AccueilPortailBoutiqueFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Présentation de Ferenc

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Ferenc
Membre

Féminin
Âge : 18
Inscription : 02/08/2016
Messages : 1
Zénis : 0
Statut : Mauvais

MessageSujet: Présentation de Ferenc   Ven 5 Aoû - 15:06

Fiche de Présentation

Nom : László

Prénom : Ferenc, Andreea

Race : Mage

Âge : 300 ans

Sexe : Masculin

Sexualité : Bisexuel

Statut : Psycop.. Euh Mauvais  Razz

Taille : 1,82 m

Poids : 70 kg

Physique : Je vous voit bien là, oui vous en train de chercher si je suis un homme ou une femme, mais sous mon apparence androgyne je suis bel et bien un homme. Grand, mince, élégant, mais qui n'a pas l'air très costaud. Mais ne vous méprenez pas, j'ai plus de force que ce que j'en ai l'air. J'ai le teint plutôt pâle, faute de séquestration, mes yeux sont de la couleur du sang et font ressortir avec mon sourire tranchant le sadisme qui m'habite. Je n'ai jamais aimé mes oreilles étirées malgré qu'elle me soit bien utiles, cela me permet de très bien entendre, surtout les conversations qui ne me concernent pas où les geignements d'enfants si doux à mes oreilles. J'ai voulu me les percer pour voir ce que cela faisait de porter des boucles d'oreilles et en fin de compte j'ai trouvé ça original, depuis elles sont toujours là, il s'agit de simple rubis taillés en losanges. J'ai de longs cheveux argentés descendants jusqu'à mes hanches que je noue habituellement avec un nœud différent chaque jour. Je n'ai pas de vernis, ce sont justes mes ongles qui ont tournés au mauve lorsque j'étais jeune, je dois vraiment avoir l'air efféminé en fait. Pour le reste je ne porte plus que de longs pantalons, blanc le plus souvent, avec plusieurs épaisseurs au niveau de la partie  supérieur à savoir une chemise blanche à col à volants tenu par un ruban rouge, un long manteau de même couleur à losanges noirs tenu par une ceinture marquant ma taille un peu plus affinée que la normale dû à ces satanées années de corset, ainsi que des bas de manches noirs. Je ne sort jamais sans ma cape, mes gants et ma paire de hautes cuissardes noire à boutons dorés.


Caractère : Je crois que je suis détraqué ! N'est-ce pas merveilleux ? La perfection, énormément de personnes cherche à l'atteindre à tout prix alors qu'elle est inaccessible. Personnellement je trouve ce genre de personne ennuyeuse, c'est vrai il vaut mieux avoir une case en moins, c'est tellement plus  amusant ! On m'a très souvent dit qu'il m'en manquait une, c'est vrai... mais rien que pour voir le visage estomaqué de ces gens-là je ne m'arrêterai pour rien au monde, au contraire cela m'incite à faire encore plus. J'aime faire souffrir, j'aime les voir souffrir, c'est quelque chose dont je ne me lasserai jamais, en revanche je n'apprécie guère qu'ils me donnent la migraine dès le début. C'est pour ça qu'il est mieux de les faire taire au plus vite ! Il y a tellement de choix lorsque l'on pratique ce genre d'art... Mais revenons-en à nos agneaux, j'ai horreur de perdre mon temps et d'échouer dans quelque chose qui me tient à cœur. J'aime avoir le dessus, contrôler, plus particulièrement quand il s'agit de mes futurs cobayes que j'affectionne beaucoup d'ailleurs, enfin, à ma manière. Je vis dans un univers glauque où la folie est reine, il n'y a aucune limites, pourvu qu'elle continue à me satisfaire éternellement.
On me verra probablement changer à plusieurs reprise d'humeur, lunatique comme on dit c'est cela ? Je suis aussi tout à fait le genre de personne qui peut avoir l'air sérieuse puis sortir à n'importe quel moment quelque chose d'insensé. Parfois je peux parler de moi à la première personne, d'autre fois à la troisième, ou bien les deux en même temps. J'aime bien embrouiller les gens, ça m'amuse. J'ai aussi la fâcheuse habitude de mêler différents niveaux de langages dans une même conversation. Que dire d'autre... rien d'autre je pense, peut-être que je suis possessif et que je n'aime pas qu'on touche à ce qui m'appartient... Ah oui ! j'aime bien fouiner dans les affaires qui ne me regarde pas, ça ne m'empêche pas de faire attention, je suis rusé et j'aime beaucoup discuter. Je me décrirais bien comme un sadique bavard, cela ne m'a pas l'air mal comme nom ça.


Histoire : [i] Je vécu une petite partie de ma vie dans un modeste village au sud-est de la Hongrie au sein d' une famille aussi bancale que banale. Mon père travaillait en tant que forgeron depuis que son frère aîné était passé au rang de baron et qu'il s'en était allé en Roumanie sans lui laisser le moindre sous. Ma mère quant à elle dû se trouver un travail lorsqu'ils durent quitter la ville par manque d'argent, elle qui s'était mariée pour le fric ne pensait pas être un jour réduite à une vulgaire femme au foyer. Alors ils commencèrent à avoir une mauvaise réputation au fil des mois ; mon père n'avançait pas, il restait toujours au même point financièrement et se mit à rentrer de plus en plus tard, souvent ivre ce qui arrangeait bien ma mère qui s'était livrée à une sorte de prostitution nécessitant l'usage de la magie rouge dans son dos. Je crois bien que c'est à cause de lui que même avant ma naissance les objets de la maisons volaient un soir sur deux, qu'il finissait dehors pour la nuit, mais bon qu'est-ce qu'on pouvait y faire ? Rien. Il en avait tellement marre d'avoir à faire à des remarques de commanditaires orgueilleux sans respect qu'il finit pas disjoncter et usa de sa force pour une fois à l'abri des regards les empaler sur des modèles d'épées dans la forge. Il pouvait  aussi les décapiter, les écarteler puis soit brûlait les corps soit les passaient au hachoir et les consommait.  Le seul soir où tout à vraiment dégénéré fut celui où l'un des client de ma mère débarqua à la maison sans prévenir, un mage noir visiblement mécontent de la voir ailleurs qu'à faire le trottoir et qui plus est en compagnie d'un mari. Il était venue par pur égoïsme la forcer à faire des « heures supplémentaires » mais n'arriva pas à la convaincre, ne supportant pas cette tournure le mage noir se mit à tout exploser dans la maison, même les fenêtre. Il étais répugné par mon ivrogne de père qui tentait en vain de le faire partir, lui et son haleine de cadavre  furent envoyé à l'autre bout de la maison par un simple coup de poing en un rien de temps. Pitoyable.  Tout ce qu'on m'a dit pour la fin, c'est qu'il voulut se venger sur elle avec je ne sais quel sort qui ne fit pas vraiment effet sur elle.  Mon père crut s'il ne s'agissait que d'une farce étant donné que le sort n'avait rien donné, ma mère elle aussi nia devant lui mais au fil des mois laissa le doute s'installer.
Je suis né avec 2 mois d'avance un 31 Octobre et je ne sais pas si ça a servi à grand chose mis à part dépenser plus d'argent. Mon père a toujours trouvé que je n'étais qu'une inutile bouche de plus à nourrir, il m'a toujours rabaissé depuis mon plus jeune âge sans que je sache pourquoi, tout ce que je pouvais faire était de m'y habituer et cela sans poser de question. Puis en grandissant, petit à petit il se mit à me détester encore plus en voyant que quelque chose avait changé physiquement chez moi ; on aurait dit que mes ongles pourrissaient tellement ils tournaient du rose au mauve. Des dents presque aussi aiguisée que des lames de rasoir, et des oreilles de plus en plus étirées. La formule avait bien marché finalement, aussi bien que mes parents décidèrent de me laisser cloîtré à la maison jusqu'à ce qu'ils trouvent un moyen d'atténuer le mal. Mais cela ne s'est jamais fait, évidemment il ne fallait pas s'attendre à un miracle, je savais très bien que cela ne partirai jamais. J'ai servi d'esclave à la maison pour me rendre utile étant dans l'impossibilité de sortir, je me suis occupée durant toute mon enfance de l'entretien de la maison comme une simple femme de ménage pendant que les autres enfants jouaient dans les rues. Mon père passait son temps libre à la maison à me regarder faire mon travail avant de venir un soir me jeter des habits féminins sur le dos, « Aussi fille de joie que ta mère, enfile-moi ça qu'on voit à quel point tu es jolie. » qu'il me disait. Depuis il préféra m'appeler par mon deuxième prénom en guise d'une humiliation que j'ai toujours considéré injuste, comme si mon apparence androgyne de naissance ne leur avait pas suffit. Obsédé. J'aurais sa peau, lui et son sourire vicieux.
J'ai été éduqué comme une fille contre mon gré, avec l'absence régulière d'une mère trop occupée à vendre ses charmes à n'importe quel passant plein d'oseille et j'avais pour ordre de ne jamais faire entendre le son de ma voix pour me plaindre, ni même de faire la moindre remarque avec pour seul récompense le droit de sortir une journée à l'extérieur. Le jour tant attendu fut comme une sorte de libération, provisoire certes mais bel et bien là. Je devais être au milieu de l'adolescence quand j'eus enfin le droit de me balader dans les rues sans personne derrière moi, un bonheur très vite troublé dès que la nuit tomba. Lorsque je rentra chez moi il n'y avait plus personne, les meubles avaient été renversés et la maison brûlait de partout. J'entendis les gens du villages se mettre en route pour la grande place, ils portaient des torches enflammées et traînaient mes parents par des chaînes jusqu'à une grande estrade de bois pour les punir de leurs actes. Leurs activités illégales découvertes. Mon père pour avoir tué puis dévorer bon nombre de clients, fut empalé à son tour. Ma mère pour avoir abusé de sorcellerie à des fins personnelles, fut brûlée vive. Quand à moi ils me jetèrent au fond d'une tombe et m'enterrèrent vivant. Puis la terre se mit à trembler et dans un bruit sourd tout sauta, me permettant ainsi de remonter à l'air libre. Tout le village était en feu, je pouvais sentir l'odeur des cadavres d'habitants, noirs, figé dans des expressions de douleurs, ils sentaient la viande cuite. Je fut pris d'une crise de rire immense, enfin ils avaient tous crevé ! Même ceux qui m'avaient « élevé » étaient morts, j'espère qu'ils iront tous en enfer ! Dansais-je au milieu de ce barbecue géant. Et comble de tout cela, je vis la silhouette du mage noir s'approcher vers l'estrade, il ne fit pas de commentaire et vint directement à ma rencontre pour me proposer de le rejoindre. J'avais des raisons de le détester, après tout c'était de sa faute si j'ai dû resté enfermé jusqu'à ce soir là, mais j'étais bien plus captivé par la façon dont il avait pu détruire le village alors j'acceptai. Je partis dans nombreux pays d'Europe en compagnie de mon nouveau mentor, bien que je ne comprenais pas ce qu'il me trouvait il tenait à me garder en vie, le mage noir avait pourtant de quoi bien vivre, assez d'argent, aucun problème de logement et pouvait éliminer chaque personne qui se mettait en travers de son chemin. Il était convaincu que m'apprendre la magie noir ne serait pas un problème pour moi et que cela mirait à merveille, apparemment j'avais une tête assez cinglée pour ce genre de chose. Et il n'avait pas tort, ça a peut être pris un peu de temps mais j'assimilais plus de choses de jours en jours, puis lorsque je me sentais plus confiant je m'amusa à prendre quelques petites libertés, sans en parler bien sûr. Je n'étais pas le plus fort des mages noirs mais ce n'était pas mon but premier non plus, en fait je crois que je m'en fichait un peu. Nous avions beaucoup voyagé à cette époque, et je dois dire que le changement d'air m'a permis non seulement de voir des endroits encore inconnus pour moi dont je n'aurais jamais soupçonné l'existence mais aussi des masses d'inventions en tout genre. Ce que les humains peuvent êtres ingénieux quelques fois.

Les années passèrent et je crois bien que mon cerveau avait commencé à me lâcher, non en fait cela remontais déjà à plus longtemps que ça, j'ai vraiment perdu la tête, haha ! Je n'ai rien dis au mage noir pour les voix que j'entendais, en même temps ça n'avait pas vraiment d'importance, je les aime bien ces voix... elles se plaignent, se tordent de douleurs, agonisent... ça me donne des frissons rien qu'à y repenser. Ah mais suis-je bête, je les entends encore... Que me dites-vous ? Vous voulez que je joue avec vous ? Chères voix, je sens que je vous apprécie déjà. Il y a des endroit où j'aimais beaucoup aller lorsque je n'avais pas le mage sur le dos, l'opéra, le théâtre, les bars, les festivals sur les grandes places publiques. Tout ces lieux remplis d'humains,  toute cette masse de chair chaude m'intéressaient... J'ai profité de bon nombre de personnes et c'est là que m'est venu ma première idée, puisque l'odeur de ces corps me plaisaient tant j'étais décidé à les garder pour moi tout seul, dans plusieurs flacons... Tuer, tuer, tuer, jusqu'à ce qu'à ce qu'ils ne puissent plus bouger. Râper, râper, râper, pour que leur fragrance soit la plus pure possible. Mâcher, mâcher, mâcher, pour qu'il ne reste plus aucune miette de chair. Mais cet énième cobaye fut comme ce que l'on dirait « celle de trop » car le mage noir découvrit mon petit manège. Il est rentré dans une sorte de colère que je n'avais jamais vu chez lui auparavant, puis à brisé tous mes flacons ce qui m'a fait bondir de ma place pour atterrir à quatre pattes dans l'immense liquide homogène recouvrant le sol.  J'avais perdu la tête, j'eus envie de le tuer, il avait tout détruit, tout... je me suis alors écroulé dans la flaque en essayant de me rassurer, ils sont à moi, à moi... Mais le mage noir changea d'humeur, il passa de la colère à une émotion que je ne reconnaissais pas «  Décidément tu ne vaux vraiment pas mieux que ta mère... quel amusement de te voir ainsi, chère fils. » m'avait-il dit en me regardant d'un air intéressé. J'ai dû tenté de l'agresser mais ça à sans doute finit contre moi, j'ai certainement dû m'en prendre une belle ce jour-là.  J'en avais un peu rien à faire de ce qu'il avançait, pour moi cela m'était bien égal de savoir qui m'avait vraiment conçu puisque tout ce qui m'importait était d'aboutir à mes projets. J'ai finalement réussi par me débarrasser de lui quelques temps après, décidé à ne pas abandonner ce que j'avais raté une seule fois, j'y réfléchi et  j'eus immédiatement une idée  d'où recommencer. Puisqu'ils y a tant d'autre fragrance dans ce monde, je déroba tout l'argent qu'il restait au défunt mage noir et partis pour la Roumanie, où j'étais sûr de trouver ce qu'il me fallait. Je me rendit au manoir de mon chère faux oncle afin de prendre possession  de sa demeure et de me faire passer pour lui. Un coup de main traversant tout son ventre et hop, le tour était joué, en revanche j'ai juste jeté le corps dans la chaudière par la suite, il était bien trop gras et mauvais pour que je le mange. Ceci fait, je plia son personnel à mes ordre en usant de la magie que l'on m'avait apprise et invitai alors jour après jour des nobles de tout le pays, chacun leur tour pour m'adonner à mes activités favorites, homme, femme, tout me seyait tant que tout se déroulait comme je le voulais. Après avoir examiné un de mes cobaye femelle, je remarqua qu'un tout petit intrus s'était logé en elle. Curieux de voir ce que cela pourrait donner en se développant j'extrayais la poche translucide du corps de la morte, verdict : ça ne resta pas en vie bien longtemps. Mais peut importe, je me mit de nouveau  à inviter de plus en plus de personnes, toute personne sur terre était un potentiel cobaye à mes yeux. J'ai testé des produits à droite à gauche sans avoir vraiment de connaissance dans le domaine de la science. Je ne compte plus le nombre de corps qui m'ont servit de géniteur sur commande, à la fin il devenait tellement dur de garder une poche en état qu'il me fallu en créer d'autres, cette fois-ci artificielles. Une grande partie est morte à cause de l'incohérence de mes choix en matière de produit, en même temps mélanger du cyanure et du béton, il faut le faire... Quand à ceux qui malgré tout ont réussis à peut près à grandir, avec d'autres mélanges, ils furent anéanti par un feu de forêt venu trop près de la propriété, ravageant le manoir. J'ai tout perdu, la seule solution pour moi était de partir. Pourquoi est-ce que tout ce que j'entreprenais échouait toujours ? Je ne comprenais pas, mon cerveau aussi, j'entendais les voix des sujets encore à l'état d'embryon geindre, sans savoir où repartir à zéro. Moi qui voulait les rendre moins faibles... Je ne comprends pas.
J'ai ensuite déambulé jusqu'en Russie orientale accompagné de mon personnel, transformé gardes destinés à me suivre jusqu'au bout et qui m'aidèrent à réaliser ma nouvelle expérience : me servir des enfants comme arme. Quel bon moyen pour se débarrasser des personne que l'on apprécie guère, non ? Tout ces humains, si faibles, si... injustes, mais parfois si captivants... Des cyborgs à ma merci, une arme sous une apparence de poupée innocente et tellement naïfs... les enfants sont parfaits, il sont tellement mignons, et personne ne les soupçonnerais jamais. La suite de mon voyage m'amena alors au Japon, un bon lieu pour tenter de commencer quelque chose de nouveau. Mais pour y arriver, il fallait que je collabore avec quelqu'un d'expérimenté dans la robotique, chose à laquelle on ne m'avait jamais formé.


Dernière édition par Ferenc le Ven 5 Aoû - 16:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Ondine
Modératrice

Féminin
Âge : 23
Inscription : 27/09/2011
Messages : 670
Zénis : 6000
Statut : Bon
Finisher : Eau du Dauphin

MessageSujet: Re: Présentation de Ferenc   Ven 5 Aoû - 15:38

Rebienvenu. Cela me semble correct. Je te valide, bon RP à toi. ^^

_________________
Les thème d'Ondine:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fr.rpgdragonballevolution.wikia.com/wiki/Ondine
avatar

Deimos
Fondateur

Masculin
Âge : 24
Inscription : 13/09/2010
Messages : 511
Zénis : 7000
Statut : Neutre
Finisher : Supernova

MessageSujet: Re: Présentation de Ferenc   Ven 5 Aoû - 16:12

Rebienvenue sur le forum. Sacrée présentation une nouvelle fois, et un méchant qui a gagné mon attention. Bon amusement parmi nous Wink

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dragonball-evolution.forumactif.com


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Présentation de Ferenc   

Revenir en haut Aller en bas
 
Présentation de Ferenc
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Dragon Ball Evolution :: BIOGRAPHIE :: Présentations-
Sauter vers: