapiteau jaune et rouge… La vie d’artiste commença officiellement pour lui dès qu’il fut engagé par le cirque itinérant en tant que clown bien sûr, de là il apprit à améliorer ses performances artistiques tout en gagnant au fil du temps la confiance de ses camarades et de son patron, le monsieur Loyal de la troupe. Puis lorsqu’il fut assez intégré pour que le patron lui cède la place d’assistant en cas d’ennuis, Chester profita de l’occasion pour une nuit pénétrer dans la loge de celui-ci et le tua à coup de ballon explosif toxique. Personne ne suspecta le clown qui n’avait jamais causé d’ennuis à la troupe et l’on prit ce meurtre pour un accident lié à une fuite de gaz mélangé à une substance chimique toxique. Le démon avait désormais pleins pouvoir sur le cirque dont il était à présent à la tête, après des années sans avancer la chance commençait enfin à lui sourire et tout se déroulait comme prévu. Quand bien même les années semblaient passer sans qu’il ne trouve d’enfant remplissant tous les critères, il se montra patient et même s’il devenait de plus en plus affamé cachait ses dents pointues derrière le sourire jovial du parfait pitre de service.
Puis un beau soir fut celui tant attendu par l’incube, ses yeux se posèrent immédiatement sur ce qui ressemblait de près à un bishōnen affublé d’un kimono blanc au visage tellement pur et innocent qu’il se demandait s’il n’avait pas fumé la bouffée de chicha en trop. En peu de temps qu’il fallut au clown pour l’inviter sur la piste, il savait déjà son identité grâce au passeport qu’il emprunta furtivement au jeune homme. Finalement, ayant réussit à l’attirer dans le monde du spectacle, le peinturluré rendit ses papiers au tout nouveau membre qu’il venait de pêcher et tirait jusqu’en coulisses, Haru, qui portait plutôt bien son nom trouvait-il. Une fois déposé dans sa toute nouvelle tente qu’il lui avait attribué, le démon se disait qu’il allait pouvoir commencer le test grâce au liquide contenu dans les pierres fournies par son complice, en forme de goutte remplissant un petit tiers de la main de celui-ci. Mais en voyant l’état dans lequel les inhalations de chicha et autres tours d’illusion avaient mit le jeune homme aux cheveux blancs, Chester préféra s’en abstenir, n’ayant pas envie de le tuer avant d’avoir pu faire quoi que ce soit. Le lendemain soir, le démon prépara une surprise toute spéciale à l’intention de la nouvelle recrue mais s’inquiéta légèrement lorsqu’Il ne la vis pas pointer le bout de son nez à la cantine. Deux parts de gâteau en main et sur son bras gauche, il se rendit à la tente d’Haru en entrant à la manière d’un comique, une main toquant pour de faux à l’intérieur de celle-ci avant d’y pénétrer. Chester présenta la part de gâteau spécial petit nouveau au jeune homme puis la posa à côté de lui en s’asseyant sur son lit, une jambe par-dessus l’autre. Le premier à gouter au dessert avec son assiette en main.

« Allez, sers-toi. Promis, je ne te la jetterai pas au visage. Et je ne l’ai pas non plus empoisonnée, regardes. J'en mange bien moi et je vis toujours ! »

« Mes courbatures me coupent l’appétit.. »

Mais cela ne plaisait pas à l’excentrique aux cheveux verts qui pour insister sans avoir l’air de trop en faire, fit mine d’avoir l’air blessé.

« Tu ne veux pas de mon gâteau ? Moi qui l’avait fait spécialement pour toi… j'y ai passé trois heures en tablier rose Hello Kitty en pensant bien faire... et ça en a bien fait marrer certains qu'il faut que j'étripe d'ailleurs.»

Avait-il ajouter en pensant que cela le rendrait plus pitoyable, ce qui fit glousser Haru qui avala vite son rire pour ne pas provoquer la colère de l’aîné qu’il avait été plutôt surpris de voir dans une telle situation pas du tout à son avantage.

« A-ah, bah si c’est proposé si gentiment… Merci ! »

Miom ! Après avoir mangé une bouchée de la pâtisserie, Haru tomba subitement dans un sommeil profond devant le sourire satisfait du démon qui lui pu avaler sa bouchée sans problème. Il avait au moins l’avantage en tant que non-humain de ne pas sentir les effets du somnifère qu’il avait rajouté au gâteau. Un jeu d’enfant pour Chester que de le porter comme un sac de pommes de terre sur son épaule jusqu’à sa propre tente personnelle pour une fois là-bas sortir une seringue remplie d’un mélange d’extrait des étranges larmes colorées. Une bleu pour l’oubli et une rouge dont Punnywise ne voulu pas en mentionner les effets, mais qu’il avait ordonné de prescrire impérativement en complément de la précédente. Le tout avec un peu de lait pour adoucir, c’est que ça avait l’air aussi fort que de l’alcool, sans en être. Le clown s’asseya sur son lit en allongeant le jeune homme semblant dormir comme un bébé la tête sur les genoux de l’excentrique qui se préparait à lui planter la seringue dans la nuque et lui injecta le drôle de liquide. Ceci fait, il reposera la seringue vide et vint lui caresser la tête comme s’il s’agissait d’un animal domestique, jouant avec quelques unes des mèches de sa belle chevelure de soie immaculée. Lorsque la venue de Shaddy, bon ami de son complice apparu dans son miroir taille réelle ne le suprenne.

« Hey Hey Hey ! Comment ça se passe ici sur Terre ? Mieux que la pagaille qu’il y a chez nous j’espère… »

«Je ne suis pas contre le fait que cette sombre rumeur concernant le frère fou allier du défunt Roi soit vraie, cette reine n’aurait que ce qu’elle mérite après tout. Je donnerai n'importe quoi pour que cette situation empire. Quand à moi, je garderai un œil sur lui cette nuit, ce serait dommage qu’il nous fasse un rejet du produit.»

« C’est drôle car vois-tu, il y a quelques minutes j’aurais juré que tu avais commencé à te prendre d’affection pour cet humain… Ai-je tort ? »

« Les humains sont si fragiles, si l’on ne prend pas soin d’eux la moindre blessure où infection peut faire chuter leur santé. On compte trop sur moi pour que je le ramène alors je n’ai pas envie qu’il décède avant que nous nous soyons rendus au château.»

Chester se leva pour rejoindre son bureau, réfléchissant. Et puis qu’est-ce qu’importait la vie de cet être sans défense lorsque le démon se serait rassasié de l’âme luxueuse et singulière qu’il convoitait, tout pouvait arriver…

« Oulàlà… Et bien fais gaffe, parce que j’en connais un à l’heure qu’il est qui doit avoir une de ces affreuses migraines grace à tes compétences en dosage… »

Grimaça Shaddy en secouant sa main lorsqu'il vit le pauvre garçon endormi avant de disparaître du miroir. Chester tourna la tête vers Haru qui ne s’arrêtait plus de gémir, blanc comme un linge. Il ne se doutait pas que deux petites gouttes de rien du tout serait déjà trop pour un grand garçon comme lui. Mais bon, il ne pouvait rien faire d’autre que d’attendre le petit matin que ça passe. Chester passa la nuit assis à son bureau à écrire tout en veillant sur lui, la tête lourde à cause du jeune homme à qui il avait prêté son lit qui ne s’était pas arrêter de gémir de douleur jusqu’à très tard dans la nuit. Bon sang, il allait devoir adopter une autre technique pour arriver à le répéter discrètement au quotidien sans générer de problèmes. Heureusement pour lui, Haru ne garderait aucun souvenir de celà à son réveil. Avant que n’apparaisse l’aurore, l'ainé ramena la recrue dans sa tente et s'en alla commencer les préparations du prochain spectacle sous le chapiteau. Une longue journée bien chargée était à son programme et malheureusement pour lui n’en avait pas finit avec ce qui l’attendait...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Ondine
Modératrice

Féminin
Âge : 24
Inscription : 27/09/2011
Messages : 702
Zénis : 8000
Statut : Bon
Finisher : Eau du Dauphin

MessageSujet: Re: Présentation de Chester   Mer 31 Oct - 20:50

Rebienvenu, as-tu fini ta présentation? ^^

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fr.rpgdragonballevolution.wikia.com/wiki/Ondine
avatar

Chester


Féminin
Âge : 19
Inscription : 07/10/2018
Messages : 5
Zénis : 1500

MessageSujet: Re: Présentation de Chester   Mer 31 Oct - 21:41

Oui clown
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Ondine
Modératrice

Féminin
Âge : 24
Inscription : 27/09/2011
Messages : 702
Zénis : 8000
Statut : Bon
Finisher : Eau du Dauphin

MessageSujet: Re: Présentation de Chester   Mer 31 Oct - 22:24

Ok, je te valide, bon RP à toi. ^^

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fr.rpgdragonballevolution.wikia.com/wiki/Ondine


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Présentation de Chester   

Revenir en haut Aller en bas
 
Présentation de Chester
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Dragon Ball Evolution :: BIOGRAPHIE :: Présentations-
Sauter vers: